Skip to main content

PARIS : Vacances de février – Un défi particulier d…

Print Friendly, PDF & Email
Floriane Dumont
24 Fév 2024

Partager :

PARIS : Vacances de février – Un défi particulier dans la gestion du temps d’écran pour les parents de la Zone B

Lors de sa conférence de presse du 16 janvier 2024 Emmanuel Macron a fait du contrôle des écrans et de leur utilisation un élément central de son propos sur l’éducation et a fait appel pour ce faire à une commission d’experts.

tonies® France, entreprise créatrice de la Toniebox, une conteuse d’histoires sans écran permettant de développer de nombreux apprentissages chez les enfants dès 3 ans, a souhaité faire un état des lieux en interrogeant 1030 parents français à la veille des vacances de février. L’objectif est de savoir comment les parents gèrent l’utilisation des écrans pendant les vacances d’hiver.

tonies® France publie ci-dessous les résultats d’une enquête réalisée par OpinionWay auprès de 1030 familles françaises entre le 16 et le 24 janvier 2024

Étude réalisée par Opinionway pour tonies® auprès de 1030 personnes, représentatives de la population française de parents d’enfants âgés de 3 à 10 ans du 16 au 24 janvier 2024. Au sein de cet échantillon 487 parents résidant dans la zone B ont été interrogés.

76 % des parents de la zone B estiment avoir trouvé le bon équilibre en matière de gestion des écrans pendant leurs vacances en étant justes ou cools

Les écrans exercent une forte attraction sur les plus jeunes : 92% des parents de la zone B interrogés rapportent que leurs enfants âgés de 3 à 10 ans sont quotidiennement exposés aux écrans tout au long de l’année et seulement 3% des parents indiquent que leurs enfants ne sont pas particulièrement intéressés par les écrans.

La majorité des parents ont le sentiment d’avoir une attitude positive : la moitié d’entre eux a le sentiment d’avoir trouvé le bon équilibre et d’être « justes » avec leurs enfants (49%) et un quart des parents de la zone B se qualifie de « cool » (27%).

97 % des parents d’enfants de la zone B sont exposés aux écrans pendant les vacances d’hiver avec un temps d’exposition moyen de 1h et 59 mn/jour

En période scolaire, le temps passé sur les écrans se veut maîtrisé par les parents. En moyenne, le temps passé devant les écrans par leurs enfants, pendant la période scolaire serait de 1h et 19 minutes. Mais pendant les vacances, les parents constatent une forte inflation du temps que leurs enfants passent devant les écrans : lors des congés d’été, 98% des parents déclarent que leur progéniture est exposée aux écrans dont 78 % au moins 1 heure par jour.

Le bilan est encore plus alarmant s’agissant des vacances d’hiver : 97% des parents de la zone B déclarent que leur progéniture est exposée aux écrans (visionnage de télévision, tablette ou smartphone) dont 84 % au moins 1 heure par jour. Le temps moyen d’exposition pendant les vacances de février est de près de 2h par jour (1h et 59 mn). Pour plus de la moitié des parents de la zone B, il s’agit même de plus de 2h d’écrans quotidiennement (51%).

On passe ainsi à une moyenne de 1h59 mn d’écrans chaque jour pour les 3-10 ans, selon leurs parents, pendant les vacances d’hiver, soit 40 minutes de plus qu’en temps normal (ce qui équivaut à une hausse de 51% !) et de 7 minutes de plus que pendant les congés estivaux.

Une situation qui n’est pas satisfaisante pour 79 % des parents de la zone B

Cette situation n’est pas du tout satisfaisante pour la plupart des parents : 79% aimeraient que leurs enfants passent moins de temps sur les écrans pendant les vacances. Pour cause, les craintes de répercussions en matière de développement cognitif de leurs chères têtes blondes sont fortes : 70% ont peur que leurs enfants soient affectés par le temps qu’ils passent devant les écrans pendant ces nombreux moments de temps libre.

