Skip to main content

PARIS : Atlantis the Royal, le summum du chic à Dubaï

Print Friendly, PDF & Email

Partager :

PARIS : Atlantis the Royal, le summum du chic à Dubaï

Après l’Atlantis The Palm, nous avons séjourné à l’Atlantis the Royal, qui se décrit comme l’hôtel plus luxueux au monde. L’établissement détonne par son architecture et par son ambiance cosmopolite…

En passant de l’Atlantis au Royal, on change totalement d’ambiance voire de monde. On aperçoit de loin les formes design de l’hôtel conçu par Kohn Peterson Fax : des blocs de béton sont empilés comme des legos pour créer un mur arrondi percé par endroit de 178 mètres de hauteur et qui s’étend sur 43 étages.

A l’entrée sont alignées une vingtaine de voiture rutilantes qui valent au total sans doute plusieurs millions voire plusieurs dizaines de millions d’euros : Rolls, Bentley, Lamborghini…Cela donne le ton.

On est ici au royaume des millionnaires du nouveau monde et de l’ancien où les riches russes côtoient les financiers anglais de la city ou les entrepreneurs indiens ou asiatiques venus en couple ou en famille.

Dès l’entrée des parois en verre transparentes surprennent avec leurs projections d’eau et de feu. Vous êtes prévenus, le thème de l’hôtel étant les éléments. Un thème récurrent identifiable dans le lobby ou dans l’esplanade extérieure où un show aquatique de lumières est projeté en soirée à intervalles réguliers.

Une superbe sculpture en acier inoxydable trône dans le lobby et est un clin d’oeil à l’importance de l’eau pour la civilisation bédouine : elle représente la première goutte d’eau tombée dans le désert. 
 
La France aussi est très bien représentée avec une boutique LVMH qui saute aux yeux et qui vise à conquérir cette nouvelle clientèle plutôt jeune et branchée du monde entier, qui représente le développement futur du groupe.

La croissance de Dubaï n’a rien à voir avec celle de la France et comme en Asie, les millionnaires affluent dans cet émirat où l’on ne paie pas d’impôts et où les buildings croissent à une vitesse vertigineuse. Je n’ai d’ailleurs pas reconnu la ville depuis mon dernier séjour en 2017. Et ce n’est pas fini ! L’émirat a de nombreux projets comme la Dubai Creek Tower, qui devrait surpasser Burj Khalifa, Jumreirah Al Marsa, l’underwater floating Mosque, uen mosquée imprimée en 3D, l’extension du métro, le développement de Palm Jebel Ali…

Ici on est au cœur de la croissance du XXIème siècle.

A la piscine du Club 22, situé comme son l’indique au 22ème étage et plutôt exclusive, la plupart des hommes sont accompagnés de somptueuses créatures aux bikinis audacieux.
On jouit d’une vue à 180 degrés sur l’île en forme de palme, sur les multiples maisons de millionnaires de l’île de Palm Jumeirah ou sur le skyline de la ville.

Allongés sur des chaises longues en bord de piscine ou ses lis flottants avec vue on reste comme tétanisés par tant de beauté.

L’ambiance grimpe tout au long de l’après-midi jusqu’à tard le soir où des DJ entrainent les heureux VIP qui peuvent se trémousser dans les cabanes créées en partenariat avec la marque de luxe italienne Dolce & Gabbana dont certaines sont même dotées d’une petite piscine privée.

Quant aux 693 chambres, elles sont luxueuses avec leurs salles bain recouvertes de marbres offrant des kits de toilette du bijoutier Graff spécialiste des diamants, des peignoirs conçus par le designer Frette, des claquettes avec le logo de l’hôtel et un kite de toilette avec brosse à dent, peigne et rasoirs dorés. Les chambres offrent une vue sur l’île ou l’océan au choix.

Les chambres Royal offrent l’accès au Club Royal où l’on peut prendre le petit-déjeuner en toute tranquillité, le thé dans l’après-midi ou l’apéritif le soir. L’hôtel propose également 96 suites, 7 penthouses signature ( dont 44 suites et penthouse avec piscines).

Le Penthouse le plus exclusif, le Royal Mansion s’étend sur 1128 mètres carrés avec ses 4 chambres, sa piscine à débordement, sa salle de cinéma.

Ce serait l’hébergement le plus cher au monde à 100000 dollars la nuit. Beyoncé y aurait dormi lors de la soirée inaugurale l’an passé où elle avait fait un show privé aux invités du monde entier triés sur le volet comme Kendall Jenner, Swedish House Mafia, Bar Refaeli, Liam Payne, Winston Duke ou Ellen Pompeo.

Alors l’Atlantis Royal est-il comme il l’estime l’hôtel le plus luxueux du monde? Notre impression est qu’il risque de « ringardiser » de nombreux palaces. Il a d’ailleurs été classé comme le seul hôtel du Moyen-Orient dans les 50 meilleurs hôtels du monde.

Par exemple en terme de restauration, il y en a pour tous les goûts avec ses 17 restaurants. El Mar du chef péruvien Gastón Acurio propose des ceviches imaginatifs et un somptueux cocktail Pisco Sour, le meilleur que j’ai gouté y compris au Pérou.

Le chef grec Costas Spiliadis propose à l’Estiatorio Milos des plats grecs revissés et sublimés. Installée sur la grande terrasse, on mange en admirant l’architecture de l’hôtel et le show aquatique en soirée.

L’hôtel abrite également un spa de 3000 m2 et une salle de sport très bien équipée ainsi que plusieurs piscines disséminées dans la palmeraie et une plage bien entendu.

L’Atlantis the Royal est incontestablement l’un des plus beaux établissements de luxe dans lesquels j’ai séjourné et pourtant j’ai visité beaucoup de palaces en 17 ans de voyages professionnels.

Pour les hommes d’affaires nul doute que The Royal deviendra un must pour signer d’importants contrats ou pour réseauter à Dubaï une ville qui s’impose durablement comme l’un des hubs commerciaux cruciaux du XXIème siècle à l’image de Singapour.

Contrairement à son nom The Royal devrait plutôt attirer les nouveaux entrepreneurs millionnaires d’Asie ou des pays émergents que les aristocrates européens. La croissance au XXième sera en Asie et dans les pays émergents et The Royal et Dubaï seront des endroits stratégiques pour faire des affaires mais aussi pour venir se détendre. Durant ce séjour j’ai été étonné par la diversité des visiteurs dans les resorts Atlantis. Les deux resorts, Atlantis The Royal et Altantis the Palm ont compris qu’avec la nouvelle génération il fallait vendre du rêve, du dynamisme et de l’entertainment. Mission réussie!

SOURCE : Business Travel.