Skip to main content

PARIS : La gare de Saint-Quentin-en-Yvelines – Mont…

Print Friendly, PDF & Email
Floriane Dumont
6 Mar 2024

Partager :

PARIS : La gare de Saint-Quentin-en-Yvelines – Montigny-le-Bretonneux accessible pour les JO

Valérie Pécresse, Présidente d’Île-de-France Mobilités et de la Région Île-de-France, et Marlène Dolveck, Directrice générale de SNCF Gares & Connexions et Directrice générale adjointe du Groupe SNCF en charge de la transformation, ont visité en avant-première mardi 5 mars les aménagements d’accessibilité de la gare de Saint-Quentin-en-Yvelines – Montignhy-le-Bretonneux.

Alors qu’elle sera un véritable hub olympique pour desservir cet été 4 sites olympiques et paralympiques (vélodrome et stade BMX de Saint-Quentin-en-Yvelines, Golf National, Colline d’Elancourt), cette gare achève sa transformation et va bénéficier d’aménagements d’ampleur en matière d’accessibilité.

Présentés en « avant-première », ces aménagements, dont 2 « travelators » (grands tapis roulants inclinés uniques en Île-de-France), seront mis en service d’ici avril. Ils rendront les trajets des usagers des lignes N, U et du RER C plus pratiques et confortables.

Démarrés en 2020, les travaux ont été financés à hauteur de 55M€ par la Région Île-de-France, Île-de-France Mobilités, SNCF Gares & Connexions et l’Etat. Ils participent activement aux investissements massifs engagés par la Région Île-de-France et Île-de-France Mobilités pour la modernisation des infrastructures de transport et des gares francilienne et seront un héritage des Jeux au profit des usagers franciliens à mobilité réduite.

Des aménagements massifs pour répondre au quotidien des voyageurs

L’aménagement et la refonte de la gare de Saint-Quentin-en-Yvelines, qui voit transiter près de 50 000 voyageurs quotidiennement, ont nécessité :

  • Plusieurs années d’études pour répondre aux enjeux de saturation des flux de voyageurs des lignes N, U et du RER C, et s’adapter aux différents types de trains ;
  • 40 « opérations coup de poing » entre 2021 et 2023, ce qui en fait l’un des plus grands chantiers d’accessibilité en Île-de-France, après la gare de Saint Denis.

Lancés en 2020 pendant la crise sanitaire, les travaux, réalisés avec l’appui de l’agglomération de Saint-Quentin-en-Yvelines et de la ville de Montigny-le-Bretonneux, sont en phase d’être achevés (remplacement de 6 escaliers mécaniques en cours). Les aménagements seront disponibles au printemps 2024 pour les usagers et faciliter la desserte des sites olympiques et paralympiques du secteur :

  • 3 quais allongés et réhaussés pour assurer l’accessibilité sur tous les quais en fonction du matériel roulant
  • 3 nouveaux ascenseurs créés
  • 2 travelators (grands tapis roulants inclinés) reliant la passerelle rouge existante aux quais. Ils n’ont à ce jour jamais été déployés sur des quais ferroviaires franciliens et auront un apport significatif pour le transit des usagers
  • 1 élévateur pour les personnes à mobilité réduite (PMR) inséré dans le passage souterrain

Aussi, tous les équipements pour la billettique, les portiques de validation, le mobilier, les escaliers, l’éclairage et les peintures ont fait l’objet d’une modernisation, tandis que des bandes de guidage au sol, un dispositif de détection à la canne et des balises sonore ont été ajoutées pour les personnes malvoyantes et non-voyantes. La gare bénéficiera également d’une signalétique temporaire spécifique aux Jeux.

L’accessibilité au cœur des actions d’Île-de-France Mobilités

Alors que 1,5 milliard d’euros sont consacrés à la mise en accessibilité du réseau ferré d’ici 2025 via le Schéma directeur de l’accessibilité (SDA), Île-de-France Mobilités investit non seulement dans les gares et stations toujours plus accessibles pour tous, mais aussi sur les matériels roulants (thermomètres de ligne équipés de LED et information voyageurs sur les écrans pour des personnes mal entendantes, messages sonores pour les mal voyants…), sur la formation des agents et la labellisation CapHandéo des lignes (dont bénéficient la ligne 1 du métro ou encore le RER A).

Depuis 2005, l’accessibilité est intégrée dès la conception des futurs véhicules, des prolongements et nouvelles lignes. L’accessibilité des transports se réfléchit avant, pendant et après le trajet du voyageur, à plusieurs mains (collectivités territoriales, opérateurs exploitant les lignes) et à l’échelle d’un territoire.

Ce travail d’accessibilité concerne les personnes en fauteuil roulant, mais également les personnes souffrant d’un handicap inégalement visible (visuel, cognitif, malentendants…) et est bénéfique à tous les voyageurs, car nous pouvons tous nous retrouver, temporairement (grossesse, blessure, valises…) ou durablement (accident, âge…) en situation de handicap.

L’accessibilité au cœur des actions d’Île-de-France Mobilités

Alors que 1,5 milliard d’euros sont consacrés à la mise en accessibilité du réseau ferré d’ici 2025 via le Schéma directeur de l’accessibilité (SDA), Île-de-France Mobilités investit non seulement dans les gares et stations toujours plus accessibles pour tous, mais aussi sur les matériels roulants (thermomètres de ligne équipés de LED et information voyageurs sur les écrans pour des personnes mal entendantes, messages sonores pour les malvoyants…), sur la formation des agents et la labellisation CapHandéo des lignes (dont bénéficient la ligne 1 du métro ou encore le RER A).

Depuis 2005, l’accessibilité est intégrée dès la conception des futurs véhicules, des prolongements et nouvelles lignes. L’accessibilité des transports se réfléchit avant, pendant et après le trajet du voyageur, à plusieurs mains (collectivités territoriales, opérateurs exploitant les lignes) et à l’échelle d’un territoire.

Ce travail d’accessibilité concerne les personnes en fauteuil roulant, mais également les personnes souffrant d’un handicap inégalement visible (visuel, cognitif, malentendants…) et est bénéfique à tous les voyageurs, car nous pouvons tous nous retrouver, temporairement (grossesse, blessure, valises…) ou durablement (accident, âge…) en situation de handicap.

Toutes les gares desservant les Jeux seront accessibles

D’ici les Jeux Olympiques et Paralympiques de Paris 2024, toutes les gares desservant des sites olympiques et paralympiques seront rendues accessibles. A l’été 2024, ce seront même 240 gares du réseau d’Île-de-France Mobilités qui seront accessibles, soit 95% du trafic des trains et RER.

Saint-Quentin-en-Yvelines, une gare qui desservira 4 sites olympiques

Pour la première fois dans l’histoire des Jeux, 100% des spectateurs pourront se rendre aux épreuves en transports en commun. Île-de-France Mobilités apporte ainsi une importante contribution à la promesse de Jeux décarbonés.

Durant les Jeux, la gare de Saint-Quentin-en-Yvelines permettra, grâce au RER C et aux lignes N et U, de rejoindre 4 sites olympiques. Le trajet s’achèvera à pied pour les 2 premiers :

  • Le Vélodrome National (cyclisme sur piste et para-cyclisme sur piste)
  • Le Stade BMX (BMX racing)

Le trajet s’achèvera en navettes bus pour les deux derniers :

  • Le Golf national (tournoi de golf)
  • La colline d’Elancourt (VTT Cross-country)

Il est recommandé aux spectateurs de prévoir des temps de transports suffisants et d’arriver en avance au site de compétition.