Skip to main content

PARIS : JO Paris 2024 – Le prix réel des locations …

Print Friendly, PDF & Email

Partager :

PARIS : JO Paris 2024 – Le prix réel des locations et augmentation de la demande

À trois mois de la cérémonie d’ouverture des Jeux Olympiques d’été de  Paris 2024, qui aura lieu le 26 juillet prochain, Likibu.com, 1er comparateur de locations de vacances, et Liwango.com, outil d’analyse de données sur la location saisonnière, ont analysé les prix moyens des logements réservés, ainsi que le nombre de logements réservables et de nuits réservées sur toute la durée de la compétition.

Le nombre de logements disponibles à la réservation augmente fortement sur la période des JO dans certaines villes hôtes, notamment en Île-de-France et à Lille. Cette hausse est accompagnée d’une augmentation des prix et des réservations qui s’étend à l’ensemble des villes organisatrices.

Alors que le lancement de la compétition approche à grands pas, Likibu.com et Liwango.com font un état des lieux des impacts sur le secteur de la location saisonnière et vous dévoilent les prix moyens des locations de vacances réservées au sein des villes hôtes sur toute la période des JO de  Paris 2024.

Les augmentations de prix* attendues en cette période touchent l’ensemble des villes accueillant des épreuves sportives, mais de manière plus prononcée la région Île-de-France et la métropole lilloise où des épreuves auront lieu sur toute la durée de la compétition.

Sur cette même période, de fortes augmentations du nombre de logements disponibles à la réservation sont également observées dans l’ensemble des villes hôtes de la région parisienne et de la métropole lilloise, atteignant jusqu’à +393 % à Élancourt, +330 % à Vaires-sur-Marne ou encore +143 % à Saint-Denis.

Des réservations de logements effectuées au prix fort

L’Île-de-France, où se dérouleront la grande majorité des épreuves des Jeux Olympiques, est la région où les logements connaissent les plus fortes hausses de prix des nuits réservées sur la durée de la compétition, même si elles sont finalement moins élevées que les chiffres communiqués il y a plusieurs mois quant aux prix des logements réservables à cette période. Dans certaines villes, telles que Montigny-le-Bretonneux (+191 %), Vaires-sur-Marne (+185 %), Versailles (+174 %), Saint-Denis (+162 %) ou encore Le Bourget (+152 %), les prix des logements réservés sur la durée des JO correspondent aux prix des logements multipliés par près de trois par rapport à la même période l’an dernier.

Ainsi, les réservations entre le 26 juillet et le 11 août 2024 s’effectuent aujourd’hui au prix moyen de 299 € la nuit en Île-de-France (397 € à  Paris).

De la même façon, Villeneuve-d’Ascq, en périphérie lilloise, ville hôte des matchs de handball et de basketball au stade Pierre Mauroy, voit également les réservations de ses logements saisonniers s’effectuer au prix fort (157 €/nuit en moyenne) : +132 % d’augmentation des prix des logements réservés sur toute la période des Jeux par rapport à la même période l’an dernier.

Entre le 26 juillet et le 11 août, les augmentations existent mais sont plus contenues dans les villes hôtes qui accueillent déjà de nombreux touristes en haute saison en temps normal ou qui accueillent uniquement des matchs de football : +39 % à Marseille, +32 % à Lyon, +22 % à Nantes, +18 % à Saint-Étienne, +17 % à Bordeaux ou encore +6 % à Nice.

Une augmentation nette des parcs de logements réservables

À trois mois du début de la compétition, on constate une augmentation marquée du nombre de logements au sein des villes hôtes. Ces augmentations sont d’autant plus flagrantes dans les villes qui ne disposent pas, en temps normal, d’un grand parc de logements saisonniers.

Ainsi, Élancourt voit son stock de logements multiplié par presque cinq (+393 %) sur la période des JO comparé à la même période de l’année 2023. Cette augmentation momentanée du nombre d’offres est observée dans l’ensemble des villes hôtes d’Île-de-France qui accueillent des épreuves (+330 % à Vaires-sur-Marne, +143 % à Saint-Denis, +131 % à Montigny-le-Bretonneux, etc.), ainsi qu’à Villeneuve-d’Ascq (+54 %) et à Châteauroux (+37 %).

À  Paris, l’augmentation du stock de logements atteint +65 % sur la période des JO. On observe une nette augmentation de ce stock tout au long du mois de juillet, puis une diminution dès la fin de la compétition : environ 33 000 logements sont réservables fin juin à  Paris, 43 000 au 20 juillet, pour atteindre 50 000 dès le début de la compétition, le 26 juillet, et environ 55 000 logements distincts réservables peu importe le jour de la compétition.

À l’heure actuelle, environ 430 000 nuits ont été réservées entre le 26 juillet et le 11 août 2024 en Île-de-France, dont 200 000 à  Paris (soit, à date, déjà 80 % du nombre de nuits réservées en 2023 sur la période), et certaines villes connaissent d’ores-et-déjà de très belles augmentations du nombre de nuits réservées sur la période olympique : +126 % de nuits réservées à Vaires-sur-Marne par rapport à la même période l’an dernier, +118 % à Villeneuve-d’Ascq, +91 % à Colombes ou encore +81 % à Saint-Denis.

Méthodologie :

L’étude a été effectuée en analysant les prix moyens réservés (*hors frais de ménage, frais de plateforme, taxes, etc.) de plus d’un million de locations de vacances en France métropolitaine, ainsi que le nombre de nuits réservables et le nombre de nuits réservées au sein des villes hôtes d’épreuves sportives sur toute la période des Jeux Olympiques 2024, soit du 26 juillet au 11 août 2024.

SOURCE : InfoTravel Mag.