Skip to main content

PARIS : Mission militaire Jeanne d’Arc, opération, format…

Print Friendly, PDF & Email

Partager :

PARIS : Mission militaire Jeanne d’Arc, opération, formation et coopération

Fortes de 1 000 militaires, les Forces armées aux Antilles (FAA) constituent une force de souveraineté interarmées couvrant les territoires de la Martinique et de la Guadeloupe.

Elles forment un point d’appui à dominante aéromaritime essentiel et complémentaire des Forces armées en Guyane (FAG) sur le théâtre « Caraïbes ». Dans sa zone de responsabilité permanente (ZRP), le COMSUP FAA a pour principales missions de :

– contribuer à la protection du Territoire national (TN) et à la sécurité des intérêts nationaux en soutien de l’action de l’État, plus particulièrement dans le domaine relevant de la lutte contre les trafics illicites (narcotrafic) et du secours aux populations ;

– affirmer la présence de la France, contribuer à la stabilité dans la zone et y prévenir les risques d’atteinte aux intérêts stratégiques français ;

– conduire, participer ou soutenir une opération de secours d’urgence sur le territoire national ultramarin (événements naturels ou technologiques, aide humanitaire) ou soutenir une opération militaire limitée dans la ZRP (secours aux populations ou évacuation de ressortissants) ;

 – développer la coopération régionale et entretenir des relations privilégiées avec l’ensemble des pays riverains de la zone. Les FAA sont en mesure de conduire, d’appuyer ou de participer à un déploiement opérationnel dans la zone considérée, notamment en cas de catastrophe naturelle et/ou de crise humanitaire.

Mission Jeanne d’Arc : opération, formation et coopération

 Après avoir navigué dans les chenaux de Patagonie pour rallier la façade ouest de l’Amérique du Sud, le porte-hélicoptères amphibie (PHA) Tonnerre et la frégate de type La Fayette (FLF) Guépratte ont fait route vers Valparaiso où une séquence de coopération tactique et amphibie a été menée avec l’armée chilienne. Du 11 au 12 mai, le groupe Jeanne d’Arc a planifié une simulation d’évacuation de ressortissants sur l’île de Quiriquina, dans la baie de Talcahuano au Chili. Pour y parvenir, 10 unités interarmées ont concouru aux manœuvres navales, terrestres et aériennes. Des bâtiments de la Marine chilienne ont apporté leur contribution : le Sargento Aldea (anciennement connu sous le nom de TCD Foudre), un chaland de débarquement d’infanterie et de chars (CDIC) ainsi qu’un CTM. Les manœuvres amphibies conjointes ont permis de débarquer les troupes et véhicules du groupement tactique embarqué (GTE) dans le but de mener une progression tactique à travers l’île. Le défi a été relevé grâce à un bon échange de renseignements et de ressources entre les nombreuses parties prenantes, renforçant ainsi le haut niveau d’interopérabilité avec ce partenaire historique qu’est le Chili.

SOURCE : Ministère des Armées.