Skip to main content

PARIS : UDI – 3% du PIB des Etats membres consacrés…

Print Friendly, PDF & Email
Floriane Dumont
4 Déc 2023

Partager :

PARIS : UDI – 3% du PIB des Etats membres consacrés à la recherche et à l’innovation

Dont un tiers affecté au budget européen pour développer une stratégie et de grands projets à l’échelle du continent.

De tout temps, les nations les plus puissantes sont celles qui étaient à la pointe du progrès. Pour rester dans le concert des puissances mondiales, il est impératif pour l’Europe d’être technologiquement compétitive. De plus, l’innovation est créatrice d’emplois et elle offre des avantages aux consommateurs et aux employeurs, tout en améliorant la qualité de la vie (santé, environnement, etc.).

En apparence, la part du budget « Recherche et innovation » de l’UE est satisfaisante puisqu’elle représente 8% du budget de l’Union (soit 14 milliards). Mais cet effort européen ne masque pas que les budgets des Etats membres (2,3% du PIB en moyenne, 2,2% en France) sont très en dessous des objectifs fixés par l’UE elle-même à 3% et très en dessous des autres puissances (USA 3,5%, Japon 3,3%).

À titre d’exemple, quand l’UE a investi 2 milliards en 2022 sur l’Intelligence Artificielle, seule la société Meta (Facebook) a investi 15 fois plus (30 milliards) !

L’ensemble est aggravé par la fuite des cerveaux. La recherche sur les vaccins Covid illustre cette situation puisque ce sont des scientifiques européens travaillant pour des labos d’autres continents qui les ont développés.

Après un plan septennal « Horizon 2020 », l’UE a redéployé un plan de Recherches et Développements Technologiques (RDT) pour la période 2021-2027 dénommée « Horizon Europe », adopté le 27 avril 2021.

Il est doté de 95,5 milliards sur 7 ans répartis sur 3 principaux axes :

22 milliards sur la science ouverte pour la recherche fondamentale ;
47,5 milliards sur la compétitivité industrielle pour tenter d’être pionniers sur les problématiques sociétales mondiales (nouvelles énergies, etc.) ;
12 milliards sur l’innovation ouverte pour développer des écosystèmes propices à l’innovation (intégration des entreprises, de la recherche et des universités dans des clusters).

En outre, les PME européennes doivent être bénéficiaires d’au moins 20% de ce budget.

Le Parlement européen fait souvent preuve de plus de volontarisme intégrateur que les Etats membres. Il plaide pour une forte augmentation des dépenses de recherche pour renforcer notre compétitivité. Mais les Etats privilégient souvent la recherche nationale et se font trop souvent concurrence au lieu de mutualiser leurs projets.

Nous proposons donc que :

tous les Etats membres portent leur budget R&I à 3% de leur PIB (conformément à l’objectif fixé par l’UE).
et qu’un tiers de ces recettes (1% du PIB) abonde le budget européen R&I pour muscler le programme « Horizon Europe » et garantir une stratégie européenne d’innovation et de mutualisation de la recherche.

SOURCE : UDI – Les infos de la semaine