Skip to main content

PARIS : Nouvel essor pour les villes dortoirs grâce au tr…

Print Friendly, PDF & Email
Floriane Dumont
30 Nov 2023

Partager :

PARIS : Nouvel essor pour les villes dortoirs grâce au travail hybride

Une nouvelle étude IWG, le plus grand fournisseur mondial de solutions de travail hybride – qui opère en France les marques Spaces,Regus, HQ, Signature et Stop&Work – et du cabinet d’études britanniques Arup révèle des retombées économiques significatives pour  les anciennes “villes dortoirs” et de nouvelles opportunités professionnelles.

En analysant l’impact du travail hybride sur les économies locales au Royaume-Uni et aux États-Unis, l’étude prédit de nombreuses créations d’emplois, engendrant une augmentation des dépenses au niveau local et une répartition revitalisée de l’activité économique au sein des villes.

Avec l’abandon progressif des longs trajets et l’adoption du travail hybride par presque 40 % des salariés, les recherches d’Arup suggèrent une augmentation potentielle du nombre d’employés de bureau allant jusqu’à +175 % au Royaume-Uni et +60 % aux États-Unis au cours des 20 prochaines années, par rapport aux niveaux d’avant la pandémie. Si l’on transpose les chiffres d’IWG et d’Arup à l’ensemble des États-Unis et du Royaume-Uni, cela laisse entrevoir une croissance potentielle du PIB local jusqu’à +3 % voire +6 % respectivement dans les petites agglomérations.

Mark Dixon, PDG d’IWG, a exprimé : “La transition vers le travail hybride représente l’une des forces les plus importantes dans le monde aujourd’hui, alors que les salariés souhaitent de plus en plus travailler localement. Cela représente une opportunité pour les économies des zones secondaires, qui autrefois se vidaient de leur population la journée. Le travail hybride transforme de manière significative la géographie du travail. Cette récente recherche met en lumière son impact profond et durable sur la composition des agglomérations et la structure géographique des villes et des agglomérations. Les banlieues, les villes dortoirs et les communautés rurales à travers le monde sont revitalisées, et cette tendance devrait s’intensifier au cours des prochaines années. »

Les économies locales seront redynamisées par la présence de salariés hybrides.

Grâce à la technologie, les salariés peuvent aujourd’hui accomplir leur travail de manière plus productive, peu importe où ils se trouvent, entraînant ainsi des modes de travail plus localisés. D’après les recherches du professeur Bloom de Stanford, dans le modèle hybride, les entreprises connaissent des gains de productivité de 3 à 4 %, tandis que les employés profitent d’un meilleur équilibre entre travail et vie personnelle. Selon une enquête* menée par IWG, la moitié des employés envisage de quitter leur emploi si des trajets longs et quotidiens leur étaient imposés.

Les villes périurbaines du Royaume-Uni pourraient être le théâtre d’une revitalisation remarquable allant jusqu’à +175 % de salariés présents d’ici 2043. Ces travailleurs pourront choisir de travailler depuis leur domicile, ou depuis des espaces de travail flexibles. Les villes américaines connaîtront une augmentation de +60 % du nombre de salariés à mesure que la transition vers le travail hybride se poursuit.

L’évolution du rôle des centres-villes

Le rapport met en avant que les avantages procurés aux villes dortoirs ouvriront également de nouvelles opportunités pour les grandes villes, tout en s’adaptant aux besoins changeants des salariés à l’ère hybride. La diminution de la demande d’espaces de bureaux traditionnels en plein cœur des centres-villes offre également la possibilité de les repenser et de les revitaliser à des fins récréatives, résidentielles, et autres, avec le potentiel de redonner vie à ces zones et d’améliorer les infrastructures.

Les villes dortoirs américaines devraient bénéficier de 58 millions de dollars (53 millions d’euros) et de 15,8 millions de livres sterling (18 millions d’euros) en Angleterre de dépenses supplémentaires de la part des salariés hybrides.

La concentration accrue de salariés représente en effet un apport financier non négligeable pour ces petites et moyennes villes, où ils exercent leur activité. Selon l’étude, on estime que les dépenses annuelles des résidents dans les villes aux États-Unis pourraient augmenter de 10,3 à 20,7 millions de dollars d’ici 2043. Au Royaume-Uni, les prévisions vont de 6,1 millions à 10,8 millions de livres par ville en raison de l’arrivée de résidents aux revenus plus élevés.

