Skip to main content

NICE : Festival du Livre 2024, rencontre avec Olivier POI…

Print Friendly, PDF & Email

Partager :

NICE : Festival du Livre 2024, rencontre avec Olivier POIVRE D’ARVOR

Ce jeudi 16 mai 2024 à la Villa Masséna, Christian Estrosi, Maire de Nice, Président de la Métropole Nice Côte d’Azur, son adjoint Jean-Luc Gagliolo, et le jury du 28e Prix Nice Baie des Anges ont couronné Camille de Peretti pour son roman L’Inconnue du Portrait en présence de Boualem Sansal, Président du Festival du Livre 2024.

Le jury, présidé par Franz-Olivier Giesbert, réunissait Paule Constant (de l’académie Goncourt), Irène Frain, Aurélie de Gubernatis, Didier van Cauwelaert, Laurent Seksik, Jean-Luc Gagliolo, Nicolas Galup ainsi qu’un jury populaire de dix lecteurs, amoureux des livres et des mots.

Le Prix Nice Baie des Anges sera remis au lauréat par Christian Estrosi lors de l’inauguration du 28e Festival du Livre de Nice (du 31 mai au 2 juin). Sous la présidence exceptionnelle de l’écrivain Boualem Sansal, plus de 200 auteurs se retrouveront à Nice autour du thème « Le courage » : Didier van Cauwelaert, David Foenkinos, Rémi Baille, Jean-Baptiste Andea, Philippe Besson, Eric Fottorino, Jean-Claude Ellena, Emmanuel Khérard…

OLIVIER POIVRE D’ARVOR

L’OCÉAN EN PARTAGE

Il publie aujourd’hui un nouveau livre, une fable écologique qui met doucement et sûrement en garde. Il sait de quoi il parle. Depuis plus de trois ans, Olivier Poivre d’Arvor est notre ambassadeur des pôles. Cette charge n’a rien de symbolique ou d’honorifique. Les deux pôles, Arctique et Antarctique, sont aujourd’hui des avant-postes pour observer et pour comprendre le changement climatique. Le réchauffement menace en effet la biodiversité et la hausse du niveau de la mer concernera près de deux milliards d’habitants de la planète. La fonte des glaces s’accélère. La France qui se veut pionnière en matière de climat a donc une position à affirmer. Mais, au-delà, ces deux régions du globe ont aussi une importance stratégique considérable, tant en matière d’exploitation de ressources que dans la possibilité d’ouverture de nouvelles routes maritimes. Là aussi, il faut être présent. Olivier Poivre d’Arvor a été conseiller littéraire dans l’édition, journaliste, acteur, metteur en scène. Il a occupé de nombreux postes dans les institutions culturelles françaises à l’étranger (en Égypte, en Hongrie, au Royaume-Uni). Diplomate (ambassadeur en Tunisie notamment), homme de médias (il a dirigé France Culture), président du conseil d’administration du Musée de la Marine, il est aussi l’auteur de nombreux livres (certains co-écrits avec son frère Patrick) consacrés aux aventures maritimes. Il a vraiment au cœur la passion de l’océan.

NICE ET LA GRANDE BLEUE

 En juin 2025 se tiendra à Nice la troisième Conférence des Nations Unies pour l’Océan qui réunira pendant une semaine les chefs d’État et gouvernements du monde entier. Ce rendez-vous au sommet, conjointement organisé par la France et le Costa Rica, réunira des chefs d’Etat et de gouvernement du monde entier pour parler de ce qui est essentiel : la préservation de notre Océan qui englobe 70 % de notre planète bleue. En tant qu’envoyé spécial du Président de la République, Olivier Poivre d’Arvor, ambassadeur des pôles et des enjeux maritimes, pilote les équipes côté français, en lien très étroit avec Christian Estrosi, à qui le Président a confié la mission de bâtir une Coalition des maires des villes littorales et administrateurs des régions côtières du monde. Sous l’impulsion de son maire, Nice, ancrée au cœur du Sanctuaire marin de Pélagos, est devenue une métropole verte et bleue considérée comme un exemple en Méditerranée et au-delà, conjuguant développement économique, attractivité, art de vivre et préservation de l’environnement sur terre comme en mer, avec l’ambition de créer les conditions pour qu’on y vive à la fin de ce siècle, aussi bien qu’aujourd’hui, malgré les conséquences du réchauffement climatique global.

L’AMBASSADEUR ET LES OISEAUX

 En 1907, la romancière suédoise Selma Lagerlöf achevait la publication du Merveilleux voyage de Nils Holgersson à travers la Suède. L’histoire d’un petit garçon qui, suite à un sort, se retrouvait embarqué dans un long voyage dans les airs avec les oies sauvages. Un roman écologique si l’on veut, car au fur et à mesure, Nils apprenait à aimer, à respecter, et à défendre la nature. Nul doute qu’Olivier Poivre d’Arvor avait ce beau livre en tête pour écrire Deux étés par an. Il imagine qu’en 2048 (c’est quasiment demain) un ambassadeur des pôles âgé de 90 ans (ce sera pile son âge) part accompagner deux sternes arctiques dans leur migration annuelle du Groenland à l’Antarctique. Avec Lily et Jet, il s’envole pour un sacré périple de 40 000 kilomètres audessus d’un monde que le réchauffement a sacrément bouleversé. C’est tristement réaliste (l’auteur sait de quoi il parle), émouvant, captivant. Plein d’un vigoureux espoir aussi. L’avenir peut être beau si nous en prenons soin.

Deux étés par an d’Olivier Poivre d’Arvor. Stock. 286 p. 20,90 €