Skip to main content

PARIS : Le sas vélo, qu’est-ce que c’est ?

Print Friendly, PDF & Email

Partager :

PARIS : Le sas vélo, qu’est-ce que c’est ?

Les intersections représentent souvent des points de tension sur la route, surtout pour les cyclistes.

Pour assurer la sécurité des adeptes de vélo, les autorités routières ont mis en place le sas Vélo. Mais qu’est-ce que c’est exactement ?

Le sas vélo est un dispositif aménagé aux intersections qui permet aux cyclistes de s’arrêter devant les autres véhicules immobilisés au feu rouge. Sa mission principale est de garantir une halte sécurisée pour les cyclistes.

Les trois avantages principaux du sas cycliste

  1. Une visibilité accrue pour les cyclistes. En leur permettant de se positionner devant les véhicules motorisés, le sas vélo rend les vélos plus visibles et réduit ainsi les risques de collisions.
  2. Une sécurité renforcée lors des virages à gauche. Le sas vélo offre une protection supplémentaire aux cyclistes lorsqu’ils tournent à gauche : il permet en effet de limiter les dépassements dangereux par la droite, notamment au moment du redémarrage.
  3. Une protection contre la pollution. Le sas vélo permet aux cyclistes de ne pas se retrouver directement derrière les véhicules à moteur et leur pot d’échappement. Les cyclistes limitent ainsi leur exposition aux gaz d’échappement et bénéficient d’une meilleure qualité d’air.

Les sanctions en cas de non-respect du sas vélo 

Le non-respect du sas vélo peut être verbalisé à distance, à partir d’un cliché pris par un appareil de contrôle homologué installé au niveau d’un sas vélo.

Si un véhicule stationne sur le sas vélo ou mord sur l’emplacement alors que le feu est rouge, il risque une contravention de 4e classe de 135 € et la perte de 4 points sur le permis de conduire. Dans cette situation, le non-respect du sas vélo équivaut au non-respect feu rouge.

Dans le cas où une voiture ou tout autre véhicule motorisé est immobilisé sur le sas vélo alors que le feu est vert (dans le cas d’un embouteillage par exemple), le conducteur s’expose à une contravention de 2e classe d’un montant de 35 €.

SOURCE : Route Zérotracas.