Skip to main content

PARIS : Le romantisme allemand, quand la Beauté sauve l’État

Print Friendly, PDF & Email
Floriane Dumont
13 Jan 2024

Partager :

PARIS : Le romantisme allemand, quand la Beauté sauve l’État

Par Benjamin Demeslay.

Le romantisme ne se limita pas à « l’épanchement du songe dans la vie réelle », suivant l’expression de Nerval. Il fut moins encore l’élan formateur de « paradis artificiels », strictement littéraires, permettant autant d’évasions de la vie concrète.

Les romantiques répondirent au choc politique et culturel de la Révolution française, aux espoirs et à la brutalité de l’occupation napoléonienne de l’Europe. En l’espérance d’une transformation générale, la poésie fusionna pour eux avec le politique : Schiller (1759-1805), Novalis (1772-1801), Hölderlin (1770-1843) anticipèrent une « autre » révolution. Une espérance s’affirma : la Beauté seule sauverait l’Etat.

Benjamin Demeslay est enseignant en sciences politiques. Il est l’auteur d’un essai sur la poésie et l’engagement politique (Stefan George et son cercle : de la poésie à la révolution conservatrice, La Nouvelle Librairie, 2022).

DECOUVRIR

SOURCE : Institut ILIADE pour la longue mémoire européenne