Skip to main content

DIJON : Dijon Céréales, un projet régional impactant et e…

Print Friendly, PDF & Email
Floriane Dumont
26 Avr 2024

Partager :

DIJON : Dijon Céréales, un projet régional impactant et exemplaire

Ce mardi 23 avril, TSE, référent de l’agrivoltaïsme en France, Dijon Céréales membre d’Alliance BFC, et la SCEA des Tours ont inauguré une nouvelle canopée agrivoltaïque, à Verdonnet en Côte-d’Or (21).

Cette inauguration concrétise un agrivoltaïsme vertueux, permettant la complémentarité de la production agricole et énergétique, voulue par l’ensemble des parties engagées dans ce projet en anticipation de la réglementation. Le récent décret du 8 avril 2024 fixe en effet nouvellement le cadre réglementaire de l’agrivoltaïsme, permettant de développer des projets locaux avec l’ensemble des acteurs – le monde agricole, les porteurs de projet et les élus locaux – et au niveau national de contribuer à la souveraineté énergétique et agricole de notre pays.

Une canopée agricole en grandes cultures bio 

A l’origine du projet, la SCEA des Tours, une exploitation agricole avec 4 associés (Jean-François et Adrien Cortot, Hervé et Pierre Lallemant) qui cherchent à innover et à adapter leur métier aux nouvelles contraintes environnementales et climatiques.

Les cultures de l’exploitation sont affectées par le changement climatique. Les fortes variations de températures, les longues périodes sans eau, les épisodes très pluvieux ou de grêle impactent les rendements et la croissance végétale des céréales.

Conçue par TSE, dans le cadre d’un partenariat de co-développement avec Dijon Céréales membre d’Alliance BFC, la canopée agrivoltaïque mise en place sur ce site est un système autoporté de panneaux photovoltaïques qui, tout en produisant de l’électricité, protège les cultures du stress thermique et hydrique, comme des épisodes climatiques destructeurs à l’image de la grêle.

Cette installation, d’une capacité de production de 2,4MWc a été installée sur une surface de 3 hectares en grandes cultures bio et contribuera à éviter l’émission de 1 648 tonnes de CO2 par an, tout en représentant l’équivalent en production électrique, de la consommation annuelle résidentielle d’environ 1450 personnes.

Les premiers résultats concernant les cultures emblavées pour la première campagne sont encourageants, avec, pour les variétés de blés semés (Rubisco et Energo) en production bio, une levée en hausse de +14% par rapport à la parcelle témoin voisine de la centrale agrivoltaïque.

« Cette canopée s’inscrit parfaitement dans la philosophie de notre exploitation, c’est-à-dire la construction d’un système agricole durable, qui répond aux enjeux de diversification des productions, de performance économique de l’exploitation dans le respect de l’environnement. C’est l’opportunité de développer une nouvelle activité de production énergétique, en lien avec l’installation de la nouvelle génération de nos enfants sur l’exploitation » explique Jean-François Cortot, exploitant de la SCEA des Tours.

TSE et Dijon Céréales s’unissent pour un partenariat ambitieux

Au-delà de l’inauguration de cette nouvelle canopée, c’est une ambition plus large qui anime Dijon Céréales membre d’Alliance BFC et TSE avec la signature d’un partenariat à long terme. Ce dernier illustre parfaitement cette volonté commune d’innover et de coopérer pour relever les défis des transitions agricoles et énergétiques. Pour TSE, travailler en étroite collaboration avec une coopérative agricole, c’est valider la pertinence agronomique de ses produits tout en assurant un déploiement réfléchi de ses solutions agrivoltaïques sur les territoires.

« Ce partenariat, que nous sommes très heureux de signer ce jour, illustre notre engagement en faveur d’une agriculture durable et d’une transition énergétique réussie. C’est un accord ambitieux, avec une vision de déploiement de 700MW en sept ans, révèle la capacité d’anticipation et d’action de Dijon Céréales et d’Alliance BFC pour façonner le futur de l’agriculture et de l’agroalimentaire sur son territoire » déclare Mathieu Debonnet, président de TSE.

« Verdonnet représente un modèle durable et reproductible, avec, j’en suis persuadé, des impacts tangibles et positifs sur l’économie agricole et locale. L’agriculture du futur doit émerger des régions, respectant les agriculteurs, favorisant la décarbonation et la souveraineté alimentaire et énergétique, tout en innovant. Les installations portées par TSE avec les coopératives d’Alliance BFC en Bourgogne-Franche-Comté en sont un exemple concret » souligne Didier Lenoir, président de Dijon Céréales et d’Alliance BFC.

