Skip to main content

TOULON : Le Gouvernement continue de nous vider les poches

Print Friendly, PDF & Email
Gilles Carvoyeur
13 Avr 2024

Partager :

TOULON : Le Gouvernement continue de nous vider les poches

En mars, après la publication des statistiques catastrophiques du déficit public de la France, l’économiste Marc Touati alertait sur l’ampleur du dérapage des comptes publics.

Dans le domaine des finances publiques, la dette publique rassemble l’ensemble des engagements financiers pris sous forme d’emprunts par un État, ses collectivités publiques et ses organismes qui en dépendent directement.

En 2023, le déficit public s’élevait à 5,5 % du PIB et la dette publique à 110,6 % du PIB (comptes nationaux des administrations publiques). Le déficit pour 2023 s’établissait à 154,0 milliards d’€, soit 5,5 % du produit intérieur brut (PIB), après 4,8 % en 2022 et 6,6 % en 2021.

Tandis que l’INSEE a confirmé le déficit public, un député (PS) a dénoncé l’incompétence de Bruno Le Maire, ministre de l’économie et des finances : « Soit il a menti en faisant adopter, par la procédure du 49.3, un budget se basant sur de fausses prévisions, soit il brille par son incompétence alors qu’il est aux affaires depuis 7 ans » !

Il est vrai que la France est le plus mauvais élève des grands pays de la zone Euro.

Alors que des pays (Chypre, Portugal, Pays-Bas ou Allemagne) arrivent à avoir des excédents publics, la France en est incapable.

Avec une dette de 720 milliards d’€ sur l’année, alourdie par les 540 milliards de l’administration centrale, une augmentation de 370 milliards du PIB, conduit le pays à un niveau historique de dette à 3 200 milliards !

Compte tenu d’une croissance faible 0,5 %, de la charge des intérêts de la dette, de l’augmentation du chômage, de la poursuite de l’augmentation de la dette publique, le déficit va encore augmenter. Cela ne peut plus durer !

Sylvain Maillard, président du groupe Renaissance à l’Assemblée, a plaidé pour un gel des retraites : « Pas d’augmentation des pensions ni des prestations sociales, ce qui permettrait d’économiser 20 milliards. Les anciens peuvent comprendre. Ils sont ceux qui assurent la pérennité du système face à ceux qui le menacent ».

Cette idée relève du suicide politique car les retraités sont la base électorale de Macron. Les seniors pourraient s’en souvenir à l’occasion d’une prochaine échéance électorale.

Face à une crise inflationniste la plus grave depuis les années 1970, la France doit impérativement maîtriser ses dépenses publiques.

Le Gouvernement est face à un choix politique pour désendetter le pays. Lutter contre la fraude fiscale et sociale qui s’est élevée à 15 milliards en 2023 et depuis 2017, des milliards ont été dépensés dont 40 pour des cabinets conseils, 13 pour l’Ukraine, etc.

Une situation économique surprenante, alors que nous avons les premiers de la classe.

Bruno Le Maire vient d’écrire « La Voie française » qui a fait dire à Macron : « Il y a plein d’idées, dommage que l’auteur ne soit pas ministre de l’Économie » alors que lui-même, ancien banquier Rothschild, nous disait : « C’est moi ou le chaos » !

Dans son dernier livre « Où va le pognon ? » Dupont Aignan, président de Debout la France, n’est pas tendre avec le président de la République : « On nous avait annoncé les Mozart de la finance, en réalité, nous avons les tocards de la finance » !

Bernard BERTUCCO VAN DAMME (PRESSE AGENCE – LA GAZETTE DU VAR).