Skip to main content

MONACO : 40ème Printemps des Arts de Monte-Carlo du 13 ma…

Print Friendly, PDF & Email
Floriane Dumont
7 Mar 2024

Partager :

MONACO : 40ème Printemps des Arts de Monte-Carlo du 13 mars au 7 avril

Mercredi 13 mars s’ouvrira la 40e édition du Printemps des arts de Monte-Carlo 2024, événement phare de la scène musicale classique monégasque dont Bruno Mantovani est le directeur artistique pour la 3e année.

Au programme des oeuvres du grand répertoire, des partitions inédites, de nombreuses créations, des artistes de renommée mondiale et de nouveaux talents, des rencontres et des événements insolites. Si la Musique de toutes les époques domine le festival, Bruno Mantovani renoue aussi avec l’esprit pluridisciplinaire de ses débuts : cinéma, photographie, danse, arts plastiques, gastronomie, art olfactif, tous les sens seront sollicités !

Sous la présidence de S.A.R la Princesse de Hanovre

Direction artistique, Bruno Mantovani.

Chaque année un plasticien est choisi pour illustrer le festival. Pour ce 40e Printemps des arts, ce sont les images de l’immense photographe qu’est Sebastiao Salgado qui illustreront cette édition axée sur les Chants de la terre. Photographe de l’écologie au sens noble, il sera présent pour la projection du film documentaire qui lui est consacré, Le sel de la Terre, réalisé par Wim Wenders et Juliano Ribeiro Salgado. En 2024, la gratuité pour les moins de 25 ans de tous les concerts marque l’engagement du festival en faveur de l’accès à la culture pour les jeunes. Sont inclues aussi les Immersions Backstage et les masterclass.

Pour faciliter la venue du public pendant le festival, des navettes aller-retour seront mises à disposition pour le dernier concert du jour vers les villes situées sur la ligne Nice-Menton au tarif de 5 euros. Réservation obligatoire en billetterie ou sur le site printempsdesarts.mc en raison des places limitées.

Vivez l’expérience Printemps des arts !

Une programmation axée sur  :

     . Les chants de la terre :  le chef d’oeuvre de Gustav Mahler Le chant de la Terre sera le fil rouge de cette édition. Trois versions sont programmées. Thème plus que d’actualité, il interroge le rapport de l’homme au monde qui l’entoure, à la nature et au monde animalier par le prisme de l’écologie et du développement durable.

     . L’évolution stylistique, avec la confrontation des premières et dernières œuvres de compositeurs. Ce sera le 3e et dernier volet de « Ma fin est mon commencement », devise philosophique du festival chère à Bruno Mantovani et titre d’un rondeau en forme de palindrome musical de Guillaume de Machaut.

Focus sur : 

– Les Chants de la terre, thème de cette 40e édition en 3 versions :

                . version pour orchestre de chambre du Chant de la Terre de Gustav Mahler interprétée par le Het Collectief, Lucile Richardot et Stefan Cifolelli le 16 mars

                . Un nouveau chant de la terre le 29 mars à Nice, commande faite par le festival au compositeur et chef d’orchestre Laurent Cuniot d’une œuvre nouvelle où il va reprendre les différents poèmes utilisés par Mahler pour écrire son propre chant de la terre avec l’Ensemble TM+

               . version originale : Chant de la terre de Gustav Mahler par l’Orchestre Philharmonique de Monte-Carlo, la contralto Marie-Nicole Lemieux et le ténor Pene Pati, sous la direction de Kazuki Yamada  le 6 avrilLa créatrice de parfums Clémence Besse proposera une interprétation olfactive du Chant de la Terre.

– La projection du film Le sel de la terre de Wim Wenders et Juliano Ribeiro Salgado (le fils du photographe) en présence de Sebastiao Salgado  le 17 mars au cinéma des Beaux Arts.

