Skip to main content

TOULOUSE : En Haute-Garonne, trois nouvelles aires de cov…

Print Friendly, PDF & Email
Floriane Dumont
24 Nov 2023

Partager :

TOULOUSE : En Haute-Garonne, trois nouvelles aires de covoiturage

Elles s’ajouteront aux 53 autres aires déjà existantes dans le département et seront aménagées d’ici la fin de l’année dans trois communes.

C’est l’une des ambitions affichées du Conseil départemental de Haute-Garonne. D’ici 2028, il souhaite créer 3.000 places dans le cadre de son plan d’aménagement d’aires de covoiturage lancé en 2017. Objectif : réduire l’utilisation de la voiture individuelle, notamment en ce qui concerne les déplacements quotidiens domicile-travail, et favoriser les transports en commun.

Nouvelles aires dans trois communes                                     

Pour atteindre cet objectif, la Vice-présidente chargée des mobilités, infrastructures et routes Martine Croquette a annoncé la mise en place de trois nouvelles aires lors de la commission permanente jeudi 16 novembre. Celles-ci se situeront dans les communes haut-garonnaises suivantes : Montesquieu-Volvestre avec 38 places prévuesBouloc avec 32 places, et Deyme, où pour l’instant, le nombre de places n’a pas encore été défini.

Fin 2023, la Haute-Garonne comptera ainsi 53 aires de covoiturage aménagées, pour près de 1.500 places disponibles. Cela représente la moitié de notre objectif », se réjouit le président du Département Sébastien Vincini.

Des aires repensées

Dans le cadre de ce plan, le Conseil départemental haut-garonnais affirme également « améliorer » les installations des aires existantes et celles en cours d’études, par le biais d’ombrières photovoltaïques, de bornes de recharge pour véhicule électrique et des box sécurisés pour les vélos. Un accent est aussi mis sur la végétalisation des aires, ainsi que sur la limitation de l’imperméabilisation des sols avec des « revêtements innovants ».

Le secteur des transports est la première source d’émissions de gaz à effet de serre en France, avec près de 30 % des émissions totales. Le Département n’a aucune compétence en matière de mobilité et de transports, mais l’urgence climatique nous oblige à accélérer un changement de modèle pour nos déplacements du quotidien. Ces nouveaux aménagements offrent des solutions concrètes aux habitants », souligne ainsi Sébastien Vincini.

Au total, ce programme représente un budget de 4,5 millions d’euros pour le Département, qui participe également au financement du Projet Mobilités de Tisséo Collectivités à hauteur de 201 millions d’euros.

SOURCE : Conseil départemental de la Haute-Garonne