Les astuces habituellement mises en place

82 % des parents de la zone B font appel à des activités alternatives pour limiter le temps d’écran pendant les vacances d’hiver et 66 % essaient d’instaurer des règles…

Pour limiter le temps d’écran de leurs enfants en vacances, les activités alternatives sont la solution préférée des parents de la zone B (82%) : ils organisent notamment des activités en famille comme les jeux de société, des sorties au musée, des spectacles, etc. (73%), mais ils les inscrivent aussi à des activités individuelles (38%) ou bien ils ont recours à des solutions audio comme les conteuses ou les livres audio (23%).

En complément, ils instaurent (ou tentent d’instaurer tant bien que mal) des règles sur l’utilisation des écrans (66%) : un parent sur deux a fixé un nombre d’heures maximum sur les écrans (51%), près d’un parent sur trois a recours au contrôle parental (28%) et un parent sur cinq de la zone B passe par des interdictions d’écrans (19%).

Par ailleurs, 37% essaient de donner le bon exemple en évitant eux-mêmes de passer du temps sur les écrans. Au contraire, 27% ne cherchent pas à gérer le temps que leurs enfants passent sur les écrans et les laissent s’autonomiser.

Les activités en famille sont privilégiées par les mères (78% vs 63% des pères) alors que les pères sont plus nombreux à fixer des règles (73% vs 62%).

Les solutions audio comme les conteuses d’histoires sont plébiscitées par les jeunes parents de la zone B (34% des moins de 35 ans) et par ceux ayant des enfants de 3 à 5 ans (31%). 41% des parents qui réussissent à ne pas exposer leurs enfants à des écrans pendant la période scolaire ont recours aux solutions audio pendant les vacances.

… mais la majorité des parents de la zone B (66 %) est confrontée des enfants qui préfèrent être sur les écrans à l’intérieur plutôt que de jouer à l’extérieur pendant les vacances de février

Les vacances de février sont celles qui sont le plus compliquées pour inciter les enfants à sortir jouer dehors. En effet, pour ceux qui n’ont pas la chance de partir ni d’aller au centre de loisirs, rester jouer au chaud dans sa chambre ou son salon apparaît comme l’occupation la plus privilégiée pour les chers petits. Que ce soit avec ses parents, ses grands-parents ou sa nounou, rester chez soi et jouer à l’intérieur est l’activité préférée des enfants selon 66% des parents de la zone B.

Les projets pour les vacances d’hiver des enfants en 2024

71 % des parents de la zone B déclarent que leurs enfants resteront à domicile ou chez un membre de leur famille pendant les vacances de février

Sortir les enfants de leur environnement habituel peut aider à les garder loin des écrans. Cette année, 23% seulement des parents de la zone B indiquent que leurs enfants iront dans un centre de loisirs, 16% au ski, 9% à la campagne, 6% en colonie de vacances.

Mais 71% des parents de la zone B nous disent surtout qu’ils resteront dans le cadre familial, notamment chez les grands-parents (27%), soit qu’ils resteront à domicile, un parent sur quatre n’ayant rien prévu (32%)… Des figures « d’autorité » qui peuvent manquer de temps ou se montrer quelque peu laxistes en matière de gestion des écrans avec les enfants.

Le niveau de préparation des parents grandit à l’approche des vacances des vacances d’hiver : elles ont commencé dès le 10 février pour la Zone C (Créteil, Montpellier, Paris, Toulouse, Versailles) et 78% des parents qui habitent dans cette zone ont un plan pour leurs enfants. Viennent ensuite les parents de la Zone A (73%) et enfin les parents de la zone B (68%) qui ont eu deux semaines de plus pour organiser quelque chose.

Mais la possibilité de partir en vacances dépend aussi beaucoup de la situation financière de la famille : 72% des parents de la zone B dont le foyer gagne plus de 2000€ par mois ont prévu un séjour pour ces vacances, contre 60% de ceux dont les revenus sont inférieurs à 2000€ par mois.

Les activités envisagées sont : des jeux de société pour 77 %, des activités manuelles pour 69 %, cuisiner pour 60 %, lire un livre ‘papier’ pour 46 % ou écouter une boîte à histoires pour 22 %

Si la météo vient limiter les sorties pendant les prochaines vacances scolaires, les parents ou grands-parents devront trouver des activités d’intérieur pour occuper les enfants. Les 4 principales activités que les parents de la zone B envisagent sont les jeux de société (77%), les activités manuelles (69%), la cuisine (60%) et la lecture de livres au format papier (46%).

