Skip to main content

PARIS : Le Raid Motodysseus « Edelweiss » 2024 de retour …

Print Friendly, PDF & Email

Partager :

PARIS : Le Raid Motodysseus « Edelweiss » 2024 de retour en France

À travers l’Europe, ces parcours à moto allient technique et tradition pour une ré-immersion immédiate dans nos paysages et notre culture, rythmée par des conférences ou des exposées de haut niveau.

Loin du soleil méditerranéen des précédentes aventures en Italie et en Grèce, le raid Motodysseus 2024 a choisi l’image de l’edelweiss pour s’élancer sur les pentes enneigées des Alpes, au cœur de la Mitteleuropa, jusqu’au sommet symbolique du Triglav.

Compte-rendu

Après l’ambiance chaude des brasseries munichoises, nécessaire pour envisager sereinement l’ascension des cols et des sommets encore enneigés, la colonne Motodysseus fait étape au Königsee, en Allemagne, à proximité de Berchtesgaden et des sites historiques qui ont marqué l’histoire de la Deuxième Guerre mondiale.

En suivant la direction de Kaprun en Autriche, elle s’enfonce ensuite dans les paysages les plus grandioses d’Europe centrale à travers la route du Grossglockner, dont le tracé légendaire, à près de 4000 mètres d’altitude, est bien connu de tous les pilotes.

À peine plus loin s’étend déjà la frontière de la Slovénie, où des courbes plus arrondies nous promènent du lac de Bled à la ville des dragons, Ljubljana, dont le château renouvelle avec style l’architecture et la vie locale. L’ombre du Triglav, qui marque l’aboutissement du périple, n’est jamais loin derrière les imposants châteaux qui parsèment les paysages. Le chemin du retour prend la direction du Sud-Tyrol, où s’élèvent majestueusement les sommets des Trois cimes dans les Dolomites.

Nous les traversons dans des conditions météorologiques épiques et éprouvantes, avant que le retour du soleil ne nous récompense à nouveau par des paysages absolument fabuleux. La dernière ligne droite est plus culturelle, pour ne pas dire archéo-futuriste, puisqu’elle conjugue la visite du musée Ötzi à Bolzano et les entrepôts des Zeppelin qui survolent à nouveau le lac de Constance à Friedrichshafen.

Autant dire que les occasions de rouler debout ont été nombreuses, dans un état d’esprit de camaraderie et de reconquête qui renoue véritablement avec l’esprit des grandes rencontres européennes.

LIRE LA SUITE

SOURCE : Institut ILIADE pour la longue mémoire européenne.