Skip to main content

TOULON : Législatives 2024 – Florian FIMBEL, candid…

Print Friendly, PDF & Email

Partager :

TOULON : Législatives 2024 – Florian FIMBEL, candidat dans la 2ème circonscription du Var

Déjà candidat en 2022, nous sommes allés à sa rencontre.

Cet entretien fleuve va vous être présenté en 5 parties (1 : présentation du candidat, 2 : parti Décidons Nous-Mêmes !, 3 : Démocratie Réelle, 4 : autres points programmatiques, 5 : quelles perspectives pour l’avenir ?).

Article 1/5 Présentation du candidat

– Pouvez-vous vous présenter en quelques mots ?

Né à Toulon, j’ai grandi au Revest-les-Eaux et ressens depuis tout jeune ce besoin d’engagement au service de l’Intérêt Général et du Bien Commun. Cela s’est très tôt traduit par un engagement associatif et militant. Après un Master obtenu à Science-Po, j’ai été notamment Directeur de Campagne en 2017, Directeur de Cabinet de Carqueiranne puis Directeur Adjoint de la plus grande association de la Région PACA qui vient en aide aux femmes battues et dont le siège social est à Toulon.

– Votre candidature est pour le moins atypique. Vous dîtes vous engager pour « la Démocratie Réelle », d’où provient votre engagement pour cette cause et comment s’est-elle matérialisée jusqu’à présent ?

Mon engagement pour la Démocratie Réelle remonte à 2014 où j’ai créé une Assemblée Constituante étudiante à Nice puis l’année d’après à Versailles avec la création de F.R.A.N.C.E. (Formation Rassemblée Autour d’une Nouvelle Constitution Etudiante). Engagé dans le collectif Objectif RIC, j’ai milité ardemment pour cette cause depuis.
Après avoir co-fondé l’association « Construisons Notre Bonheur », ses adhérents m’ont porté candidat aux Législatives en 2022 dans la 3ème circonscription du Var pour défendre le RIC en toutes matières et l’exemplarité des élus. Ce fut une expérience très enrichissante même si le résultat ne fut pas à la hauteur de nos espérances.
J’ai aussi été le co-fondateur du mouvement « Ynitions » qui vise à ce que la génération Y invente une nouvelle façon de faire de la politique… J’ai une grande foi en ma génération pour faire le changement de paradigme que notre époque impose, et je crois que ce changement peut surgir de chez-nous.

– Qu’est-ce qui vous fait penser que ce changement auquel vous aspirez peut prendre forme ici ?

Vous connaissez les Varois ? Ce sont des personnes fières, prêtes à défendre leur identité, leur mode de vie (qui nous est fortement envié) et qui ont un esprit critique très développé. Les gens ont conscience que les choses ne tournent pas rond, et de plus en plus de personnes s’engagent, dans le milieu associatif notamment, pour que perdure ce lien social qui fait notre force.
Les Varois sont attachés à leur territoire et ne le laisseront pas être défiguré.

– Vous connaissez donc bien le territoire dans lequel vous vous présentez ?

Je le connais parfaitement, j’y ai vécu quasiment toute ma vie : j’ai fait mon collège à Alphonse Daudet à La Valette-du-Var et mon lycée au Coudon à la Garde. Mes grands-parents vivent à La Farlède. Je suis enraciné dans mon Territoire et je suis fier d’être originaire du Département du Var, qui, il faut bien le dire, est le plus beau Département de France. Je voyage beaucoup (plus de 40 pays visités dont 23 en solitaire) mais où que je sois, mon cœur est Varois, plus précisément Revestois, et je m’efforce d’être le meilleur ambassadeur de notre territoire.

Je suis amoureux de ses trésors naturels qu’il nous faudra réussir à protéger (le Var est le Département le plus boisé de France métropolitaine !), de son identité particulière et de son art de vivre qu’il nous faut absolument défendre et je serais plus qu’honoré d’être le digne et fier représentant de ce magnifique coin de France et de ses habitants.

– Comment vous décririez-vous aujourd’hui ?

Je me décrirais comme un démocrate humaniste qui aime profondément son pays et sa région. Je suis un optimiste né, quelque peu idéaliste… Mais n’est-ce pas le moment d’inventer ce nouvel idéal Français ?