Skip to main content

PARIS : Sondage OpinionWa et GO Entrepreneurs – Un …

Print Friendly, PDF & Email
Floriane Dumont
1 Avr 2024

Partager :

PARIS : Sondage OpinionWa et GO Entrepreneurs – Un Français sur 4 envisage l’aventure entrepreneuriale

Quatre ans après la crise sanitaire, l’envie d’entreprendre des Français demeure intacte, voire en légère hausse : un quart d’entre eux serait prêt à créer ou reprendre une entreprise (+1 point par an minimum depuis 2021), soit un potentiel de 13,5 millions nouveaux entrepreneurs potentiels sur le territoire, dont plus de la moitié d’ici 2 ans !

Un colossal vivier en comparaison au 1 million de nouvelles entreprises créées en 2023.

Mais comment, où et avec qui se verraient-ils entreprendre demain ? Et sont-ils prêts à intégrer, entre autres, les enjeux liés à l’explosion de l’IA ? C’est ce qu’ont souhaité explorer CCI France et le Medef dans cette enquête menée par OpinionWay à l’occasion de la 31ème édition de GO Entrepreneurs (3 & 4 avril 2024 à Paris La Défense Aréna). Une enquête menée du 15 janvier au 5 février 2024 auprès d’un échantillon de 1011 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus, ainsi qu’auprès d’un échantillon de 405 dirigeants d’entreprises, représentatif des entreprises du secteur privé de 0 salarié et plus.

LES PRINCIPAUX ENSEIGNEMENTS

LES FRANÇAIS ET L’ENTREPRENEURIAT, UNE LOVE STORY QUI PERDURE

Un Français sur quatre (25%souhaite créer ou reprendre un jour une entreprise, soit +13,5 millions de nouveaux entrepreneurs français potentiels

Plus de la moitié d’entre eux d’entre eux (53%envisagent même de sauter le pas d’ici 2 ans, soit +7 millions de nouveaux entrepreneurs français potentiels avant 2026

43% des aspirants entrepreneurs envisagent d’entreprendre seuls, tandis que 46% se lanceraient avec un proche du cercle privé

Plus d’un Français sur dix (16%) aurait déjà repéré une entreprise qu’il pourrait reprendre

Pour un Français sur trois (32%), l’entrepreneuriat est l’avenir du travail pour tous ou une expérience à tester au moins une fois dans sa vie

Le top 3 des régions préférées pour entreprendre est dominé par l’Île-de-France (21%), puis suivi par l’Occitanie (13%) et Auvergne-Rhône-Alpes (11%) à égalité avec la Nouvelle Aquitaine (11%)

L’AVENIR DU BUSINESS NE S’ÉCRIRA PAS SANS INTELLIGENCE ARTIFICIELLE

77% répondants du grand public sont convaincus que l’explosion de l’IA devrait faire apparaitre une nouvelle génération d’entrepreneurs avec des profils inédits

Pour les dirigeants (40%) et les potentiels entrepreneurs (54%), l’IA servira avant tout à gagner du temps dans la gestion des formalités d’entreprises

Plus d’un dirigeant sur trois (36%) est même prêt à confier sa stratégie de communication à l’IA

Plus d’un dirigeant sur deux (53%reconnait être en retard sur l’intégration de l’IA dans sa stratégie ou ses process d’entreprise

LES FRANÇAIS ET L’ENTREPRENEURIAT, UNE LOVE STORY

1 Français sur 4, futur entrepreneur ?

Malgré un contexte global d’incertitudes et d’inflation, l’envie d’entreprendre ne faiblit pas. Ainsi, pour la 4ème année consécutive, un Français sur 4 envisage de créer ou reprendre une entreprise. Dans le détail observé par OpinionWay pour CCI France et le Medef à l’occasion de Go Entrepreneurs 2024, les 18-34 ans apparaissent comme les plus motivés à l’idée d’entreprendre (49% d’entre eux). Par ailleurs, les femmes sont plus nombreuses que les hommes à avoir envie de se lancer dans l’entrepreneuriat (26% contre 23%). Côté CSP, ce sont les cadres supérieurs (36%) et les professions intermédiaires (33%) chez qui l’envie d’entreprendre est la plus forte.

