Skip to main content

VALENCE : Nicolas DARAGON exprime son soutien envers les …

Print Friendly, PDF & Email
Floriane Dumont
24 Jan 2024

Partager :

VALENCE : Nicolas DARAGON exprime son soutien envers les agriculteurs et appelle l’Etat à entendre leur colère

La colère et le ras-le-bol exprimés par nos agriculteurs doivent être urgemment entendus par l’Etat !

Face au cri d’alarme qu’ils lancent aujourd’hui en manifestant à travers toute la France, le gouvernement doit apporter des réponses concrètes à une profession sous-rétribuée, qui n’en peut plus des contraintes et des normes. Cela passe notamment par une revalorisation de leur rémunération, par une simplification des réglementations en vigueur, mais aussi par des mesures efficaces d’accompagnement pour encourager l’installation ou la reprise d’exploitations.

Une agriculture vivante, économiquement rentable et humainement respectée, est plus que jamais nécessaire à notre pays si nous voulons préserver les équilibres ville-campagne auxquels nous sommes profondément attachés, défendre notre ruralité mais aussi garantir notre sécurité alimentaire. A l’échelle de notre agglomération, nous sommes actifs et engagés aux côtés de nos agriculteurs, à notre juste mesure, pour encourager les filières courtes, faire évoluer les pratiques (notamment en matière de gestion des forêts ou de la ressource en eau) ou encore susciter des vocations. C’est tout le sens du « projet de trajectoire agricole et alimentaire durable » que Valence Romans Agglo a élaboré, en partenariat avec toute la profession.

Mais dans ce domaine comme dans tant d’autres, il est de la responsabilité de l’Etat, et de lui seul, d’impulser les politiques publiques et de mobiliser les moyens financiers nécessaires pour faire face à ces enjeux. Aux côtés des agriculteurs, nous n’attendons pas des paroles mais des actes. Nos concitoyens ne peuvent pas, une fois encore, être « pris en otage » par une profession qui n’a pas d’autre solution que de bloquer le pays pour crier sa détresse, face à un pouvoir central incapable de répondre à des attentes légitimes. Le gouvernement doit agir, vite et bien, pour redonner enfin toute sa dignité à la profession agricole et, par-delà, toute sa considération à nos territoires ruraux et à ceux qui les font vivre !