Skip to main content

PARIS : Suivre les ondes (de choc) à l’Institut Sué…

Print Friendly, PDF & Email
Floriane Dumont
6 Mai 2024

Partager :

PARIS : Suivre les ondes (de choc) à l’Institut Suédois

Place à la découverte cette semaine !

La Galerie des Filles du Calvaire nous plonge dans l’univers impressionnant et monumental de Levi van Veluw tandis que l’Espace Monte-Cristo nous invite à découvrir les mondes imaginaires.

Des sculptures à l’explosif ? Cela a déjà été fait au tout début des années par Lars Fredrikson, un artiste pluridisciplinaire suédois qui ne connut pas une grande postérité mais qui fut un avant-coureur dans son domaine. Son idée plaît et s’ébruite. Ce précurseur des arts sonores poursuit ses expérimentations et devient le premier artiste à utiliser le fax pour créer des écritures subversives.

L’exposition propose de mettre en résonance l’ingénieux Fredrikson avec deux artistes contemporaines, Anastasia AX et Christine Odlund. La poésie, le son, la sculpture et le mouvement sont mobilisés ici autour d’une expérience pleinement synesthésique. L’énergie circule. Les recherches sont expérimentales, Christine Odlund invoque la biologie-cosmique, Anastasia Ax transforme la matière autour de son propre corps. De l’inox martelé, des télévisions transformées ou des toiles motorisées, les œuvres sont animées par un faisceau lumineux ou un fond de poésie sonore. L’acte créateur est en mouvement continu et l’œuvre n’est plus un objet immuable, elle devient autre, un autre intangible.

SOURCE : Arts in the City.