Une perception de l’entrepreneuriat toujours aussi favorable

Cet enthousiasme pour l’entrepreneuriat s’illustre notamment dans la perception qu’en ont les Français. Pour les trois quart (74%) d’entre eux, la création d’entreprise est totalement intégrée à la notion même d’activité professionnelle. Pour un Français sur cinq, c’est même quelque chose qu’il faut avoir essayé au moins une fois dans sa vie (20%), tandis qu’un sur dix va jusqu’à déclarer que c’est l’avenir du travail pour tous (12%).

Pour une majorité des répondants (42%), l’entrepreneuriat est totalement banalisé, puisqu’ils le qualifient de « forme de travail comme une autre ». Cette adoption de l’entrepreneuriat est particulièrement forte chez les plus jeunes (82% des Français âgés de 18 à 34 ans). Enfin, pour 26% des sondés, il s’agit d’une prise de risque inutile.

La reprise d’entreprise, encore plus inspirante pour les Français !

Si la création de sa propre structure vient spontanément en tête lorsque l’on parle d’entrepreneuriat, un Français sur trois (33%) serait intéressé par l’idée de reprendre une entreprise et 16% auraient même déjà repéré une structure à reprendre ! En effet, pour environ un répondant sur deux, reprendre une entreprise parait plus simple que d’en créer une (52%) mais aussi plus abordable (45%) et moins risqué (44%) et l’occasion de préserver le made in France, le savoir-faire et les techniques du patrimoine français (70%). Pour les plus visionnaires (56%), reprendre une entreprise permettrait surtout de la moderniser (mise en place de la semaine de 4 jours, etc.). Pour d’autres, reprendre une entreprise permettrait d’éviter de la fermer (39%).

Créer/reprendre une entreprise, un véritable projet de vie

Véritable projet de vie, c’est en grande majorité (55%) que les répondants souhaitent se lancer dans l’aventure entrepreneuriale accompagnés d’un proche (leur conjoint.e à 23%, un membre de leur famille à 16%, un ami à 12%). Pour 43% des répondants, c’est en solo qu’ils s’imaginent devenir entrepreneursune tendance qui se renforce à mesure que les sondés prennent de l’âge : cela concerne un répondant sur 3 chez les moins de 35 ans (33%), près d’une personne sur deux pour les 35 à 49 ans (46%) et va jusqu’à 61% pour les 50 ans et plus.

Quant aux régions de prédilection pour la création d’entreprise, celles retenues reflètent logiquement le lieu d’habitation des sondés. Ainsi, on trouve en première place l’Ile-de-France (21%), puis en seconde place l’Occitanie (13%) et enfin la Nouvelle-Aquitaine à égalité avec Auvergne-Rhône-Alpes en bas du podium (11%).

Des aides souhaitées sur les fonctions support en priorité

Afin de mener à bien leur projet entrepreneurial, les sondés affirment en majorité avoir besoin de l’aide de professionnels administratifs et financiers (70%). Viennent ensuite l’accompagnement de mentors déjà à la tête d’entreprises (54%), et, à égalité, les retours d’expériences de personnes ayant le même projet ainsi que les participations à des salons (50%).

L’AVENIR DU TRAVAIL NE S’ECRIRA PAS SANS IA

Les nouveaux outils et innovations identifiés par les Français

Cette année, OpinionWay a également sondé les Français sur les prochains outils et innovations qui viendraient révolutionner l’entrepreneuriat dans les prochaines années.

Omniprésente dans le débat public depuis le lancement de ChatGPT il y a un peu plus d’un an, l’Intelligence Artificielle figure en première place des innovations définitivement incontournables vis-à-vis de l’entreprise selon 54% des répondants.

L’IA, un potentiel incroyable pour l’entrepreneuriat

Ce qui rend l’IA aussi révolutionnaire aux yeux des Français, c’est avant tout l’idée qu’elle va bouleverser le monde de l’entreprise et le profil des entrepreneurs dans les années à venir ! En effet, 47% estiment qu’il est aujourd’hui plus facile de se lancer grâce à l’IA. Et 77% des répondants sont convaincus que l’explosion de l’IA devrait faire apparaître une nouvelle génération d’entrepreneurs avec des profils très différents de ceux des entrepreneurs actuels, une opinion que partage une majorité des dirigeants interrogés sur le même volet (64%).

