Skip to main content

MARSEILLE : Les 13 desserts, origines d’une traditi…

Print Friendly, PDF & Email
Floriane Dumont
22 Déc 2023

Partager :

MARSEILLE : Les 13 desserts, origines d’une tradition provençale

Après avoir été bien sage cette année, voici une dose de bonne humeur bien méritée !

Place à l’esprit de Noël dans cette nouvelle édition de Risettes qui remonte aux origines des fêtes, entre paganisme et chrétienté.
Également au menu, des sorties nature pour les petits, quelques bonnes lectures pour des temps calmes de qualité et une plongée gourmande dans l’univers des 13 desserts.
Cette newsletter vous est envoyée comme un petit cadeau, pour vous souhaiter de très bonnes fêtes et un bon bout d’an, bien sûr !

Chaque région possède ses propres traditions pour les fêtes de fin d’année, mais celle des 13 desserts provençaux est l’une des plus connues. À tel point qu’elle est pratiquée dans de nombreux foyers, à travers la France. Retour aux origines de cette pratique…gourmande…

Remontons le temps jusqu’en 1683.

La mention de nombreux desserts de Noël est apparue dans les écrits de 1683 du père François Marchetti, un curé de Marseille. À cette époque, proposer de nombreux desserts pour Noël était signe d’abondance pour les familles. Mais la mention de 13 desserts exactement, n’arrive que plus tard, au début du XXe siècle.

On associe alors le 13 aux 12 apôtres autour de Jésus lors du repas de la Cène. Cette tradition met essentiellement en avant le partage lors de la période de Noël. La tradition veut également que les desserts soient déposés sur une table recouverte de trois nappes blanches avec 3 bougies pour représenter la Trinité.

Les 13 desserts étaient traditionnellement mangés après la messe de minuit. Attention : la tradition dit que l’on doit goûter à chacun des 13 desserts. Petit conseil : couper des petits morceaux de chacun d’eux et partager avec votre voisin(e).

Quels sont les 13 desserts de Noël ? 

La liste des desserts varie beaucoup selon les goûts et aucune liste exhaustive n’existe sur les treize desserts sans variante, pourtant un socle demeure, composé de :

La pompe à huile : entre le pain et la brioche, elle est réalisée avec de l’huile d’olive, de la fleur d’oranger, de la cassonade et de la farine. Ce dessert symbolise la rupture du pain. Traditionnellement, c’est le présent du Pistachier, personnage typique de la crèche provençale.

Les mendiants sont 4 différents types de fruits secs : les amandes, les figues, les noisettes ou noix, les raisins secs.

Le nougat : on en trouve trois sortes différentes, un blanc pour représenter le bien, un noir pour représenter le mal et un rouge. Le nougat blanc est souvent fourré avec des noisettes, le noir avec du miel et des amandes et le rouge avec de la rose et des pistaches.

Les dattes symbolisent les cadeaux offerts par les Rois Mages venus d’Orient.

Nous en sommes à neuf desserts qui composent le socle, vient ensuite les variantes qui dépendent des goûts et des régions. En Provence, nous continuons généralement avec :

Les calissons, dessert typique de Provence, composés entre autres ingrédients, d’écorces d’oranges confites, d’amandes et recouverts d’un glaçage ou bien on préfère aux calissons, la pâte de coings, les pâtes de fruits ou encore les papillotes.

Des fruits de saison : oranges ou clémentines, pommes ou poires

Un fruit exotique au choix comme un kiwi ou une mangue.

Et enfin, le treizième dessert est un melon d’eau, qui se conserve relativement bien pendant plusieurs jours.

Mais le plus important demeure la bienveillance dans laquelle vous partagerez ce repas de Noël que ce soit avec vos familles ou vos amis ou en comité restreint.

Nous vous souhaitons un joyeux Noël et…un bon appétit !

SOURCE : Région Sud