« Le partenariat avec TSE, initié il y a plus de trois ans, inclut une phase expérimentale avec l’équipe R&D Alliance BFC, pour évaluer la performance des cultures sous la canopée. Le deuxième axe consiste à développer les installations basées sur la technologie TSE avec les adhérents de nos trois coopératives. Notre priorité est de trouver des solutions pour soutenir et développer les revenus des agriculteurs face aux aléas climatiques. L’agrivoltaïsme offre une réelle opportunité dans cette perspective » conclut Christophe Richardot, directeur général de Dijon Céréales et d’Alliance BFC.

  • Des panneaux solaires installés sur des câbles pour une emprise au sol de l’ombrière de 0,5%.
  • Près de 5 500 modules bifaciaux à plus de 5 mètres de hauteur bénéfciant d’un fort albedo (part des rayonnements solaires qui sont renvoyés vers l’atmosphère).
  • Des algorithmes de tracking SCADA (Supervisory Control and Data Acquisition) pour une meilleure orientation des panneaux en fonction des conditions climatiques. Une augmentation de la production solaire est estimée entre 5% et 15% par rapport à une centrale photovoltaïque classique.
  • Plus de 800 capteurs météorologiques, mécaniques, agronomiques pour réaliser des études R&D approfondies.

A l’origine du projet, Jean-François Cortot, cherche à innover et à adapter son métier aux nouvelles contraintes environnementales et climatiques. Les cultures de l’exploitant ont particulièrement soufert du stress thermique et hydrique ces dernières années. Les fortes variations de températures et surtout les longues périodes sans eau ont eu un impact signifcatif sur les rendements et la croissance végétale notamment dans la culture de blé, avançant ainsi la date des moissons.

Un projet régional impactant et exemplaire, alliant production agricole, électrique et agriculture durable

Conçue par TSE, dans le cadre d’un partenariat de co-développement noué avec Dijon Céréales, la canopée a été mise en service en janvier 2024 à Verdonnet en Côte d’Or et est capable de produire une puissance de 2,4 MWc.

La canopée est installée sur une surface de grandes cultures de 3 hectares, en zone non irriguée, sur de petites terres caillouteuses. La rotation comprend notamment des cultures de blé, de féverole et d’orge d’hiver. Couvrant une surface de 35%, l’installation permettra d’éviter l’émission de 1 648 tonnes de CO2 par an.

L’installation de Verdonnet fera l’objet d’un suivi permanent au niveau de la performance de la canopée, mais aussi des cultures menées sous les panneaux. Cette évaluation agronomique rigoureuse sera menée sur neuf ans par les équipes R&D Alliance BFC en lien avec l’Inrae BFC. Ce suivi permettra de dégager des références techniques robustes et d’alimenter ainsi les travaux du Programme National de Recherche et Innovation (PNRI) sur l’agrivoltaïsme. La canopée agrivoltaïque de Verdonnet fait partie du programme agrivoltaïque de démonstrateurs de TSE, le premier en culture Bio. Les premiers résultats sont des plus encourageants, avec, pour la variété de blé Rubisco, une levée en hausse de +14%. Ce démonstrateur est d’ailleurs amené à être déployé dans d’autres exploitations agricoles en Bourgogne Franche-Comté.

Pourquoi vous lancez-vous dans un projet d’agrivoltaïsme ?

 « Cette canopée s’inscrit parfaitement dans la philosophie de notre exploitation, c’est-à-dire la construction d’un système agricole durable, qui répond aux enjeux de diversifcation des productions, de performance économique de l’exploitation dans le respect de l’environnement. C’est l’opportunité de développer une nouvelle activité de production énergétique, en lien avec l’installation de la nouvelle génération de nos enfants sur l’exploitation ». Jean-François CORTOT Exploitant agricole à Verdonnet.

« Cette inauguration concrétise un agrivoltaïsme vertueux voulue par l’ensemble des parties au projet, anticipant la réglementation. L’agrivoltaïsme dispose en effet désormais d’un cadre légal, exigeant, bénéfque pour toutes les parties-prenantes, permettant la coactivité des activités agricoles et énergétiques au profit premier de l’agriculteur. Chez TSE, nous avions anticipé cette règlementation, par conviction et engagements. C’est la raison pour laquelle nous pouvons inaugurer ce jour cette nouvelle canopée photovoltaïque et lancer son programme de recherche. Rien ne doit se faire sans les agriculteurs, sans l’agriculture, sans laisser à la terre sa mission première. Mais, désormais strictement encadrée par le décret du 8 avril, l’agrivoltaïsme va redonner au monde agricole une nouvelle centralité, celle de produire l’alimentation mais également l’électricité de notre pays. Ce partenariat, que nous sommes très heureux de signer ce jour, illustre notre engagement en faveur d’une agriculture durable et d’une transition énergétique réussie. C’est un accord ambitieux, avec une vision de déploiement de 700MW en sept ans, révèle la capacité d’anticipation et d’action de Dijon Céréales et d’Alliance BFC pour façonner le futur de l’agriculture et de l’agroalimentaire sur son territoire. »