Skip to main content

MONTREUIL : Des passeports de citoyenneté universelle à d…

Print Friendly, PDF & Email
Floriane Dumont
20 Mar 2024

Partager :

MONTREUIL : Des passeports de citoyenneté universelle à deux membres du collectif des sans-papiers

Patrice Bessac, maire de Montreuil et l’adjointe déléguée à la coopération décentralisée, aux populations migrantes et à la solidarité internationale, Halima Menhoudj, remettront ce jeudi 21 mars, avec l’Organisation pour une Citoyenneté Universelle (OCU) deux passeports de citoyenneté universelle au président et au porte-parole du collectif des sans-papiers de Montreuil.

Pour Montreuil, ville accueillante et solidaire, il s’agit par cet acte symbolique mais aussi pédagogique et porteur d’engagement politique en faveur de l’accès aux droits, d’engager la conduite de politiques publiques en faveur d’une citoyenneté plus inclusive et des politiques migratoires plus respectueuses de la dignité humaine.

Montreuil veut ainsi saluer l’engagement du Collectif des sans-papiers de Montreuil dans ses combats en faveur de droits accessibles et égaux pour tous et son attachement à la liberté de circulation et d’installation.

Fortement mobilisée contre la nouvelle loi « Immigration », Montreuil a souhaité mener cette action symbolique le 21 mars, date proclamée « Journée internationale pour l‘élimination de la discrimination raciale » en 1966 par l’Assemblée générale des Nations Unies. Elle se double en France d’une semaine nationale d’éducation et d’actions contre le racisme et l’antisémitisme organisée du 18 au 24 mars.

Pour ne pas se contenter de ces temps forts, pourtant fondamentaux, Montreuil agit tout au long de l’année avec son Service intégration, égalité et populations migrantes.

Pour Patrice Bessac, maire de Montreuil, « Ici, à Montreuil, sur ce territoire d’immigration et d’intégration, contrairement aux discours de haine et d’exclusion colportés par certains, chacune et chacun, avec ses différences, parvient, sous le signe de l’égalité, de l’accueil et de la bienveillance, à vivre une citoyenneté engagée et harmonieuse ».

Cependant, Montreuil n’oublie pas que pour les nouveaux réfugiés qui fuient les guerres et la misère, pour les descendants de l’immigration, qu’ils aient ou non la nationalité française, la discrimination raciale se vit au quotidien. En effet, en raison du durcissement des lois « Immigration », de préjugés tenaces et de paroles ou comportements xénophobes, trouver un logement, décrocher un emploi, créer son entreprise, accéder à ses droits, évoluer dans certains lieux ou milieux, demeurent en fonction d’une adresse, d’une couleur de peau, de modes de vie, de milieu social ou de croyances, un combat de chaque instant.

« Tout devient un obstacle quand les préjugés perdurent, quand la parole xénophobe se libère » souligne Halima Menhoudj, adjointe au Maire.

C’est pourquoi, Montreuil, « Ville Monde », essaye de prendre soin de chacune et chacun et affirme avec fierté que chacune et chacun a sa place à Montreuil. « Si la Ville peut affirmer cette détermination politique  -explique Patrice Bessac- c’est qu’elle sait pouvoir s’appuyer sur une vie associative intense portant haut l’idée de partage ainsi que sur une très forte solidarité en actes des Montreuilloises et des Montreuillois ».

Montreuil manifeste ainsi son attachement à la fraternité, à la solidarité et au vivre ensemble au-delà des frontières au travers d’une multitude d’initiatives organisées tout au long de l’année.

La Ville lutte ainsi pied à pied contre les actes racistes, xénophobes et antisémites en y associant tous les Montreuillois pour que chacun devienne acteur de ce combat. Cette sensibilisation, ces actions et ces initiatives s’organisent autour du programme 365 jours contre le racisme et l’antisémitisme. Ce programme est fait d’initiatives qui aident à sortir de l’isolement et facilitent les parcours d’intégration.

Montreuil mène ainsi des actions concrètes avec :

–          ses cours de français,

–          ses écrivains publics,

–          ses permanences d’accès au droit,

–          la formation de ses agents publics aux discriminations,

–          l’incubateur des réfugiés entrepreneurs qui fêtera cet été ses 5 ans d’activité à Montreuil,

–          les relogements des résidents de foyers de travailleurs migrants,

–          le voyage de mémoire à Auschwitz,

–          la transmission de l’histoire des tziganes,

–          son partenariat avec le Musée national d’histoire de l’immigration…

Toutes ces initiatives ont pour objectif de déconstruire les préjugés et d’imaginer les voies d’un avenir commun en rappelant au quotidien les valeurs et les principes de liberté, d’égalité et de fraternité, fondements de notre République et valeurs portées par les Montreuilloises et Montreuillois qui par leurs engagements permettent au quotidien, à chacune et chacun d’avoir sa place, ici, à Montreuil.

En 2023, Montreuil allait encore plus loin en ouvrant au cœur de ses services administratifs, une permanence juridique d’accueil, d’écoute, et de traitement pour les Montreuilloises et Montreuillois victimes de racisme ou d’antisémitisme. Cette permanence tenue deux fois par mois est portée par des juristes du MRAP 93.

Les prestations que les personnes victimes de racisme ou d’antisémitisme y trouvent vont de l’écoute au traitement des demandes en passant par le recensement précis des faits subis.

Jeudi 21 mars, à 18h : Remise de deux Passeports de Citoyenneté Universelle, à l’Hôtel de ville de Montreuil, 1, place Jean-Jaurès, par Patrice Bessac, maire de Montreuil et Halima Menhoudj, adjointe au Maire, déléguée à la coopération décentralisée, aux populations migrantes et à la solidarité internationale.