L’IA, un outil d’automatisation des tâches à forte valeur ajoutée

Deux usages professionnels de l’IA se démarquent aux yeux des Français : le traitement des données (51%) et l’automatisation des process, tels les devis ou la facturation (50%). Ce qui n’est pas sans rappeler à la fois les domaines dans lesquels les potentiels futurs chefs d’entreprises auraient besoin d’aide et les services en ligne qu’ils identifient comme une innovation qui révolutionnera l’entrepreneuriat dans les prochaines années.

Usage particulièrement développé depuis l’avènement de ChatGPT, la génération de textes et de visuels est identifiée par, respectivement, 39% et 37% des sondés. Arrivent en fin de classement des tâches dites à « plus grande valeur ajoutée » telles que la prospection commerciale (33%) et l’optimisation de campagnes publicitaires (30%).

Les futurs entrepreneurs sont d’ailleurs très nombreux à se projeter dans un recours massif à l’IA (86%). Or pour ceux qui sont déjà à la tête de leur organisation, le chiffre redescend à 61%. Les tâches et processus administratifs sont à nouveau les plus cités (54% pour les formalités d’entreprise et 53% pour le pilotage de l’activité). Pour autant, le développement commercial de l’activité et la stratégie de communication sont tout de même cités par un répondant sur deux (50 et 48%) ! Un constat partagé côté dirigeants : si les formalités d’entreprise sont également les plus citées (40%), plus d’un sur trois serait prêt à confier sa stratégie de communication à l’IA (36%) !

Enfin, en dépit des craintes exprimées vis-à-vis de l’IA comme potentielle menace pour les postes des salariés (64%), l’idée qu’elle pourrait les accompagner dans les processus de recrutement intéresserait jusqu’à 40% des Français.

Retard en matière d’intégration d’IA : excès d’orgueil ou prise de conscience tardive ?

Si le sujet de l’IA stimule la vision prospective des dirigeants, plus d’un sur deux (53%) estime aussi être en retard quant à l’intégration de cette technologie dans sa stratégie ou ses process. Le constat est encore plus marquant pour les chefs d’entreprises de 10 à 49 salariés (62%).

Dans une proportion moindre (39%), les dirigeants reconnaissent également avoir du retard en ce qui concerne l’intégration de la robotique, de la réalité virtuelle et autres nouvelles technologies. Plus étonnant, notamment dans un contexte où les cybermenaces vont crescendo, seulement un répondant sur trois pense avoir du retard en matière de cybersécurité (30%).

À propos de CCI France

Le réseau des 122 Chambres de Commerce et d’Industrie constitue la plus grande force d’accompagnement et de service public à l’entreprise en France. Etablissement public de l’Etat, le réseau des CCI c’est 4.400 chefs d’entreprises bénévoles, 14.000 collaborateurs pour accélérer au quotidien la croissance des entreprises et des territoires, 593.000 entreprises et 340.000 porteurs de projets accompagnés chaque année, 400.000 jeunes et adultes formés par an à travers 131 CFA, 143 établissements de formation professionnelle, 43 écoles d’enseignement supérieur… www.cci.fr

À propos du Medef

Le Mouvement des entreprises de France est la première organisation représentative des entreprises. Porte-parole de toutes les entreprises, il est l’interlocuteur privilégié des décideurs et des pouvoirs publics. Avec 119 organisations territoriales en France Métropolitaine et dans les outre-mer, 99 fédérations représentant 400 syndicats professionnels regroupant l’ensemble des secteurs d’activité, et 13 organisations associées et partenaires, il compte 190 000 entreprises adhérentes, dont une majorité de TPE-PME. En France, plus d’un salarié du privé sur deux travaille dans une entreprise affiliée au réseau Medef. www.medef.com

À propos de GO Entrepreneurs 2024

Depuis 1993, GO Entrepreneurs (ex-Salon des Entrepreneurs) anticipe les tendances entrepreneuriales en France et permet à des millions d’entrepreneurs de lancer et développer leur activité. Avec quelque 300 partenaires-exposants, 30 animations thématiques, 250 conférences & ateliers et plus de 500 speakers, dont 200 personnalités phares de l’univers Business, la 31ème édition de Go Entrepreneurs promet à ses 45.000 participants une expérience exceptionnelle. Plus d’informations sur www.go-entrepreneurs.com