Skip to main content

PARIS : Saint-Valentin – Près de la moitié des pers…

Print Friendly, PDF & Email
Floriane Dumont
12 Fév 2024

Partager :

PARIS : Saint-Valentin – Près de la moitié des personnes borderline se déclarent être « en couple »

A la veille de la Saint-Valentin, près de la moitié des personnes borderline se déclarent être « en couple ».

 Célébrée par 64% des Français, la Saint-Valentin fête l’amour, et les amoureux. En général. Mais pour certaines personnes, cette date n’est pas aussi symbolique et peut même s’avérer douloureuse : peur de l’abandon, relations fusionnelles, crises de jalousie …. La vie de couple n’est pas un long fleuve tranquille, et bien au contraire. C’est d’ailleurs ce que tentent de démontrer les statistiques de l’AFORPEL (Association pour la Formation et la Promotion de l’Etat Limite) fondée en 2004 par Pierre Nantas, psychothérapeute et spécialiste du trouble borderline afin de sensibiliser les professionnels de santé mais aussi le grand public aux spécificités (origines, symptômes et traitements) de ce trouble.

Encore trop souvent mal diagnostiqué et fréquemment confondu avec le trouble bipolaire, le trouble de la personnalité borderline concerne près de 4,5% de la population française. A ce jour, plus de 315 000 personnes ont répondu au questionnaire « Êtes-vous borderline ? » mis en ligne en 2013 sur la page d’accueil du site de l’association (www.aforpel.org).

Une des principales caractéristiques des personnes borderline est la mauvaise image de soi et la remise en question de l’amour de l’autre. Et cette instabilité émotionnelle se retrouve bien dans les statistiques de l’AFORPEL puisque les personnes passant le test « Êtes-vous borderline » sont pour 42 % en couple.Ce besoin de savoir est motivé par le besoin de mettre un nom sur des comportements difficiles à gérer. Il est intéressant de constater que ce sont plus fréquemment les femmes qui passent le test (85% des répondants). Et qui plus est, principalement dans un soucis d’auto-évaluation (46% des répondants) que d’évaluation de l’autre pour tenter d’expliquer ce qui ne va pas dans le couple.

« Comment peux-tu m’aimer puisque je ne m’aime pas »

Les personnes borderline ont une pauvre image d’elles-mêmes, c’est pour cette raison qu’elles ne croient pas en l’amour.  Elles confondent amour et relations fusionnelles. C’est pourquoi, dès que l’autre s’éloigne pour un temps, même court, alors surgit la peur de l’abandon ou du rejet qui entraîne de fréquentes crises de jalousie. Ces tsunamis émotionnels peuvent rapidement dégénérer en violences verbales (insultes, crises de colère…) ou physiques. En effet, plus de 52 % des répondants reconnaissent avoir des comportements violents (gifles, coups de poing, etc…).

Cette peur de perdre l’autre peut également être à l’origine de comportements d’automutilations (près de la moitié des personnes qui ont répondu au test déclarent se scarifier), ou d’une envie de mourir pour ne plus souffrir (29 % avouent avoir fait au moins une TS au cours des deux mois précédents).

Selon Pierre Nantas, toutes les personnes qui passent le test expriment le besoin de vérifier, au travers des symptômes qui figurent dans la base de données, qui, du proche (la compagne, ou le conjoint) ou de soi-même, souffre ou non d’un trouble de la personnalité borderline.

Se donner les moyens d’accueillir l’amour

Les statistiques nous apprennent que 9% des personnes déclarent être divorcées. L’explication pourrait bien être que ce sont celles-là justement qui recherchent l’amour. Elles ont certainement déjà souffert et prennent des précautions avant de se relancer dans la grande aventure.

Le trouble borderline est un trouble de l’émotion dont on peut guérir avec une psychothérapie adaptée au cours de laquelle vous apprendrez à vous aimer pour pouvoir aimer l’autre. Un diagnostic positif permet d’espérer pouvoir trouver ou retrouver ainsi une relation de couple équilibrée propice à l’amour véritable.

A PROPOS DE L’AFORPEL

Fondée en 2004 par Pierre Nantas, l’AFORPEL est aujourd’hui le premier organisme de formation agrée pour informer et former les professionnels de santé au diagnostic et l’accompagnement psychothérapeutique du trouble de personnalité limite (TPL) ou trouble borderline. Cette association propose tout au long de l’année des prestations de formation ainsi que des groupes de parole destinés mieux faire connaître les spécificités de ce trouble encore trop souvent confondu avec les troubles bipolaires – www.aforpel.org

A PROPOS DE PIERRE NANTAS

Pierre Nantas est psychothérapeute, spécialisé dans l’accompagnement des personnes borderline et de la souffrance au travail. Il est l’auteur de quatre ouvrages :

– La bienveillance, quand elle s’invite en psychothérapie– Changer de vie, « yes you can » (co-écrit avec J.A.Pinçon)– Le système borderline, histoires de familles. (co-écrit avec le Dr P.Menu)– Faire face au trouble de la personnalité borderline (co-écrit Manon Beaudoin)