Skip to main content

PARIS : Les secrets minceur des célébrités avec ZAVA

Print Friendly, PDF & Email

Partager :

PARIS : Les secrets minceur des célébrités avec ZAVA

Les injections minceur au centre de toutes les conversations.

Dans l’univers glamour d’Hollywood, où les apparences comptent bien souvent autant que le talent, la quête de la silhouette parfaite est un défi permanent pour de nombreuses célébrités.

 Alors que les régimes et les entraînements intensifs ont longtemps été des incontournables pour maintenir une apparence impeccable sur les tapis rouges, une nouvelle solution semble avoir captivé l’attention des stars : les injections minceurs. Ozempic, Wegovy, Mounjaro, tout y passe !

De cet équilibre délicat entre exigences esthétiques et santé, le GLP-1 émerge comme une option intrigante et prometteuse, offrant à tous une nouvelle méthode pour atteindre des objectifs de minceur et de bien-être. Mais qu’en est-il vraiment ?

ZAVA, expert en téléconsultation médicale offrant notamment un service pour la perte de poids, démêle le vrai du faux entre les mythes et les faits étayés par la science.

  • Les traitements GLP-1 sont « magiques » :

FAUX ! En tant qu’agonistes du récepteur du Glucagon-Like-Peptide-1 (GLP-1), ils agissent en réduisant l’appétit et en augmentant la sensation de satiété. Cependant, il est essentiel qu’ils soient associés à une alimentation équilibrée et une activité physique régulière pour obtenir des résultats durables. Considérez-les comme un outil puissant dans votre arsenal de perte de poids, mais pas comme une solution magique. Ils n’éliminent pas le besoin de changement vers un mode de vie plus sain.

  • Les traitements GLP-1 sont uniquement pour les personnes souffrant d’obésité sévère :

FAUX ! Une autre idée fausse est que les traitements analogues du GLP-1 sont exclusivement réservés aux personnes souffrant d’obésité sévère. Les traitements médicamenteux pour la perte de poids peuvent être proposés aux personnes obèses (IMC initial égal ou supérieur à 30) ou en surpoids avec au moins un facteur de comorbidité lié au poids comme le diabète, l’hypertension ou un taux de cholestérol élevé (IMC égal ou supérieur à 27), lorsque les autres mesures seules (prise en charge nutritionnelle, activité physique) ne sont pas efficaces.

Cependant, les traitements analogues du GLP-1 ne conviennent pas à tout le monde. Il est essentiel de consulter un médecin afin d’évaluer votre état de santé, vos antécédents médicaux et votre objectif de perte de poids. 

À l’inverse, ces traitements ne sont pas conseillés à ce jour pour une simple “remise en forme” pour des personnes en surpoids léger ou ayant fait quelques écarts.

  • Ils permettraient de réguler la tension artérielle :

VRAI ! Une recherche faite par le Journal of Clinical Medicine suggère que les traitements analogues du GLP-1 pourraient jouer un rôle bénéfique dans la régulation de la tension artérielle, offrant ainsi de précieux avantages aux personnes souffrant d’hypertension. Cette étude a été menée sur des individus obèses non diabétiques et ayant reçu un traitement par sémaglutide. Cela représente une piste prometteuse pour le traitement des personnes souffrant d’obésité et ayant une tension artérielle difficile à contrôler.

  • Les traitements GLP-1 causent des effets indésirables dangereux :

Ceci ne peut être catégoriquement qualifié de vrai ou faux. Comme avec tout médicament, des effets indésirables sont possibles. Les effets indésirables les plus fréquemment signalés par la Commission Européenne (CE) pour le Wegovy sont des maux de tête et des troubles gastro-intestinaux comprenant nausées, diarrhées, constipation et vomissements, survenant chez plus d’une personne sur dix. Le profil d’effets indésirables est généralement similaire pour les médicaments de cette classe. Cependant, ces effets indésirables sont généralement limités dans le temps et n’empêchent pas la poursuite du traitement chez la majorité des personnes.

La CE a également observé la survenue de perte de cheveux chez certaines personnes prenant Wegovy. Les données indiquent que 2,5 % de ces personnes ont signalé une perte de cheveux, comparativement à 1,0 % chez celles prenant un placebo. Dans la plupart des cas, ces effets étaient légers et les personnes concernées ont retrouvé leur chevelure après avoir poursuivi le traitement. La perte de cheveux était plus fréquente chez les individus ayant perdu plus de 20 % de leur masse corporelle. La perte de cheveux n’est pas répertoriée comme un effet indésirable du Saxenda.

Cela souligne l’importance de surveiller attentivement les effets indésirables associés à chaque analogue du GLP-1 pour comprendre les risques potentiels associés à chaque médicament et prendre des décisions éclairées lors du choix du traitement avec l’accompagnement d’un professionnel de santé.

