Skip to main content

TOULOUSE : Raconter la Shoah avec Spirou

Print Friendly, PDF & Email
Floriane Dumont
7 Déc 2023

Partager :

TOULOUSE : Raconter la Shoah avec Spirou

L’exposition présentée au Musée départemental de la Résistance & de la Déportation en partenariat avec le Mémorial de la Shoah, à partir du 7 décembre, plonge dans l’univers du plus célèbre des grooms, le mythique Spirou.

Elle revient sur ses dernières aventures qui se déroulent en pleine Seconde Guerre mondiale.
Spirou, l’espoir malgré tout est une bande-dessinée en quatre parties écrite et illustrée par Émile Bravo et parue aux éditions Dupuis. Hyper historique et documentée, elle nous plonge dans la Belgique occupée et vient expliciter bien des sous-entendus des vieilles éditions.

C’est à partir de cette œuvre que le journaliste, historien et spécialiste du neuvième art Didier Pasamonik propose une exposition au Mémorial de la Shoah. « Son idée était de documenter, à travers de très nombreux éléments, l’histoire que j’ai créée. Elle l’ancre dans la réalité », explique l’auteur Émile Bravo. Spirou dans la tourmente de la Shoah, l’exposition, relie cette histoire à celle de Georges Evrard, rédacteur en chef du Journal de Spirou dès avant-guerre et résistant. Elle présente aussi bien des photos, des objets du quotidien de l’époque, que des extraits de journaux, témoignant de la vie à Bruxelles sous l’Occupation. Elle se découpe en douze parties, chacune d’entre elles s’ouvrant avec une planche de la bande-dessinée.

Entre fiction et faits historiques

L’exposition entame une grande tournée qui passe par Toulouse cet hiver, du 7 décembre au 2 mars. « Elle s’inscrit complètement dans la lignée de notre programmation, souligne Antoine Grande, directeur du Musée départemental de la Résistance & de la Déportation. C’est aussi une exposition qui dit des choses modernes sur la question des identités et de la liberté de l’individu dans le collectif ». Elle s’adresse à tous les publics, des plus jeunes aux adultes férus d’histoire. Les thèmes les plus difficiles comme l’antisémitisme sont abordés avec finesse, avec un double langage permettant à chacun d’y trouver les éléments qu’il est en mesure de comprendre. La version toulousaine de l’exposition sera augmentée de quelques éléments faisant référence aux camps d’internement des Pyrénées-Orientales.

Des ateliers seront proposés au jeune public, une rencontre est prévue le 11 janvier avec plusieurs acteurs de l’exposition dont Émile Bravo et enfin, une soirée consacrée à la Shoah dans la bande-dessinée se tiendra le 24 février. L’exposition poursuivra ensuite sa route vers l’Allemagne.

SOURCE : Conseil départemental de la Haute-Garonne