L’augmentation des dépenses locales des salariés hybrides pourrait apporter au total entre 270 et 585 millions de dollars par an d’ici 2043 aux économies locales de certaines villes américaines.

Une demande croissante d’espaces de coworking

Le travail hybride offre aux employés la flexibilité de choisir où et comment ils travaillent, ce qui est très apprécié des employés partout dans le monde et en France. Selon une étude IWG menée en France au printemps 2023, 75% des salariés de bureau souhaiteraient idéalement avoir un espace de travail à moins de 30 minutes de chez eux.

Pendant les trois premiers trimestres de 2023, IWG a élargi son réseau avec l’ajout de 612 nouveaux emplacements à travers le monde. En Europe, la France joue un rôle moteur avec 13 nouveaux centres ouverts entre janvier et septembre 2023 et une vingtaine de centres de plus prévus sur les prochains mois.

*Enquête auprès de 2 021 salariés basée au Royaume-Uni par Mortar Research. Mortar Research est accréditée par la Market Research Society.

À propos de ce rapport

Pour évaluer l’impact du travail hybride sur les villes de banlieue, le cabinet d’études Arup a élaboré un scénario de croissance faible et un scénario de croissance forte de la présence des salariés hybrides dans les villes dortoirs. Les principales hypothèses permettant d’estimer le nombre de salariés supplémentaires dans les villes dortoirs (qui déterminent également les avantages économiques estimés) sont les suivantes : d’ici à 2043, le nombre de salariés dans les villes dortoirs devrait augmenter d’un tiers :

●      Proportion de salariés hybrides : entre 55 % et 65 % en moyenne.

●      Jours de travail à distance : entre 2,5 jours/semaine et 4 jours/semaine.

●      Proportion de travail à distance effectué depuis un espace flexible : entre 15 % et 30 % de travail à distance effectué depuis un tiers espace.

Le profil des dépenses des salariés de bureau a été utilisé pour estimer les dépenses supplémentaires (sur la base de 34 $ pour les travailleurs américains et de 12,50 £ pour les travailleurs britanniques) en fonction du nombre de travailleurs mixtes en ville un jour donné. Ces coûts sont ensuite extrapolés aux emplois en estimant les coûts moyens associés à tous les emplois du secteur en présentiel et en calculant l’augmentation des honoraires des travailleurs. Le nombre de salariés hybrides travaillant dans des espaces de bureaux flexibles a été converti en demande d’espaces, en utilisant les ratios de densité de bureaux communément acceptés au Royaume-Uni (en utilisant les recommandations du British Council for Office de 135 m²/emploi) et aux États-Unis (en utilisant les recommandations de Zippia de 150 m²/emploi). Pour la valeur de transfert du PIB, le PIB moyen par salarié dans les industries a été calculé par sous-industries aux États-Unis et au Royaume-Uni, puis appliqué au nombre de salariés hybrides travaillant dans un espace de bureau flexible. Cette valeur est donnée à titre d’exemple et ne s’applique qu’à certaines villes.

A propos d’IWG

IWG est le leader mondial des solutions de travail hybrides et des marques d’espaces de travail. Nous créons de la valeur personnelle, financière et stratégique pour les entreprises de toutes tailles, qu’il s’agisse des sociétés les plus passionnantes et des organisations les plus connues de la planète, des particuliers ou de la prochaine génération de leaders de l’industrie. Tous exploitent la puissance de la plateforme de travail hybride d’IWG pour accroître leur productivité, leur efficacité, leur agilité et leur proximité avec le marché. Le réseau inégalé d’IWG comprend environ 4 000 sites dans plus de 120 pays et 83 % des entreprises du classement Fortune 500 font partie de notre clientèle croissante.

Grâce à nos marques, notamment Regus, Spaces, HQ et Signature, nous aidons des millions de personnes et leurs entreprises à travailler de manière plus productive. Nous le faisons en fournissant la première plateforme de travail hybride au monde avec des espaces de travail professionnels, inspirants et collaboratifs et des services numériques, tous disponibles via l’application IWG.

Pour plus d’informations 

Visitez www.iwgplc.com et pour plus d’informations sur les partenariats immobiliers avec IWG, consultez : https://www.iwgplc.com/develop-a-location