Skip to main content

PARIS : Vagues de chaleur, la climatisation va-t-elle dev…

Print Friendly, PDF & Email

Partager :

PARIS : Vagues de chaleur, la climatisation va-t-elle devenir indispensable ?

Selon Météo France, si nous n’agissons pas maintenant, la fréquence des canicules doublera d’ici à 2050 et elles seront quasi permanentes en été d’ici la fin du siècle.

La France subira alors 5 à 10 fois plus de jours de vagues de chaleur, qui pourront durer d’un à deux mois en continu. Alors, investir dans un climatiseur, est-ce la seule solution ?

Chaud devant
« Les conditions climatiques vont considérablement se durcir dans les années qui viennent » explique Hakim Hamadou, Expert à l’ADEME Auvergne-Rhône-Alpes / Service Bâtiment et co-auteur de l’avis de l’ADEME sur le confort d’été. Refroidir les bâtiments sera donc indispensable. Mais avant cela, il est nécessaire d’anticiper dès maintenant l’adaptation du bâti afin de retarder l’usage de solutions actives de refroidissement (dont fait partie la climatisation) tout en maîtrisant mieux la consommation d’électricité de ces systèmes.

Comment retarder l’usage de la clim ?

À court terme, il est nécessaire de mettre en place ce qui peut être fait tout de suite ou assez rapidement. « Cela peut être l’installation et le bon usage des protections solaires extérieures, l’ouverture des ouvrants la nuit dès que la température redescend, les gestes efficaces au quotidien… » énumère Hakim Hamadou. À moyen terme, il y a les « mesures d’adaptation plus lourdes », dont le plus gros chantier est celui de la rénovation énergétique des bâtiments. La recommandation de l’ADEME à cet égard est très claire : il faut intégrer le « confort d’été » dans les futurs plans de rénovation. Il va falloir repenser la conception des bâtiments pour s’adapter au climat de demain et à la chaleur. On connaissait les « passoires thermiques » impossible à chauffer en hiver, il y a désormais les « bouilloires thermiques » qu’on ne peut rafraîchir en été et qui pourraient contribuer à renforcer la précarité énergétique de certains ménages si l’unique réponse est la climatisation.

Le saviez-vous ?

Au 1er janvier 2023, 17,8 % des logements en France étaient des passoires thermiques, c’est-à-dire classés F ou moins. En parallèle, 25 % des ménages en France disposent déjà de « solutions actives » de rafraîchissement, comme la climatisation.

Face aux vagues de chaleur, on protège, on isole et on ventile

Pour vivre au frais, vivons cachés ? « Les protections solaires extérieures doivent permettre de doser l’apport de lumière nécessaire sans vivre dans le noir en journée, tout en faisant circuler l’air plus frais la nuit. Elles devront aussi empêcher les risques d’intrusion ou ceux liés aux intempéries, moustiques… » indique Hakim Hamadou. Ces protections solaires (volets, brise-soleils orientables ou non, stores, jalousies, etc.) efficaces et avec un rôle multiple sont déjà en vente sur le marché.

En matière d’isolation, il est recommandé d’isoler les murs par l’extérieur quand cela est possible, car cela permet de stocker de la chaleur en hiver et de mobiliser cette inertie pour rafraîchir en été. « On peut également retrouver de l’inertie par les planchers ou les cloisonnements intérieurs » précise Hakim Hamadou. Ces solutions d’isolation par l’extérieur sont d’ailleurs couramment utilisées pour les logements, mais aussi les établissements publics, comme les écoles.

LIRE LA SUITE

SOURCE : ADEME INFOS.