Skip to main content

PARIS : Logements étudiants, une rentrée sous haute tension

Print Friendly, PDF & Email

Partager :

PARIS : Logements étudiants, une rentrée sous haute tension

Pénurie de logements et concurrence féroce entre les candidats, loyers déjà exorbitants en hausse de 8% à 10% entre les rentrées 2022 et 2023[1], propriétaires intransigeants mais aussi augmentation du coût de la vie quotidienne : les aspirations des étudiants et jeunes actifs à l’indépendance se heurtent à des obstacles de plus en plus difficiles à surmonter.

Des difficultés à trouver un toit aux lourdes conséquences, comme en témoigne l’étude réalisée par l’institut OpinionWay pour la plateforme Wellow, actrice de l’habitat collectif, social et urbain.

La galère pour louer un logement : un frein aux études et à l’indépendance

Pour une majorité de jeunes, quitter le domicile familial est une obligation pour poursuivre des études ou accéder à l’emploi. Alors que la crise du logement s’intensifie, nombreux sont ceux qui ont été contraints de réviser leurs projets d’avenir, condamnant bon nombre de jeunes à la précarité ou à la dépendance familiale :

31% ont dû retarder leur passage à une vie autonome

20% ont dû retourner vivre chez leurs parents

12% des moins de 35 ans ont dû renoncer à poursuivre leurs études

Plus globalement, le logement, frein à l’emploi, ferme les portes de l’avenir d’une part significative de la jeunesse. Faute de pouvoir se loger à un prix juste :

26% ont été obligés de retarder leurs projets de reconversion professionnelle

22% ont renoncé à s’orienter vers des métiers en tension en raison du décalage entre les salaires proposés et le coût du logement

14% ont été obligés de refuser un emploi

12% été obligés de refuser une formation

Parmi les difficultés exprimées, 1 jeune sur 2 déplore les conditions trop sélectives imposées par les propriétaires (nature du contrat, garant, caution, salaire minimum, etc.). De fait, près de 2 jeunes sur 10 ont déjà été confrontés à l’impossibilité de répondre à l’exigence d’une caution parentale (16%). Plongés dans une lutte sans merci pour se démarquer des autres candidats, 41% des jeunes enchaînent les visites tout en sachant que leur dossier a peu de chances d’être accepté. Une situation d’autant plus complexe que les étudiants recherchent davantage de souplesse quant à la durée de leur location : 22% des répondants rencontrent des difficultés à trouver une solution de logement flexible adaptée à leurs besoins.

Méthodologie : enquête réalisée auprès d’un échantillon de 1 013 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus constitué selon la méthode des quotas, au regard des critères de sexe, d’âge, de catégorie socioprofessionnelle, de catégorie d’agglomération et de région de résidence. Les interviews ont eu lieu par questionnaire auto-administré en ligne du 22 au 23 mars 2023.

À propos de Wellow

Fondée en 2020, Wellow s’engage contre la crise du logement des jeunes et développe un nouveau modèle d’habitat collectif, social et urbain pour leur proposer un mode de vie immersif et interactif au sein et entre les villes. Avec pour ambition de créer l’une des plus grandes communautés hébergées à travers l’Europe, Wellow leur permet d’accéder à des chambres prêtes à vivre au sein d’espaces partagés, tout en favorisant la création de liens entre les résidents à travers une expérience sociale articulée autour d’événements sportifs, culturels et caritatifs proposés chaque semaine. Pour les propriétaires privés et institutionnels, Wellow sécurise le risque locatif et répond concrètement aux problématiques de vacance locative, d’entretien de l’actif et d’impayés des grandes surfaces résidentielles.

Aujourd’hui, Wellow c’est plus de 120 adresses dans Paris et une communauté de près de 500 membres.

www.wellowhouse.com