Skip to main content

PARIS : Le trafic aérien de passagers a atteint 99% des n…

Print Friendly, PDF & Email
Floriane Dumont
20 Jan 2024

Partager :

PARIS : Le trafic aérien de passagers a atteint 99% des niveau d’avant Covid en novembre

L’Association du transport aérien international (IATA) a publié ses dernières données sur le trafic aérien mondial, montrant des chiffres proches des niveaux d’avant Covid.

Selon la IATA en novembre, le transport aérien mondial a atteint 99,1 % des niveaux de 2019, mesurés en passagers-kilomètres payants.

Le trafic intérieur a été supérieur de 6,7% aux niveaux d’avant la pandémie, avec une croissance particulièrement forte en Chine (en hausse de 272 pour cent par rapport à novembre 2022) en raison des restrictions toujours en vigueur il y a un an.

Le trafic international reste à la traîne de la demande intérieure, mais atteint désormais 94,5 pour cent des niveaux de 2019, la région Asie-Pacifique enregistrant les gains les plus forts (en hausse de 63,8 pour cent par rapport à novembre 2022). Le trafic international a connu à peu près la même croissance en Amérique du Nord (14,3%) et en Europe (14,8%) bien en dessous de la hausse au Moyen-Orient (18,6%), en Amérique Latine (+20%) ou en Afrique (+22,1%).

« Nous nous rapprochons de plus en plus du record de 2019 pour le transport aérien », a déclaré Willie Walsh, directeur général de l’IATA.

« Les vents contraires économiques ne dissuadent pas les gens de prendre leur envol. Les voyages internationaux restent inférieurs de 5,5 % aux niveaux d’avant la pandémie, mais cet écart se réduit rapidement. Et les marchés intérieurs sont continuellement au-dessus de leurs niveaux d’avant la pandémie depuis avril ».

Walsh a également commenté les efforts pour réduire l’impact CO2 de l’industrie aéronautique, déclarant que « parallèlement à la reprise de l’aviation, les gouvernements ont reconnu l’urgence de passer du carburéacteur au carburant d’aviation durable (SAF) ».

« Lors de la troisième Conférence sur les carburants alternatifs pour l’aviation (CAAF/3), tenue en novembre, les gouvernements ont convenu que nous devrions réaliser 5 % d’économies de carbone d’ici 2030 grâce au SAF », a déclaré WIllie Walsh.

« Et à la COP28 en décembre, les gouvernements ont convenu que nous avions besoin d’une large transition des combustibles fossiles pour éviter les pires effets du changement climatique. Les compagnies aériennes n’ont pas besoin d’être convaincues. Il a été convenu d’atteindre zéro émission nette de carbone d’ici 2050 et chaque goutte de SAF jamais réalisée dans le cadre de cet effort a été achetée et utilisée mais il n’y a tout simplement pas assez de SAF produits. Nous envisageons donc 2024 comme l’année où les gouvernements donneront suite à leurs propres déclarations et mettront enfin en œuvre des mesures politiques globales pour encourager l’intensification rapide de la production de SAF ».

Le mois dernier, l’IATA a publié des chiffres montrant qu’environ 1,875 milliard de litres de SAF devraient être produits cette année, soit le triple des 600 millions de litres produits en 2023, soit le double des 300 millions de litres produits en 2022.

Mais l’association a souligné que les chiffres pour 2024 ne représentent que 0,53 pour cent des besoins en carburant de l’industrie, et a averti que la production de SAF ne devrait représenter que 6 pour cent de tous les carburants renouvelables produits cette année, dont 94 pour cent seraient destinés à d’autres secteurs.

https://www.iata.org/

SOURCE : Business Travel