Skip to main content

PARIS : Vera Molnár, l’hommage du Centre Pompidou …

Print Friendly, PDF & Email

Partager :

PARIS : Vera Molnár, l’hommage du Centre Pompidou après la disparition de l’artiste

Ce 2 juin, c’est le 1er dimanche du mois !

Tandis que Théodore Rousseau enchante les galeries du Petit Palais, que l’empire Aztèque s’empare du Quai Branly et que les paradis blancs de Robert Ryman envahissent le Musée de l’Orangerie, l’impressionnisme quant à lui émerveille toujours les visiteurs du Musée d’Orsay. Découvrez ici notre sélection des expositions à aller voir gratuitement.

Compter, encore et encore… À l’aube de son 100anniversaire, Vera Molnár énumérait toujours les mois comme le font habituellement les enfants. Cette grande dame de l’abstraction géométrique s’est donc éteinte en décembre dernier à 99 ans et 11 mois, quelques semaines seulement avant d’atteindre l’âge canonique. Cette pointure de l’art digital n’était pas la seule à compter les jours. À l’instar de la Galerie 8+4, le Centre Pompidou souhaitait lui aussi célébrer l’œuvre tridimensionnelle d’une pionnière du codage informatique qui avait l’art de construire, de déconstruire et de tordre le cou aux algorithmes pour créer un univers à soi.

Imaginée comme une flamboyante rétrospective, cette exposition sonne aujourd’hui comme le plus bel hommage d’une institution envers son artiste fétiche. Œuvres de jeunesse, dessins sur papier, peintures et photographies sont réunis ici pour la première fois. L’exposition réserve aussi des pièces inédites comme cette sculpture en aluminium et acier inoxydable ou cette installation conçue d’après un poème de Shelley, achevée dans les tout derniers mois de 2023. Alerte et espiègle, Vera Molnár connaissait les codes de l’art, s’en amusait presque, allant jusqu’à réaliser le casse du siècle l’an passé en vendant en moins d’une heure plus de 500 NFT à son nom. Quand on vous parle de pionnière…

SOURCE : Arts in the City.