Skip to main content

PARIS : Sapiendo – Inégalités femmes/hommes à la re…

Print Friendly, PDF & Email
Floriane Dumont
15 Mar 2024

Partager :

PARIS : Sapiendo – Inégalités femmes/hommes à la retraite, les causes visibles et invisibles

La RHtech Sapiendo se mobilise pour que les inégalités de genre en matière de préparation de la retraite ne soient pas une fatalité.

En 2021, l’âge conjoncturel moyen de départ à la retraite était de 63 ans pour les femmes et de 62 ans et 2 mois pour les hommes[1]. Soit près d’une année de différence. Pourtant, ces mois de travail supplémentaires ne se traduisaient pas par une retraite majorée. Au contraire : les pensions de retraite des femmes étaient, en moyenne, 31 % inférieures à celles des hommes[2].

Valérie Batigne, fondatrice et dirigeante de Sapiendo, explique : « Les inégalités femmes / hommes en matière de retraite sont encore importantes. La bonne nouvelle c’est qu’elles se réduisent sensiblement au fil des générations. On les résument souvent en disant que la retraite est le simple reflet de la carrière. Si cela était aussi simple, on devrait retrouver le même niveau d’écart de rémunération et de retraite pour une génération donnée. Or ce n’est pas le cas. La question des inégalités de genre à la retraite est un sujet plus complexe qu’il n’y paraît. Et l’une de ses composantes tient au fait que les femmes préparent moins bien leur retraite que les hommes. C’est pourquoi Sapiendo, entreprise à mission, œuvre depuis plusieurs années pour faire changer cette réalité. »

Le point sur les inégalités femmes/hommes à la retraite

Il faut bien distinguer les écarts de retraite selon que l’on parle de l’ensemble des retraitées actuelles tous âges confondus, de celles qui font valeur leur droit aujourd’hui et encore de celles qui partiront à la retraite demain.

Les femmes partent aujourd’hui plus tard à la retraite que les hommes mais cet écart va se résorber rapidement
Le taux d’activité des femmes ayant nettement progressé, l’écart d’âge de départ à la retraite devrait progressivement se résorber. À 40 ans, le taux d’activité est ainsi passé de 69% pour la génération de 1945 à 86% pour celle de 1975[3].
Et le COR constate d’ailleurs que les femmes valident des durées d’assurance désormais plus longues que celles des hommes[4]. Enfin, la réforme des retraites de 2023 ayant reculé l’âge légal de d’ouverture des droits à 64 ans, l’âge moyen de départ à la retraite femmes / hommes devrait se lisser pour les générations à venir.

Les retraitées actuelles gagnent en moyenne 40% de moins que les retraités, ces écarts diminuent au fil des générations et pourraient arriver à un plancher autour de 6%
On entend souvent parler de 40% d’écart entre les pensions des hommes et des femmes. Il s’agit là du chiffre qui concerne l’ensemble des femmes retraitées à date, qui tient ainsi compte aussi bien de celles qui sont parties à la retraite il y a plus de 20 ans que de celles qui sont parties hier. Mais cet écart se réduit fort heureusement au fil des générations. Ainsi, si l’on regarde cet écart pour les femmes qui sont parties en retraite en 2021, il est non plus de 40% mais de 31% (DRESS, 2023).
Et toujours selon le rapport du COR de juin 2023, cet écart devrait continuer à se réduire assez rapidement pour se situer autour 23% en 2040 et atteindre un plancher autour de 6% en 2060, c’est-à-dire pour les femmes de la génération 2000.

Évolution des écarts de niveau de pension femmes / hommes

Télécharger le graphique

Quelles sont les causes de ces inégalités ?

Les causes visibles :
Des études ont pu identifier les principales causes de ces inégalités :

Un salaire horaire moyen moindre pour les femmes
Un nombre d’heures travaillées moindre pour les femmes
Des interruptions de carrière plus importantes pour les femmes
Les causes invisibles :
On parle beaucoup plus rarement d’un facteur moins visible, que Sapiendo constate au quotidien, et qui pourtant a son importance: les femmes préparent moins bien leur retraite que les hommes.

Ce constat est étayé par de multiples études.

Les femmes commencent à réfléchir sérieusement à leur départ à la retraite près d’un an après les hommes (3 ans et 7 mois avant leur départ effectif, contre 4 ans et 4 mois).
Les difficultés d’estimation de la pension sont plus souvent le fait des femmes[5].
65% des femmes se disent mal informées sur la retraite, contre seulement 53 % des hommes[6].
Les écarts sur la connaissance des différents dispositifs retraite sont parfois très importants[7] :

Améliorer l’information sur la retraite de chaque femme pour réduire les inégalités

Pour contribuer à la diminution de ces inégalités en termes d’accès à l’information et à une bonne préparation de sa retraite, Sapiendo proposera, pour la 4e année consécutive, des solutions concrètes pour répondre aux problématiques de chaque femme. Cette année cette campagne d’information aura pour thème fort l’information personnalisée « À chacune son parcours et ses questions, car les femmes ne sont pas une moyenne ».

[1] Insee, Âge conjoncturel moyen de départ à la retraite selon le sexe, 2023

[2] DREES, Les retraités et les retraites, 2023

[3] Vie publique, Le taux d’emploi des femmes stagne en France après plusieurs décennies de progression, 2022

[4] COR, Rapport annuel : Évolutions et perspectives des retraites en France, 2023

[5] DREES, Études et Résultats, « Plus de la moitié des personnes parties à la retraite entre juillet 2019 et juin 2020 avaient mal anticipé leur montant de pension », 2023

[6] Fondapol, Les Français jugent leur système de retraite, 2018

[7] Motivation du départ à la retraite et de la cessation d’activité selon les conditions de liquidation – Drees, 2022