Skip to main content

PARIS : La Saint-Nicolas, l’ancêtre du père Noël

Print Friendly, PDF & Email
Floriane Dumont
6 Déc 2023

Partager :

PARIS : La Saint-Nicolas, l’ancêtre du père Noël

Alors que les fêtes de fins d’année approchent, la plateforme d’apprentissage en ligne Preply a fait un tour d’horizon des différentes traditions de cette période festive à travers le monde.

Sainte Lucie, Saint-Nicolas ou encore Noël au Japon qui se passe au KFC, chaque pays a ses propres coutumes, pas toujours connues dans l’Hexagone et qui peuvent nous étonner.

Les fêtes traditionnelles de fin d’année et leurs coutumes à travers le monde

Avec la globalisation, les Fêtes de fin d’années se sont quelque peu uniformisées. Noël est devenu la fête des enfants et le moment propice pour les échanges de cadeaux. Il faut savoir que beaucoup d’autres fêtes marquent la période de décembre à début janvier et selon les pays avec des traditions plus ou moins anciennes, qui font le charme de la culture locale. Preply, la plateforme cours de langue en ligne, a recensé ces nombreux évènements et traditions particulières de certains pays à l’époque de Noël, car apprendre une langue, c’est aussi découvrir une culture et voyager.

La fête de la Saint-Nicolas 

C’est un peu l’ancêtre du père Noël : vieil homme barbu, qui apporte des cadeaux aux enfants sages à la fin de l’année. La Saint-Nicolas, a lieu le 6 décembre, elle été longtemps la période d’échange des cadeaux dans les pays germaniques comme notamment, l’Autriche, l’Allemagne, la Belgique ou les Pays-Bas. En France, cette fête est encore très présente dans des régions comme l’Alsace et la Lorraine. La tradition veut que Saint-Nicolas ait son pendant inverse pour punir les enfants moins sages, en France, il s’appelle le père Fouettard. Les anecdotes sur cette fête sont nombreuses et peuvent différer en fonction des pays, on notera par exemple que pour les Pays-Bas, Saint-Nicolas vient d’Espagne par bateau. Les enfants à l’approche de son arrivée laissent de la paille et des carottes dans une chaussure au rebord de leurs fenêtres, pour nourrir le cheval sur lequel il se déplace une fois à terre.