Skip to main content

PARIS : L’exposition Transparences, le couturier se…

Print Friendly, PDF & Email
Floriane Dumont
5 Mai 2024

Partager :

PARIS : L’exposition Transparences, le couturier se met à nu au Musée Yves Saint Laurent

Les expositions ouvertes le 8 mai 2024.

Les jours fériés se suivent et ne se ressemblent pas… Ce mercredi 8 mai, les portes des plus belles institutions parisiennes restent ouvertes pour notre plus grand plaisir. Parmi les expositions incontournables, la Fondation Louis Vuitton présente l’Atelier Rouge d’Henri Matisse, une immersion dans l’univers artistique du célèbre peintre. À la Philharmonie de Paris, plongez dans l’odyssée numérique d’Adrien M et Claire B, où les spectateurs deviennent acteurs d’un spectacle immersif unique. Pour une expérience ludique, rendez-vous à la Monnaie de Paris pour l’exposition Insert Coin, qui transforme le lieu en une gigantesque salle d’arcade rétro.

Les amateurs d’art seront comblés avec l’exposition consacrée à Auguste Herbin au Musée de Montmartre, où les formes géométriques et les couleurs vibrantes sont à l’honneur. Au Palais Galliera, plongez dans l’univers de la photographie de mode avec l’exposition rétrospective de Paolo Roversi, un photographe emblématique de la mode contemporaine. Que vous soyez amateur d’histoire, d’art contemporain ou de photographie, vous trouverez certainement une exposition qui éveillera votre curiosité et stimulera votre imagination ce 8 mai à Paris.

« Rien n’est plus beau qu’un corps nu. » En dépit de son amour pour les tenues d’Adam et Ève (en témoigne ce célébrissime portrait de lui dans le plus simple appareil), Yves Saint Laurent est resté dans les mémoires pour avoir (dés)habillé le corps des femmes comme nul autre avant lui. Entre élégance subversive et silhouettes nouvelles, cette exposition sensuelle consacre naturellement la maestria du couturier dans un ballet de robes somptueuses soulignant son goût pour les corps dévoilés tout en levant le voile sur son impudence en matière d’apparence. Riche d’une quarantaine de modèles en dentelle, cigaline et organza, le musée montre aussi comment le créateur a osé les effets de transparence, les découpes audacieuses et les associations provocantes. Nous n’avons qu’à jeter un coup d’œil chaste à ses créations pour comprendre son jeu… Une robe à l’allure sage sur le devant ? Yves Saint Laurent lui réserve un dos au décolleté vertigineux, jusqu’à finalement s’autoriser la mythique Nude Dress, une robe de mousseline entièrement transparente simplement ceinturée de plumes d’autruches laissant juste ce qu’il faut à l’imagination. En fin de parcours, le profil d’une mariée sous son voile de tulle vient clôturer cette sulfureuse exposition, comme elle le ferait dans tout défilé.

SOURCE : Arts in the City