– 3 cartes blanches / portraits d’artistes :

                . le violoncelliste Henri Demarquette (15 et 17 mars – masterclass le 16 mars)

                . le quatuor Modigliani (21 et 22 mars)                . la cheffe Laurence Equilbey avec son ensemble Insula Orchestra (23 et 24 mars)

– Une création mondiale « L’étoffe inépuisable du rêve » le 16 mars de Sophie Lacaze avec l’Ensemble Orchestral Contemporain, direction Bruno Mantovani : inspirée de la culture des Aborigènes et du dreamtime (temps du rêve), cette oeuvre est une ode à la nature et au monde en souffrance qui nous entoure

– Deux requiems qui ouvrent et clôturent le festival :

     . le 13 mars : Ensemble Gilles Binchois et Sandro Compagnon – Pour ouvrir ce 3e opus du Printemps des arts de Monte-Carlo intitulé « Ma fin est mon commencement » L’Ensemble Gilles Binchois revient aux origines de la messe des morts avec le Requiem de Johannes Ockeghem, le plus ancien qui nous soit parvenu. Le saxophone de Sandro Compagnon apporte en contrepoint ses boucles et ses rondes modernes, sur des musiques de Luciano Berio et Bruno Mantovani.

    . le 7 avril : en première partie, le Requiem de Pierre de La Rue suivi du Requiem des Batailles, par l’Ensemble Clément Janequin & Les Sacqueboutier

– La confrontation des oeuvres de jeunesse et de maturité :  de Robert Schumann par la pianiste Varduhi Yeritsyan, de Richard Strauss avec l’Orchestre Philharmonique de Monte-Carlo, de Johannes Brahms par le jeune organiste Karol Mossakowoski, des derniers opus pour piano de Brahms et de Ravel mis en relation avec les premières oeuvres de leurs héritiers respectifs : Wolfgang Rihm et Pierre Boulez par la pianiste Maroussia Gentet.

– Un concert Famille :  The Amazing Keystone Big Band  jouera Le Carnaval « jazz » des animaux le 31 mars à 15H et à 18H , adaptation jazz d’après l’œuvre de Camille Saint-Saëns Pour l’achat d’une place pour un concert du 31 mars, le public bénéficiera de -50% sur le deuxième concert du jour !

 – Des lieux insolites : le Musée océanographique, le Yacht Club ou le Nouveau Musée National de Monaco (NMNM)

– Des expériences inédites :

     . les siestes musicales de Fabrice Jünger le 23 mars : on peut y apporter son coussin ou son doudou et se laisser bercer en musique.     . les concerts-promenades au NMNM, rencontre entre musique et arts visuels  (Nouveau Musée National de Monaco) les 24 mars et 7 avril dans l’exposition de Pier-Paolo Calzolari, avec une commande faite à trois compositeurs.     . le Diner en musique à l’Hotel Hermitage le 27 mars avec le grand chef Yannick Alléno et le violoniste David Haroutunia, où les oeuvres dialogueront avec les plats !     . l’Atelier participatif « Danse Renaissance »  le 31 mars à l’Atelier des Ballets de Monte-Carlo,   . le concert aux bougies avec le quatuor Parisii au Musée Océanographique le 6 avril.

– De nouveaux talents à découvrir : le saxophoniste niçois Sandro Compagnon (le 13 mars) – la pianiste Maroussia Gentet (le 28 mars) – , l’organiste concertiste Karol Mossakowski (le 4 avril à l’Eglise du Sacré-Coeur)

– Le 7 avril verra à l’Opéra salle Garnier John Malkovich et Cecilia Bartoli, dans un duel de genre, accompagnés par les Musiciens du Pricne: – Entre narration théâtrale et fête opératique, autour d’un épisode fameux de l’histoire de l’opéra, la rivalité entre les castrats Farinelli et Caffarelli.

(attention : concert complet)

Les « Before » et « After » (le jeudi) sont réservés aux détenteurs d’un billet de concert : destinés à éclairer l’écoute des oeuvres qui seront interprétées , ils seront aussi le lieu de rencontres avec les artistes.

CHIFFRES CLES  !25 concerts et plus de 70 oeuvres jouées13 concerts d’ensembles et d’orchestres12 créations mondialesCarte blanche à 3 artistesConcert Carte blanche aux conservatoires4 masterclasses500 artistes19 lieuxDes rencontres et des discussions… et des nouveautés !** Gratuité de tous les concerts aux moins de 25 ans **