Skip to main content

TOULON : BTP – Et si on réarmait la filière constru…

Print Friendly, PDF & Email
Floriane Dumont
8 Fév 2024

Partager :

TOULON : BTP – Et si on réarmait la filière construction ?

Pendant que le Président de la République appelle au réarmement du pays, la profession entre en résistance et fait front contre la crise du logement au sein d’une Alliance inédite (cf. verso) pour, notamment, défendre les droits à construire en voie de disparition.

A peine 240 000 mises en chantier de logements annoncées pour 2024 en France. Encore moins qu’en 1992 et 1993, nos pires années. Tout concoure à cet effondrement annoncé, à commencer par la chute des autorisations de logements neufs sous les coups de boutoir du ZAN, des recours abusifs, de la flambée des prix, de la restriction du crédit et de la frilosité des maires à délivrer des permis à 2 ans des élections municipales, … et oui, déjà !

Sommes-nous donc réellement entrés en guerre ?

En tout cas, la rhétorique et le vocabulaire présidentiel ne laissent aucun doute à ce sujet. Souvenez-vous. Dans son discours du 16 mars 2020 au début de la crise sanitaire, Emmanuel Macron avait déjà employé un ton martial, « nous sommes en guerre », à partir duquel la Fédération avait filé la métaphore dans ses Rencontres de la Construction de 2021 avec un titre un brin provocateur : « Si vis pacem, para bellum, si tu veux la paix prépare la guerre » où nous analysions les différents théâtres de guerre économique qui sont autant de situations de crise.

Deux ans auparavant, dès 2018, c’est aussi lui qui avait ouvert les hostilités contre le secteur de la construction en remplaçant l’impôt sur la fortune (ISF) par l’impôt sur la fortune immobilière. Ce marqueur de l’arrivée au pouvoir du nouveau locataire de l’Elysée désignait déjà clairement l’immobilier comme un secteur de rentier où l’investissement serait tout sauf productif. Fallait-il déjà y voir une première déclaration de guerre contre notre industrie ? Certainement, mais de tels raisonnements conduisent à l’impasse, comme souvent la guerre, et à de nombreuses victimes civiles collatérales, ici les candidats à l’accession, ceux en mobilité professionnelle et autres mal-logés … Bref, tous nos concitoyens !

Or, pour le réarmement démographique, il faudra sans doute faire des bébés. Souhaitons que les couples en âge de les faire soient bien logés et qu’ils aient les perspectives de s’agrandir pour y accueillir le petit dernier. Pas gagné dans la France sans nouveau logement que l’on nous prépare ! Et pour le réarmement économique, mieux vaut que les freins à l’emploi comme le logement, la mobilité ou encore la fracture numérique soient levés. Bonne chance dans la France sans ministres du logement, des transports ou de l’aménagement du territoire ! En résumé, comment aller à la guerre sans munitions, sans soldats ni généraux ? La vraie citation de Martin Nadaud, maçon creusois puis député, « lorsque le bâtiment va, tout profite de son activité » devrait plutôt inciter nos gouvernants à réarmer la filière de la construction avant que la mécanique générale de notre économie ne s’enraye !

Jean-Jacques Castillon, président de la Fédération du BTP du Var

SOURCE : BTP83 – La lettre du mois de février 2024