Si ces activités n’impliquent pas d’écran, elles peuvent nécessiter une surveillance voire une participation active des adultes, surtout avec les plus jeunes. Ils prévoient aussi de les pousser vers des activités où ils peuvent être autonomes, comme écouter de la musique (40%) ou des histoires sur une conteuse ou une boîte à histoires (22%).

Les écrans seront à nouveau bien présents dans le quotidien des petits vacanciers : 57% des parents suggèreront à leurs enfants des activités sur écran, comme regarder des dessins animés ou des émissions pour enfants (45%), jouer sur ordinateur, tablette ou smartphone (22%) ou lire sur une tablette ou une liseuse (6%).

Face à l’omniprésence des écrans, les trois-quarts des parents (75%) voudraient disposer de soutions simples et efficaces pour limiter le temps passé dessus par leurs enfants en vacances.

Le format audio apparait pour les parents comme une alternative intéressante pour captiver les enfants sans les laisser devant un écran. Les boîtes à histoires, ou conteuses d’histoires, sont par exemple des jouets électroniques sans écran, qui permettent d’écouter des histoires ou de la musique : 43% des possesseurs inciteront leurs enfants à l’utiliser pendant les prochaines vacances.

Conclusion

Les vacances d’hiver sont propices à l’augmentation du temps passé devant des écrans pour les enfants : près d’un parent sur deux reconnait que ses enfants passent plus de 2h par jour devant un écran à cette période.

Ce temps passé sur les écrans s’explique par une difficulté à mettre en place des règles concernant les écrans pendant les vacances. Plusieurs obstacles peuvent venir compliquer la situation : des grands-parents n’osant pas dire non à leurs petits-enfants, le manque de temps pour leur proposer d’autres activités et l’opposition des enfants eux-mêmes qui préfèrent souvent être sur des écrans à l’intérieur au lieu d’aller jouer dehors pendant les vacances d’hiver.

Pourtant les parents ne s’y montrent pas favorables et aimeraient que leurs enfants consacrent moins de temps aux écrans pendant les vacances, d’autant plus qu’ils s’inquiètent des conséquences de cette exposition prolongée.

Aujourd’hui, les parents sont à la recherche de solutions simples et efficaces pour limiter le temps d’écran de leurs enfants en vacances. Les activités d’intérieur qu’ils proposent ou aimeraient proposer à leurs enfants impliquent souvent la participation d’un adulte (jeux de société, activités manuelles, cuisine), surtout avec les plus petits. Les conteuses et les boîtes à histoire, qui ont trouvé leur place dans les boites à jouets d’un grand nombre d’enfants, peuvent être une alternative : les enfants peuvent les utiliser en toute autonomie pour se faire raconter des histoires qui les captivent loin des écrans.

À propos de tonies®

tonies® est la plus grande plateforme audio interactive pour enfants au monde, avec plus de 5,7 millions de Tonieboxes et 72 millions de figurines Tonies vendus. Sans fil, sans écran et permettant une écoute en toute sécurité, ce système audio intuitif et primé a ainsi changé la façon dont les jeunes enfants jouent et apprennent de manière indépendante. Les Tonieboxes ont été activées dans plus de 100 pays et le catalogue comprend plus de 770 Tonies.

Plus d’informations sur www.tonies.fr

Méthodologie de l’étude réalisée par OpinionWay

L’étude « Les parents et la gestion des écrans pendant les vacances », réalisée pour tonies® France, est destinée à comprendre et analyser la façon dont les parents français encadrent le temps que leurs enfants passent devant des écrans et quelles activités ils leur proposent pendant les vacances. Cette étude a été réalisée auprès d’un échantillon de 1030 personnes, représentatif de la population française de parents d’enfants âgés de 3 à 10 ans, constitué selon la méthode des quotas, au regard des critères de sexe, d’âge, de catégorie socioprofessionnelle, de catégorie d’agglomération et de région de résidence.

Au sein de cet échantillon 487 parents résidant dans la zone B ont été interrogés.

Les interviews ont été réalisées par questionnaire autoadministré en ligne sur système CAWI (Computer Assisted Web Interview).  Les interviews ont été réalisées du 16 au 24 janvier 2024.