Skip to main content

PARIS : La Fondation Concorde annonce un désastre économi…

Print Friendly, PDF & Email

Partager :

PARIS : La Fondation Concorde annonce un désastre économique avec “Les prix négatifs de l’électricité”

Le 17 avril 2024, EDF a pris la décision d’arrêter cinq réacteurs nucléaires, en raison d’une baisse de la demande d’électricité combinée à une production non maîtrisée des productions aléatoires des énergies renouvelables intermittentes, éolien et solaire.

Cet épisode accompagne des épisodes toujours plus fréquents de prix négatifs de l’électricité !

L’énergie, c’est la vie. L’activité économique, c’est de l’énergie transformée.

Si une nation maîtrise son autonomie énergétique et fournit à ses citoyens, une énergie abondante et bon marché, elle peut organiser sa croissance.

Par un effet du hasard, le mois d’avril a vu, non seulement l’interruption du service de cinq réacteurs, mais aussi la célébration du cinquantenaire de la mort d’un grand président Georges Pompidou, enraciné dans nos territoires, poursuivant l’œuvre du Général de Gaulle, qui nous a laissé en héritage, l’organisation d’une production électrique, sure, décarbonée et que les pressions européennes, n’ont eu de cesse de gaspiller.

Avec ces épisodes de prix négatifs, si un producteur commence à verser une rémunération à un consommateur pour pouvoir écouler sa production, cela signifie les conditions d’un marché normal ont disparu.

Une production incontrôlable ne peut être organisée dans une économie de marché.

Au gré des sommets européens, les régulateurs continuent de s’agiter, avec mesures, contremesures, fonds d’intervention et boucliers en tous sens, pour coller à ce marché européen des rustines absurdes, inutiles et coûteuses.

Un prix négatif n’est une bonne nouvelle ni pour ceux des producteurs qui essaient de produire pour servir à la demande (enfin les producteurs qui survivent), ni hélas, pour les consommateurs dont la facture poursuivra son inéluctable ascension.

Il semble malheureusement que nos politiques, instrumentalisés dans ce domaine par une Commission européenne, technocratique, irresponsable, continuent d’ignorer les signaux d’alerte.