Skip to main content

PARIS : La poupée de Machiavel, nouveau single de Maëla R…

Print Friendly, PDF & Email
Floriane Dumont
26 Déc 2023

Partager :

PARIS : La poupée de Machiavel, nouveau single de Maëla RAOULT

L’artiste, originaire de Bretagne, nous offre depuis son studio Parisien un subtile mélange de couleurs et textures envoûtantes, empreinte d’une grande maîtrise technique, d’une sensibilité unique et d’une expression pleine de liberté.

Dans cette nouvelle composition, on peut distinguer des sonorités douces et évocatrices d’influences classiques et discerner des harmonies impressionnistes françaises fermement liées et entourées de djembes africains et de percussions du moyen orient.

Une toile raffinée et délicate infusée d’impressionnisme, mélangée au son et riffs de guitares acoustiques et électriques, perpétuellement accompagnées d’une batterie rock machiavélique et de percussions etchniques africaines et du moyen orient.

Maëla offre une réelle démonstration de liberté, de paix et de virtuosité avec deux longues improvisations au piano et à la clarinette, un son envoûtant, encadré d’une tempête de rythmes percutants. Ces influences diverses se mélangent pour créer une atmosphère unique et éclectique offrant à l’auditeur un voyage dans des contrées lointaines et mystérieuses. Son jeu virtuose, sa totale liberté d’expression et la fusion harmonieuse de ces différents éléments font de ses improvisations une expérience auditive unique et captivante.

L’apogée de la subtilité, une ambiance douce et tendre, ou couleurs et phrases intimistes s’entremêlent, éternellement entourées de guitares fières et dansantes, de percussions acérées entourées d’accords mélancoliques et fascinants. Découvrez dès aujourd’hui La poupée de Machiavel, disponible sur toutes les plateformes digitales.

Nouveauté : Retrouvez dès à présent les recueils de The French Touch’ Collection dans votre librairie musicale, imprimés par :

Planète Partitions

Maëla Raoult :

Née à Brest en 1990, Maëla a fait ses études musicales au conservatoire de Brest puis s’est perfectionnée avec Olivier Derbesse au conservatoire Jacques Ibert (CMA19) à Paris. Elle a également obtenu une licence de musicien d’orchestre au CFMO, Orchestre Ostinato. Elle a ensuite poursuivi ses études au conservatoire Royal de Bruxelles en 2014 (classe de Ronald van Spaendonck). En parallèle, elle a étudié la clarinette basse au CRR de Paris avec Jean-Marc Volta et a fait de nombreuses master class avec des clarinettistes tels que Jacques Di Donato et Bruno Martinez.

Elle est finaliste ou demi-finaliste de nombreux concours d’interprétation : Concours Bellan, Concours de clarinette en Picardie, Concours International de Chieri, concours Cahuzac et le Prix Gentiane Robin lui est décerné en 2005.

Passionnée de musique de chambre, elle a joué dans plusieurs formations à de nombreux événements et festivals : Festival Origami (Beursschouwburg, Brussels), festival Courant d’air (Bruxelles), Préludes à l’orchestre de Paris (salle Pleyel), Festival Les Harmonies (Billiers), Concerts à la Cité Universitaire de Paris, Tout Sauf Debussy (CRR Paris)… Elle a eu la possibilité de jouer et collaborer avec des concertistes tels que Sulliman Alltmayer, Patrick Langot, Aline Piboule, Frédéric Lagarde, Carmen et Ana Mainer, Ryo Kojima…

Elle a eu la chance d’interpréter le concerto de Mozart avec l’orchestre du conservatoire de Brest en 2006, le concerto de Bencriscutto avec l’Harmonie de Brest en 2007 et le concerto d’Artie Shaw en 2010 avec l’orchestre de la Sirène de Paris.

Très impliquée dans le répertoire contemporain, elle a participé à la création de Tocatina de Sina Fallahzadeh, Heptagramme de M. Lysight, Umbrales d’Alex Nante, D’un Vanneur de Blé aux Vents de Suzanne Giraud… et est invitée à jouer dans plusieurs formations telles que l’Ensemble Alternance, l’Ensemble Écoute, dirigé par Fernando Palomeque, Le Collectif Parallèle 21, dirigé par Benoit Menut. En 2020, Maëla a enregistré son premier album de musique contemporaine : Reflections pour clarinette solo, avec des pièces de Michel Lysight, Sina Fallahzadeh, François Meïmoun, Igor Stravinsky, Jörg Widmann, Luciano Berio et Edison Denisov.

Elle a dévouvert le répertoire symphonique dans différentes formations : l’Ensemble entre Sable et ciel, de 2005 à 2010, dirigé par Joël Doussard et Marc Schuster, l’Orchestre Ostinato, de 2010 à 2014 (dirigé par Jean-Luc Tingaud, Inaki Encina, Anthony Hermus, Kaspar Zehnder…), l’Orchestre National de Lyon (Leonard Slatkin), l’Orchestre de Paul Kuentz, l’Ensemble International Musike, dirigé par Jean-Bernard Pommier, l’Orchestre de Laureats du CNSMDP etc… et a joué avec des concertistes tels que Ophélie Gaillard, Gilles Apap, Henri Demarquette… et a joué dans des salles prestigieuses telles que : la Philarmonie de Paris, l’Opéra Comique, l’Auditorium Marcel Landowsky, l’Auditorium de Lyon, la Salle Pleyel, la Cité Universitaire de Paris, les Ecuries Royales du Château de Versailles…

Curieuses de tous les univers musicaux, elle a étudié le jazz et l’improvisation avec des grandes personnalités du jazz parisien. (Hervé Selin, Patrick Cabon, Thomas Savy)

Maëla a eu la chance d’enseigner la clarinette et la musique de chambre aux conservatoires de Houilles, Saint Leu La Forêt, Argenteuil, Taverny, Paris (CMA19)… Elle a fait partie du projet DEMOS à la Philharmonie de Paris entre 2016 et 2020. Elle a dirigé les orchestres à l’école de musique de Saint-Leu-La-Forêt, l’orchestre au collège à Taverny et à la mairie de Paris. Elle a également été chef assistante à l’orchestre de la Sirène de Paris entre 2014 et 2016.

Elle a également fait des études d’ingénieur du son (CIFAP, 40e Rugissants, Studio Soyuz, Hofa College) et est directrice d’Azkaban Records. Elle a produit, arrangé, composé ses albums : Avalon, Hypokrat, The precious impressions, le clan des Narcisses, les Ménestrels et the Hen house. Elle a également édité, arrangé et composé trois recueils pédagogiques pour jeune clarinetiste : The French Touch’ Collection