Skip to main content

PARIS : Zhejiang Ocean Family, entre pêche illégale et vi…

Print Friendly, PDF & Email
Floriane Dumont
13 Mar 2024

Partager :

PARIS : Zhejiang Ocean Family, entre pêche illégale et violations des droits de l’homme

L’Environmental Justice Foundation (EJF) a publié aujourd’hui un rapport approfondi révélant des faits troublants concernant les activités de Zhejiang Ocean Family Co., Ltd. (ZOF), un des principaux acteurs de la filière pêche ayant des liens étroits avec la chaîne d’approvisionnement chinoise et mondiale des produits de la mer.

ZOF contribue à 14,63 % de la production totale de thon en Chine en 2020, les produits marins entachés par des violations des droits de l’homme et la destruction de l’environnement pourraient se retrouver dans la chaîne d’approvisionnement internationale, et finir dans les rayons des distributeurs grand public.

12 navires appartenant ou affrétés par la ZOF ou ses filiales sont impliqués dans des activités de pêche illicite, non déclarée et non réglementée (INN), comme le prélèvement d’ailerons de requins et la mise à mort délibérée de cétacés. Un pêcheur à bord d’un navire de ZOF a déclaré que son bateau avait capturé des tortues, des requins, des baleines et même des pingouins. Des violations des droits de l’homme ont également été relevées sur ces navires, notamment des violences physiques, des déductions de salaire, de la traite d’êtres humains et du travail forcé. Parmi les violations rapportées par le personnel de ces navires à EJF, on apprend qu’un membre de l’équipage s’était suicidé pour cause de dépression et qu’un autre était décédé de maladie.

Le rapport de EJF, qui s’appuie sur des témoignages de travailleurs, des preuves photographiques et filmées, de données AIS et de renseignements open-spource, décrit méticuleusement la pêche INN et les violations des droits de l’homme commises sur les navires de la compagnie.

Les registres publics de la compagnie, publiés dans le cadre d’une tentative ratée de faire entrer la compagnie à la Bourse de Shanghai en 2023, révèlent des liens avec de grands distributeurs internationaux de produits de la mer, tels que FCF et Mitsubishi Corporation, ainsi qu’avec des marques domestiques, dont Bumble Bee Foods, Marks and Spencer, Walmart, Target et Carrefour. Rien n’indique que ces entreprises aient été au courant des abus perpétrés par ZOF, mais il est possible qu’elles aient vendu sans le savoir des produits provenant de ces 12 navires sur lesquels EJF a enquêté.

Le gouvernement chinois a versé d’importantes subventions pour soutenir la flotte, à hauteur de 10,9 millions $US en 2019, 12,1 millions $US en 2020 et 11,3 millions $US en 2021. En vertu de la législation chinoise, ces subventions sont susceptibles d’être récupérées auprès des entreprises responsables d’abus tels que ceux signalés dans la présente enquête, mais rien n’indique que cela ait été fait.

Ces navires dépendent du transbordement en mer – l’échange de poisson et parfois d’équipage – avec des cargos frigorifiques battant pavillon au Panama, en Corée et en Chine. Cette pratique permet à leurs produits d’atteindre rapidement les marchés de différents pays, dont la Corée, le Japon et la France (via la Polynésie française). Ce transbordement signifie également que les navires ont pu rester en mer pendant de longues périodes, parfois jusqu’à deux ans, sans rentrer au port. Cela facilite leurs activités illicites et le mauvais traitement imposé aux membres de l’équipage, qui n’ont aucune possibilité de s’échapper des navires où les abus ont été signalés.

L’enquête comprend également des recommandations aux États du pavillon, aux États du port, aux États du marché et aux organisations régionales de gestion des pêches (ORGP) concernées afin de répondre au besoin de transparence, de durabilité et de pêche responsable. EJF appelle les parties prenantes, les gouvernements et les organisations du monde entier à promouvoir un changement positif dans le secteur, notamment en inscrivant dans la loi les principes de la Charte mondiale pour la transparence.

Steve Trent, PDG et fondateur de EJF, a déclaré : « Nous avons révélé un réseau organisé d’exploitation orchestré par la flotte ZOF, avec des violations des droits de l’homme et une décimation délibérée de la faune et de la flore qui atteignent vraisemblablement le marché mondial. »

« Les gouvernements doivent mettre en place une surveillance rigoureuse, des inspections portuaires et un contrôle des importations ; les décideurs politiques doivent enquêter sur ces chaînes d’approvisionnement entachées et les démanteler ; les acheteurs mondiaux de produits marins doivent exiger la transparence et la traçabilité de ces produits. La Zhejiang Ocean Family reste impunie face à la pêche illégale et aux violations des droits de l’homme et ce depuis bien trop longtemps. Il est temps que tous les acteurs concernés ainsi que les gouvernements prennent enfin des mesures pour réglementer ce secteur. Le poisson qui se trouve dans nos assiettes ne doit pas être obtenu au détriment des personnes, de la faune, de la flore et de notre environnement naturel commun. »

« L’adoption et le soutien à grande échelle de la charte mondiale pour la transparence permettraient de savoir qui pêche quoi, où, quand et comment, et de faire des choix éclairés pour favoriser les opérateurs réellement engagés dans une pêche durables, légale et éthique, tout en refusant ceux qui ne respectent pas les règles. »

Le rapport complet est disponible ici [lien].

Afin de protéger l’identité et la sécurité de nos sources, les études de cas des différents navires ne sont pas publiées mais sont disponibles sur demande. EJF travaille à l’international pour informer les politiques et conduire des réformes systémiques et durables afin de protéger notre environnement et défendre les droits de l’homme. Nous enquêtons sur les abus, les dénonçons et soutenons les défenseurs de l’environnement, les peuples autochtones, les communautés et les journalistes indépendants en première ligne face à l’injustice environnementale. Nos campagnes visent à garantir un avenir pacifique, équitable et durable.