Skip to main content

PARIS : L’ADEME au SIA 2024, cap sur l’alimentation durable

Print Friendly, PDF & Email
Floriane Dumont
10 Mar 2024

Partager :

PARIS : L’ADEME au SIA 2024, cap sur l’alimentation durable

Du 24 février au 3 mars, l’ADEME était présente au Salon International de l’Agriculture (SIA).

L’occasion d’aller à la rencontre de l’ensemble des acteurs de la filière agricole et du grand public pour échanger et valoriser ses actions en faveur d’une agriculture et d’une alimentation durables.

Le SIA, un rendez-vous incontournable pour l’ADEMEDepuis quatre ans, l’ADEME ne manque pas un SIA ! Une présence naturelle pour l’agence qui place les enjeux de l’agriculture, de l’alimentation, des forêts et plus largement de la bioéconomie au cœur de ses missions. Sur son stand, une équipe d’une dizaine de collaborateurs, ingénieurs, managers et communicants, accueillait chaque jour les visiteurs. Pour Valérie Martin, Cheffe du service Mobilisation Citoyenne et Médias « Le Salon International de l’Agriculture permet d’être au plus près des agriculteurs, des représentants de la filière, des institutionnels et du grand public, pour échanger et débattre sur les messages que nous portons et nos actions en faveur de la bioéconomie. C’est une opportunité unique de traiter ces sujets sous différents angles, que ce soit à travers des conférences, des ateliers pédagogiques ou encore des animations. » Le bilan de cette édition 2024 est très positif pour l’ADEME, avec de nombreuses visites et participations aux conférences quotidiennes organisées sur le stand. Agrivoltaïsme, Projets d’Alimentation Territoriaux (PAT), produits biosourcés ou encore agriculture et qualité de l‘air… autant de sujets d’actualité qui ont rassemblé professionnels et grand public.

Sensibiliser par la pratique : retour sur les ateliers pédagogiques

Femme de l’Ademe qui sourit à un enfant et une personne âgée
Tous les jours, les visiteurs ont pu participer à des ateliers, des quiz ou des animations pour mieux comprendre les enjeux de transition écologique. À destination des plus jeunes notamment, l’animation « biodiversité des sols » leur a permis de mettre les mains dans la terre et d’observer leurs trouvailles au microscope, afin de mieux comprendre l’importance d’un sol vivant pour les cultures.

Femme de l’Ademe qui parle des légumineuses à deux hommes adultes
Sur les questions d’alimentation, les légumineuses étaient à l’honneur. Objectif : valoriser leurs atouts pour une assiette plus durable.

Sur des sujets plus complexes nécessitant un effort de pédagogie, comme la méthanisation ou l’agrivoltaïsme, l’ADEME a également organisé des ateliers, aidée de deux étudiants en 4e année de l’ISARA (Ecole d’ingénieurs dans les domaines de l’agroalimentaire et l’agronomie), Souleymane Alassane et Julie Despit. Une expérience enrichissante pour ces jeunes qui ont apprécié pouvoir assister aux débats et s’informer directement auprès des parties prenantes.

L’alimentation durable à l’honneur

Plusieurs conférences sur l’alimentation ont été animées par l’ADEME cette année encore. La première, « Comment les agriculteurs peuvent s’intégrer dans les PAT ? », animée par Isabelle Hebe, ingénieure ADEME, visait à présenter l’impact des Projets Alimentaires Territoriaux à travers plusieurs retours d’expérience. Selon Fabrice Voillot, Vice-Président en charge de l’agriculture de la Communauté de communes du Grand Autunois Morvan : « Les freins à la relocalisation de l’alimentation sont souvent liés au manque d’outils au niveau local. L’exemple des lentilles est très parlant : nous savons les semer, les récolter et les vendre mais pas les trier. C’est dans cet objectif que nous travaillons depuis quatre ans pour aider nos agriculteurs à monter en puissance sur ces compétences. » Marie-Amandine Latour, Responsable du pôle agriculture de la même Communauté de communes, agit quant à elle sur les changements de comportements et le rôle incontournable des agriculteurs. Elle a ainsi développé un programme scolaire animé par les agriculteurs pour expliquer aux écoles et aux publics en précarité alimentaire comment intégrer des produits locaux dans leur assiette au quotidien. Tous les participants ont mis en lumière plusieurs leviers pour relocaliser l’agriculture et l’alimentation dans les territoires :

sensibiliser pour faire changer les comportements et reconnecter la production à la consommation ;
diversifier la production alimentaire pour contribuer à la résilience alimentaire ;
impliquer tous les acteurs dans la mise en œuvre du PAT.

SOURCE : ADEME INFOS