Skip to main content

PARIS : « La Chair du Monde », l’exposition de Tama…

Print Friendly, PDF & Email

Partager :

PARIS : « La Chair du Monde », l’exposition de Tamara Kostianovsky au Musée de la Chasse et de la Nature

Ce 2 juin, c’est le 1er dimanche du mois !

Tandis que Théodore Rousseau enchante les galeries du Petit Palais, que l’empire Aztèque s’empare du Quai Branly et que les paradis blancs de Robert Ryman envahissent le Musée de l’Orangerie, l’impressionnisme quant à lui émerveille toujours les visiteurs du Musée d’Orsay. Découvrez ici notre sélection des expositions à aller voir gratuitement.

Tamara Kostianovsky ne ressemble à aucun autre. Et pourtant, comment ne pas songer ici au Bœuf écorché de Rembrandt, l’une des rares natures mortes du maître hollandais, ou aux charognes de Soutine à la vue de ses entrailles ouvertes et de ses carcasses animales de tissus écartelés ? Malgré ces chairs à vif cousues de fils roses, nous approchons dangereusement d’une trentaine d’œuvres d’art pour découvrir les dessous de son univers étrangement baroque et effleurer du regard toute la poésie de ses sculptures semblables à des trophées de chasse. Théâtre des métamorphoses de Tamara Kostianovsky, cette exposition enchanteresse nous invite ici à une balade en forêt où les arbres ont pris racine dans l’une des industries les plus polluantes.

L’artiste contemporaine puise sa créativité dans les vestiges du prêt-à-porter, offrant une seconde vie aux vêtements recyclés en imaginant ses trompe-l’œil d’une beauté obsédante mais trompeuse. Ici, la plasticienne superpose les couches, fait chanter la couleur tout en soulignant la fragilité de l’existence en prenant des affaires de ses proches disparus. Oscillant entre fascination et répulsion, ses œuvres se lisent dès lors comme des oxymores, conjuguant beauté et cruauté, raffinement et brutalité, vie et mort. Un memento mori grandeur nature qui s’observe à corps ouvert.

SOURCE : Arts in the City.