Skip to main content

PARIS : Aérien, la Chine pourrait lancer des sanctions co…

Print Friendly, PDF & Email

Partager :

PARIS : Aérien, la Chine pourrait lancer des sanctions contre l’UE

Les crispations dans le monde ne sont pas bonnes pour le commerce. AInsi la Chine envisagerait de lancer des sanctions contre l’Union Européenne dans le domaine de l’aérien…

L’Union Européenne a menacé d’augmenter les droits de douane pour les voitures électriques en provenance de Chine alors qu’aux Etats-Unis Joe Biden a décidé de quadrupler les taxes à l’importation.

L’Union Européenne suit en toute logique la politique américaine ne semblant plus avoir aucune politique étrangère indépendante. Mais cette hausse possible des droits de douane vis à vis de la Chine pourrait avoir des répercussions sur d’autres secteurs en Europe.

Le ministre du commerce chinois aurait envoyé une lettre de 5 pages au Commissaire européen Valdis Dombrovskis menaçant de représailles.

Selon des sources citées par Politico, les mesure de représailles chinoises pourraient cibler le secteur aérien mais aussi le secteur agricole. Ainsi AIrbus qui est un important fournisseur d’avions auprès des compagnies aériennes chinoises pourrait faire les frais du conflit entre la Chine et l’Union Européenne. La Chine a déjà lancé des sanctions contre Boeing.

En terme agricole, la Chine menace notamment les producteurs de liqueurs français.

On ne voit pas trop pourquoi l’UE ou les Etats-Unis comptent se lancer dans une guerre commerciale avec la Chine alors que le pays compte 1,4 milliards d’habitants contre 336 millions pour les Etats-Unis et 448 millions pour l’Union Européenne.

Rappelons que la Chine et l’Asie en général seront les marchés en plus forte croissance en terme de demande d’avions commerciaux dans les 10 années à venir et que l’Europe via Airbus était particulièrement bien positionnée sur ce marché.

Le secteur automobile européen souffre des normes vertes imposées par Bruxelles

Les constructeurs européens sur le marché électrique souffrent avant tout des normes mises en place par l’Union Européenne  au désavantage du pouvoir d’achat des citoyens européens. Ces nouvelles normes comme Euro 7 vont renchérir considérablement le prix des automobiles pour les citoyens européens. Récemment les constructeurs européens se sont plaints de la mise en place de cette norme dès 2025. Les constructeurs doivent aujourd’hui investir pour s’adapter aux normes européennes et non investir pour répondre aux besoins des clients : il n’est pas étonnant que le secteur soit en retard par rapport aux constructeurs chinois.

De même l’obligation de commercialiser des voitures électriques en 2035 freine les achats des consommateurs européens qui ne savent pas sur quel pied danser. Parallèlement les limitations de vitesse et contrôles techniques de plus en plus drastiques détournent les européens de l’achat d’automobiles de même que les vignettes Crit’Air. Quant aux constructeurs ils sont parfois en retard techniquement par rapport aux chinois sur le marché des voitures électriques électriques ce qui n’est pas la faute aux chinois mais le fait d’un manque d’investissements productifs et technologiques en Europe.

Alors que l’économie européenne est plus morose que jamais une guerre commerciale avec la Chine n’arrangera pas les choses…

Cette politique Européenne à base de bureaucratie a conduit à « tiers-mondiser » les pays européens vis à vis des Etats-Unis. En 2008, la consommation des Européens et des Américains était du même ordre. L’écart est aujourd’hui de 57 %. Quant au salaire médian américain, il est de 77 500 dollars, près de la moitié plus que le français (52 800 dollars), selon le Wall Street Journal. Plutôt que de créer des entreprises innovantes sur le marché des voitures électriques comme Tesla ou Xpeng, Nio, BYD en Chine, l’UE impose des normes extrêmement chères à ses constructeurs. Cela montre une approche plutôt suicidaire du marché alors qu’il faudrait développer des méga-projets industriels comme Airbus dans l’aérien pour rivaliser avec les chinois ou les américains. Des droits de douane limités pourquoi pas mais ce ne sont pas eux qui amélioreront la compétitivité des voitures européennes au niveau mondial. N’est pas De Gaulle ou Pompidou qui veut…

SOURCE : Business Travel.