Skip to main content

TOULON : Les Editions Bisous, on dirait le Sud…

Print Friendly, PDF & Email
Floriane Dumont
5 Déc 2023

Partager :

TOULON : Les Editions Bisous, on dirait le Sud…

Kiss Kiss la cigale, Bob le poulpe, Pink Lady et Hippocampe ont changé la vie de Meryl Fossé et Audrey Guitton. Une belle… illustration de l’effet Covid sur la créativité.

L’envie de Sud, de Var, de mer, de nature dans son for intérieur a trouvé par Les Editions Bisous nombre de réponses à la « carte », de la déco à l’accessoire, en passant par la mode et la papeterie.  

Par Olivier Réal

« Qui trop embrasse mal étreint »… Faisant démentir l’adage, Les Editions Bisous embrassent le Sud et la mer avec entrain à travers leurs créatrices varoises, Audrey Guitton par adoption, Meryl Fossé depuis l’origine. La créativité est leur grand dessein, incarné dans l’illustration numérique. La destruction du marché au cœur de la crise Covid dès le printemps 2020, réduisant conjointement à la portion congrue leur structure de communication Bisous Agency, créée un an plus tôt, a été source d’observation et génératrice d’un nouveau concept, Les Editions Bisous. Les événements et le confinement ont provoqué un véritable appel vers notre Sud, et par tous les chemins le désir d’y (re)venir, d’y habiter ou de s’en rappeler. Conjointement, l’inclination déco est devenue très porteuse en plus d’être médiatique, et l’envie de changer son intérieur s’est érigée en besoin.

« Nous avons fait le pari de surfer sur cette tendance par l’illustration et imaginé 4 animaux fantastiques, représentatifs de chez nous, Kiss Kiss la cigale, Bob le poulpe, Pink Lady et Hippocampe », expliquent-elles. L’Office de tourisme de Toulon a été séduit par cet univers et les premières cartes ont marqué un nouveau départ, en plus des esprits.

Sources d’inspiration

Sur leur lancée, elles ont été rapidement aiguillées pour mettre en avant les paysages varois, la Route du sel d’abord, puis La Capte à Hyères, Porquerolles, Le Pin de Galle au Pradet, l’Anse Méjean à Toulon, Les deux Frères à La Seyne, une vue mer à Six-Fours, la voile en Méditerranée, Les Pins Penchés avé les boules… Globalement, l’offre couvre aujourd’hui une soixantaine de sites dans l’environnement direct de Hyères et Toulon, leurs lieux respectifs de résidence, sachant que le cercle s’élargit au gré des demandes, et surtout des émotions (escapade à Saint-Tropez, Promenade des Anglais, jardin exotique d’Eze…).

Le style très épuré, aux traits arrondis, doux, mais qui peut se charger un peu plus si les éléments le nécessitent, est intimement lié au ressenti sur place d’Audrey qui dessine, de Méryl qui partage ses visions et frissons, et des personnes qui les sollicitent. Un jour ou l’autre, il faudra qu’il y ait naguère, on le sait bien, et les souvenirs de chacun sont sources d’inspiration, exprimés lors de rencontres, notamment sur les marchés où elles vendent leurs cartes, affiches en 30×40 ou 50×70, y compris avec cadre, et objets variés (magnets, porte-clés, coques de téléphone, sacs et pochettes de plage…). Par exemple lors des nocturnes cet été sur le port de Toulon. « On nous raconte telle anecdote à tel endroit que rappelle une de nos créations, avec les yeux qui brillent », explique Audrey ; « on nous dit aussi que ce serait bien que l’on représente cette plage ou cette vue qui manque à notre offre, arguments à l’appui », renchérit Méryl.

Toutes deux sont très touchées de l’effet procuré, du goût des autres et attentives à une mise en application qualitative de ce qu’elles voient et de ce qu’elles entendent, tout en restant accessibles au plus grand nombre. Pas d’excès dans les prix, mais pas question de se brader non plus. Pas de personnage humain non plus, que des paysages, de la mer, de la flore, de la faune. Il peut y avoir tantôt une maison toute en pierre que la mer a rongé, un chat, une tortue, des poissons rouges, il ne manque rien…

Raison(s) d’être

« Il faut toujours dire ce que l’on voit ; surtout faut-il toujours, ce qui est plus difficile, voir ce que l’on voit », écrivait Charles Peguy. Les Editions Bisous ont le dessin pour le montrer, pour plonger au fond de la mémoire des lumières d’autrefois, le tout agrémenté par des petites signatures, sous forme de phrases, de titres, d’accroches, à l’image du « croco » de Porquerolles définissant un point de vue spécifique pour regarder l’île faisant apparaître la tête du croco en question. « C’est le lieu qui fait vibrer », plaident-elles, considérant que la destination principale est le ciel, le soleil et la mer de chez nous. « Nos clients les envoient même vers la famille éloignée pour donner envie de revenir. C’est du vécu ! ». C’est du Sud incarné aussi. Et toujours en été.

« Nous « vendons » de belles histoires, nous prenons du plaisir à les raconter à notre façon, selon notre univers, en aimant ce que l’on fait », prônent-elles, pour mieux affirmer leur(s) raison(s) d’être. Dans ce contexte, petit à petit, le B to C, fort bien soutenu conjointement par le site e-commerce (https://leseditionsbisous.com), est assorti d’un segment B to B donnant une nouvelle jeunesse à l’agence de communication, à la faveur de demandes de collectivités, d’entreprises, d’architectes d’intérieur en amont des projets, sur un plus large spectre de supports. En l’occurrence PLV, calendriers, notebooks, catalogues, puzzles, packaging de bouteilles (de la bière à la lessive), et même une bougie parfumée pour Noël, en partenariat avec un artisan du Pradet, toujours par la porte d’entrée ciblée de leurs illustrations déclinées clé en main.

La cigale Kiss Kiss, Bob, Pink, Hippo ont fait donc des émules et sont d’autant moins dépourvus que la « bise » est bienvenue…

SOURCE : UPV – Var entreprises – Newsletter de novembre 2023