Skip to main content

TOULOUSE : Eugénie LEFEBRE, présidente du Nouveau Printemps

Print Friendly, PDF & Email
Floriane Dumont
10 Mai 2024

Partager :

TOULOUSE : Eugénie LEFEBRE, présidente du Nouveau Printemps

Pour sa seconde édition, le Nouveau Printemps fidèle à ses valeurs d’accès à la culture, de cohésion sociale et d’inclusion, s’associe à de nombreux établissements scolaires et acteurs sociaux.

Au-delà d’un programme gratuit de visites guidées et d’ateliers jeune public, mais également d’un accès gratuit à l’ensemble des expositions et des médiations nombreuses pour les groupes scolaires et le champ social, le festival s’engage dans une démarche proactive et rend ses propositions accessibles à toutes et tous, à travers des projets participatifs avec des établissements scolaires et d’enseignement supérieur et des associations, ainsi que des propositions nombreuses et inclusives en direction des publics en situation de handicap.

Le Nouveau Printemps mène un projet pédagogique au long cours avec des collèges et lycées de l’Académie. Pendant plusieurs mois, les enseignant·e·s de spécialités d’arts plastiques d’une trentaine d’établissements scolaires vont explorer avec leurs étudiant·e·s les terrains de recherches proposés par Alain Guiraudie et ses artistes invité·e·s.
Parmi ces thématiques : les dispositifs de narration, l’archive, les formes de résistances ou encore les promesses de demain.

L’occasion pour les élèves de s’approprier ces questionnements en étant totalement libres dans l’exploration des pratiques artistiques.

Les œuvres conçues dans le cadre de ce projet feront l’objet d’une restitution collective et seront exposées le temps du festival. Le festival publiera une édition qui regroupera l’ensemble des productions des élèves, disponible gratuitement au point d’accueil du festival.

En 2023, nous ouvrions une nouvelle ère pour le festival, celle du Nouveau Printemps, avec plusieurs convictions en toile de fond, et notamment : Entrer en résonance avec les grands enjeux, mutations, transformations et transitions de notre temps ; Accompagner les artistes émergent·e·s et confirmé·e·s dans des projets engagés dans des réflexions humaines, sociales, écologiques, territoriales, au travers d’une majorité de nouvelles créations ; Être un rdv annuel pour les amateur·trice·s et curieu·x·ses de Toulouse, de la région, de France et d’Europe ; Penser un festival qui rayonne depuis un territoire, dans les quartiers de vie et de ville, au travers de projets ouverts, festifs, et pour certains participatifs. Et un festival le plus écologique, responsable, inclusif possible en portant attention et innovation à nos manières de faire toujours plus durables. Partant de ces convictions, nous avons eu envie de créer un festival capable de se réinventer tous les ans, en invitant pour chaque édition un·e artiste associé·e venant d’un champ large de la création contemporaine (design, cinéma, littérature, musique, mode …) à poser un regard singulier sur un quartier de la ville de Toulouse, à s’intéresser à ses espaces et à ses habitant·e·s et à s’infiltrer dans ses interstices.

Nous avons ainsi choisi de confier cette deuxième édition au cinéaste et auteur Alain Guiraudie et de l’inviter à déployer son univers et sa pensée dans un quartier historique et central de la ville, le quartier des Carmes / Saint-Étienne. Avec ce deuxième opus, nous commençons à dessiner les contours d’un festival caméléon qui, ouvert à une multiplicité de regards sur l’art et sur le monde, se métamorphose chaque année sans jamais perdre son centre. Alors que la première édition imaginée par la designer matali crasset s’intéressait au vivant et aux communautés, celle d’Alain Guiraudie nous plonge dans les incertitudes d’un futur fantasmé, entre légèreté et inquiétude. Si les deux artistes développent des univers esthétiques très différents, ils partagent un goût pour les pas de côté et un sens aigu des liens aux territoires.

Alain Guiraudie, conteur hors-norme qui a le secret des juxtapositions inattendues et des télescopages improbables, réunit une vingtaine d’artistes contemporains, aux parcours et univers très différents. Expositions, installations dans l’espace public, projets participatifs, projections, fêtes… à l’image de ses films, il s’agit de trouver beauté et poésie là où on ne s’y attend pas. Un grand merci à celles et ceux qui rendent possible cette aventure renouvelée : Alain Guiraudie, qui s’investit avec passion et enthousiasme ; les artistes invité·e·s, au travail depuis plus d’un an pour certain·es ; nos partenaires institutionnels et privés ; les lieux qui nous accueillent ainsi que tous les enseignant·e·s et élèves engagés dans les divers projets participatifs ; et bien entendu le conseil d’administration et l’équipe du festival. Je tiens particulièrement à remercier Anne-Laure Belloc, ancienne directrice du festival, qui a fait partie des équipes du Printemps de septembre pendant près de dix ans et avec qui nous avons inventé cette nouvelle forme qu’est Le Nouveau Printemps.

Anne-Laure a imaginé, pensé et conçu avec Alain Guiraudie cette édition du festival et l’a accompagnée dans sa plus grande partie avant de rejoindre de nouvelles aventures professionnelles. C’est ainsi l’occasion d’exprimer la joie et l’honneur que le conseil d’administration et moi-même partageons d’accueillir dans l’équipe Clément Postec qui reprend le flambeau de la direction artistique du festival. Clément accompagne ainsi cette édition 2024 aux côtés d’Alain Guiraudie tout en se projetant déjà dans la suite, avec de nombreuses belles et nouvelles idées pour continuer d’inventer sans cesse cette manifestation profondément vivante.

SOURCE : Festival Le Nouveau Printemps.