Skip to main content

PARIS : Yann WEHRLING : « Je n’irai pas à la COP28 …

Print Friendly, PDF & Email
Floriane Dumont
3 Déc 2023

Partager :

PARIS : Yann WEHRLING : « Je n’irai pas à la COP28 Climat à Dubaï »

Yann Wehrling, ancien ambassadeur de France à l’environnement, vice-président de la Région Ile de France à la transition écologique.

Il est en effet choquant d’organiser une conférence mondiale contre le changement climatique dans un pays dont l’économie repose presqu’exclusivement sur l’extraction et la vente de pétrole, principale cause de nos émissions mondiales de gaz à effet de serre.

Au fond, que des entreprises ou des Etats pétroliers défendent leurs intérêts, libre à eux de le faire même si on aimerait qu’eux aussi nous démontrent avec force qu’ils ont entendu les messages des scientifiques. Mais que nous nous laissions entrainer dans leurs logiques, c’est là que la ligne rouge est franchie. Qu’on le veuille ou non, aller à Dubaï pour parler du changement climatique, nuira au message et aux objectifs de la lutte contre le changement climatique.

Etonnamment, de nombreux participants ne comptent pas renoncer à leur participation à cette COP. Pour avoir été à de nombreuses reprises dans des COPs, je devine les raisons. Elles sont simples, elles tiennent à l’entre soi d’une communauté de plusieurs milliers de personnes qui ont pris l’habitude, années après années, de se retrouver dans ces rendez-vous internationaux aux codes bien établis. Habitudes telles que le lieu importe peu. L’impact symbolique n’est plus perçu.

Ce qui est le plus préoccupant, c’est de ne pas voir à quel point les COPs environnementales ont perdu de leur vernis. Elles sont jugées durement dans les médias, pour leurs coûts et leur inefficacité.

Chères ? elles le sont, et sans doute faudrait-il revoir fortement à la baisse les montants engagés pour ces réunions quand on sait à quel point les fonds manquent pour agir concrètement sur le terrain.

Inefficaces ? moins qu’on le prétend car sans convention mondiale sur le climat ou la biodiversité, la situation serait bien pire. Faut-il se réunir chaque année ? certainement pas. Un rendez-vous mondial global, tel lessommets de la Terre, tous les 3 ans, serait tout à fait suffisant. Moment phare pour aborder au même moment tous les grands sujets environnementaux qui font socle commun d’intérêt pour l’humanité : climat, biodiversité, eau, océans, matières.

Dans ce contexte de fragilité grandissante des COPs, choisir Dubaï ne peut qu’accentuer une forme d’essoufflement des COPs où les participants ne se rendent même plus compte de la singulière perte en lisibilité, voire en crédibilité de ces rendez-vous.

Le sujet n’est pas tant : « Dubaï ou pas Dubaï»… mais peut-être bien : « COP ou pas COP ».

À propos du Parti Écologie Positive

Le Parti Écologie Positive, porté par Yann Wehrling, ancien ambassadeur de France à l’environnement, vice-président du Conseil Régional d’Ile-de-France en charge de la Transition Ecologique, s’engage à promouvoir des politiques et des actions visant à préserver et à restaurer l’environnement. La démarche du parti consiste à construire les grands compromis de société dont nous avons besoin pour une mise en œuvre réelle et urgente de la transition écologique. A cette fin, le parti promeut une méthode d’écoute des difficultés et des enjeux des transformations en cours dans l’industrie et tous les secteurs économiques, encourageant ainsi des solutions adaptées et réalistes.

www.ecologiepositive.eu