Skip to main content

SAINT TROPEZ : Sylvie Bourgeois Harel publie « Sophie à …

Print Friendly, PDF & Email

Partager :

SAINT TROPEZ : Sylvie Bourgeois Harel publie « Sophie à Megève », le 4ème tome de sa collection de « Sophie »

Avec mes romans Sophie à Cannes, Sophie au Flore, Sophie à Saint-Tropez, et maintenant Sophie à Megève, ma collection de “Sophie” commencée chez Flammarion, j’ai désiré créer un nouveau type d’héroïne dont le mode de pensée, toujours à contre-courant, amuse et surprend ses interlocuteurs.

En effet, libre, drôle, cash, facile à apprivoiser à court terme, mais insaisissable dans le long terme, Sophie, avec sa dialectique particulière qui lui permet toutes sortes d’acrobaties verbales, fait rire par sa façon inattendue de surmonter ses angoisses ou ses blessures intimes, et de se sortir d’affaire chaque fois qu’elle se trouve dans des situations difficiles qu’elle semble, pour notre plus grand plaisir, attirer et accumuler.

Ma Sophie aura toujours 40 ans, l’âge où j’ai changé radicalement de vie. Un âge où tout est encore possible. Un âge où la femme est encore jeune, mais plus trop non plus. Un âge où si l’on doit prendre des décisions importantes, il ne faut plus tarder.

Le principe de mes “Sophie” est de plonger mon héroïne, qui est toujours en rupture sentimentale à chaque début de livre, dans des univers qu’elle ne connaît absolument pas, mais qu’en revanche, je connais parfaitement bien afin de donner à mes lecteurs de la précision, de la justesse et une certaine forme de vérité.

Sophie à Cannes se déroule pendant une semaine de Festival de Cannes. Sophie au Flore se passe à Saint-Germain-des-Près dans le milieu littéraire, journalistique et politique. Sophie à Saint-Tropez navigue dans ce village connu du monde entier où Sophie rencontre autant de milliardaires que de paumés sous fond de fable écologique. Avec Sophie à Megève, je plonge mon héroïne dans l’univers des héritières, des hommes d’affaires et des fils à papa branchés, mais aussi des locaux de cette si charmante et mondaine station de ski, durant les fêtes de Noël.

J’ai voulu que mes « Sophie » sous un air de ne pas y toucher soient des livres très sociologiques, mais aussi un portrait amusant de notre époque.

Ce sont des comédies, j’aime faire rire. C’est d’ailleurs beaucoup plus difficile de faire rire que de faire pleurer. C’est donc mon challenge !!!

Après Rastignac et Madame Bovary, dorénavant, il y a Sophie !

Sylvie Bourgeois Harel