  • Ils pourraient réduire les risques d’inflammation :

VRAI ! Les médicaments classés comme analogues du GLP-1 tels que le Wegovy pourraient réduire l’inflammation dans le foie, les reins et le cœur. Ils pourraient même atténuer l’inflammation dans le cerveau, ce qui donne aux scientifiques de nouvelles pistes pour la recherche de traitements pour les maladies de Parkinson et d’Alzheimer.

  • Ces traitements seraient bénéfiques après une pose de prothèse de hanche : 

VRAI ! Ces traitements médicamenteux pourraient bénéficier aux patients lors de la pose d’une prothèse de hanche. Dans une étude publiée dans le Journal of Arthroplasty, les chercheurs ont indiqué que les traitements analogues du GLP-1 étaient associés à une réduction significative du risque de développement d’une infection de l’articulation nouvellement implantée. De plus, ces patients avaient également moins de risque de devoir être ré-admis à l’hôpital dans les suites de l’intervention. À noter cependant que cette étude portait uniquement sur des personnes diabétiques.

  • Les traitements GLP-1 sont addictifs :

FAUX ! Il n’y a à ce jour pas d’indication que les analogues du GLP-1 entraîneraient une accoutumance, et il semble par ailleurs qu’ils puissent aider à réduire certains comportements addictifs, tels que la dépendance à l’alcool. Dans une étude menée par l’Institute of Neuroscience and Physiology en Suède en 2020 réalisée sur des rats, l’administration aiguë et répétée d’un analogue du GLP-1 a entraîné une réduction de la consommation d’alcool et a empêché une rechute. Cependant, cette étude a été menée sur des rongeurs, ce qui signifie que l’application directe de ces résultats à l’homme n’est pas assurée.

Bien qu’il n’y ait pas d’accoutumance, son efficacité à long terme et les risques de reprise de poids après l’arrêt du traitement restent incertains. Une étude financée par Novo Nordisk a révélé que les participants ayant pris du sémaglutide ont repris les deux tiers du poids perdu après un an d’arrêt du traitement. Les résultats suggèrent qu’un traitement continu pourrait être nécessaire pour maintenir la perte de poids.

Cependant, le traitement doit être prescrit sous la supervision d’un professionnel de la santé, qui surveillera étroitement votre progression et ajustera votre plan de traitement au besoin. Si vous avez des préoccupations concernant l’addiction ou la dépendance, il est essentiel d’avoir une conversation ouverte avec votre professionnel de santé.

  • Les traitements GLP-1 a un impact sur la santé mentale : 

Ceci reste à prouver. La Food and Drug Administration (FDA) a fait une étude pour savoir si les médicaments analogues du GLP-1 pouvaient être liés à un risque accru de problèmes de santé mentale et elle n’a trouvé aucune preuve de causalité. Cependant, en raison de quelques observations de pensées ou d’actions suicidaires, il n’est présentement pas possible d’exclure complètement l’existence d’un risque minime. Par conséquent, la FDA continue d’examiner cette question.

Néanmoins, des données fournies par Epic Research suggèrent un lien entre la prise de ce type de médicament et une diminution du risque de dépression ou d’anxiété chez les personnes obèses. Toutefois, il n’est pas prouvé que les médicaments eux-mêmes soient directement responsables de cette réduction du risque. Bien que prometteuse, la recherche indique que plusieurs facteurs, tels que la perte de poids, l’activité physique, la réduction de la charge médicale et l’espoir, pourraient également jouer un rôle dans la réduction de la dépression chez ces personnes.

  • Le GLP-1 altèrent l’efficacité de la contraception orale :

VRAI ! Plusieurs femmes ont signalé sur les réseaux sociaux qu’elles étaient tombées enceintes tout en prenant des médicaments amaigrissants de type analogue du GLP-1, y compris des femmes qui affirment avoir pris des précautions pour éviter la grossesse.

Une explication possible est que comme ces médicaments ralentissent la vidange gastrique, il est possible que l’absorption de la pilule contraceptive puisse en être affectée et que cela réduise son efficacité. Une méthode de contraception alternative ou supplémentaire serait donc à envisager pour les personnes qui prennent ces médicaments. Une autre explication possible serait une augmentation de la fertilité grâce à la perte de poids. 

Cependant, ces médicaments ne doivent pas être utilisés pour essayer de concevoir car ils pourraient potentiellement poser des risques graves pour une grossesse. En effet, il est conseillé d’arrêter de prendre un analogue du GLP-1 avant de tenter de concevoir et de ne plus prendre ces traitements dès la découverte d’une grossesse.

ZAVA vers https://www.zavamed.com/fr/perte-de-poids.html pour les supports digitaux. 

Le Glucagon-Like-Peptide-1 (GLP-1) est une hormone produite par l’intestin qui régule la glycémie en stimulant la libération d’insuline et en inhibant la libération de glucagon. Il joue également un rôle dans la régulation de l’appétit et de la satiété, ce qui en fait une cible pour le traitement du diabète et de l’obésité.