Skip to main content

PARIS : Les raisons qui poussent les Français à perdre du…

Print Friendly, PDF & Email

Partager :

PARIS : Les raisons qui poussent les Français à perdre du poids, d’après un sondage

Dans un pays où la gastronomie est un véritable pilier culturel, les Français·es jonglent souvent entre le plaisir des papilles et le souci de leur silhouette. 

Mais qu’est-ce qui les incite réellement à entamer cette démarche de perte de poids ?

Une étude réalisée par ZAVA, expert en téléconsultation médicale offrant notamment un service pour la perte de poids, a décrypté les raisons qui incitent les Français·es à prendre des mesures pour transformer leur apparence physique, en interrogeant 4 000 personnes âgées de 18 ans et plus.

Ces participants ont tous un point en commun : avoir tenté au moins une fois de perdre du poids par le biais de l’alimentation.

Les Français motivés à perdre du poids : la santé avant tout

Alors que 100 % des sondés ont déjà entrepris un rééquilibrage alimentaire, il apparaît que pour 35 % d’entre eux, la motivation principale pour une perte de poids est la santé, en particulier chez les hommes (53 %). Une décision souvent prise à la suite d’“une discussion avec un professionnel de santé”, cité comme premier élément déclencheur pour perdre du poids.

L’esthétique, quant à elle citée par 34 % des participants, arrive sur la deuxième marche du podium. Cela s’explique par deux facteurs principaux, le désir de plaire et de rencontrer du monde et une nouvelle relation de couple. Cela peut s’expliquer par le fait que près de 68 % des quadragénaires font face à un divorce¹, une nouvelle étape de la vie qui rime bien souvent avec transformation physique. En effet, 35 % des 40-49 ans expriment des inquiétudes concernant leur apparence physique.

Vient ensuite comme principale motivation à la perte de poids, l’amélioration du quotidien (plus de praticité) pour 14 % des participants ainsi que le fait de tenir un rôle modèle (11%) pour un enfant ou un proche.

Finalement, faire plaisir ou satisfaire quelqu’un d’autre n’a été citée comme motivation que par seulement 6 % des sondés. Ici, il s’agit plutôt de répondre à une demande explicite d’un proche quant à son apparence, par opposition à s’imposer un changement perçu comme nécessaire pour séduire ou plaire. Cette tendance est particulièrement visible chez les 50-59 ans, correspondant au contexte du divorce, suivi d’une nouvelle relation, où l’influence de l’autre peut-être accrue.

Le sondage révèle également : 

  • Bien que les résolutions du nouvel an soient courantes, la plupart des Français·es estiment que le meilleur moment pour commencer une perte de poids est lorsqu’ils se sentent prêts à s’engager pleinement (43 %). Une préférence pour le début de la semaine est notée dans 28 % des cas, tandis que 20 % préfèrent commencer au début du mois, surtout chez les 50-59 ans. Seuls 9 % choisissent le début de l’année.
  • Les écarts alimentaires et la faim sont les principaux facteurs de découragement dans la démarche de perte de poids. 29 % des répondants ne maintiennent pas leurs habitudes au-delà de quelques mois, et 43 % abandonnent avant la fin de la deuxième année. L’amélioration de l’état de santé général est citée par 21 % des participants comme principale motivation pour continuer leur transformation physique, suivie par la reconnaissance externe (18 %). Le poids sur la balance est relégué en dernière position (5 %).
  • Les principaux facteurs d’abandon sont les écarts alimentaires répétés, suivis de près par un seul faux-pas alimentaire et la faim.

Le Dr Sophie Albe-Ly, médecin généraliste chez ZAVA, rappelle l’importance d’un rééquilibrage alimentaire bien adapté :

“Un rééquilibrage alimentaire dans le cadre de la perte de poids doit prendre en compte les habitudes établies de la personne, et proposer des alternatives. Bien sûr, il faut généralement qu’il y ait une réduction des calories pour que la démarche fonctionne, mais il s’agit plutôt de s’alimenter différemment et de proposer des alternatives préférables aux mauvaises habitudes en place plutôt que d’être dans l’hyper restriction. Sinon, on n’obtient pas de résultats sur la durée. »

ZAVA vers https://www.zavamed.com/fr/perte-de-poids.html

Méthodologie :

Étude ZAVA réalisée par l’institut uStats.org, sur Internet du 14 au 26 février 2024 auprès d’un échantillon de 4 000 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus. L’échantillon interrogé a déclaré avoir déjà entrepris au moins une fois une démarche de perte de poids par l’alimentation au cours de sa vie.