Skip to main content

PARIS : INTIMINA révèle que la France est divisée sur le …

Print Friendly, PDF & Email
Floriane Dumont
17 Déc 2023

Partager :

PARIS : INTIMINA révèle que la France est divisée sur le sujet des congés menstruels

En cette fin d’année, la France vit un équilibre fragile oscillant entre soutien et préoccupations.

À la fin de 2023, un sondage réalisé par Censuswide pour INTIMINA, la marque suédoise dédiée au bien-être intime des femmes, révèle des opinions contrastées en France sur l’instauration de congés menstruels dans les entreprises. Ce sondage, qui a impliqué 1,006 employé.e.s de 18 à 55 ans, démontre une répartition équilibrée mais complexe des opinions.Une France mi-figue, mi-raisin sur le sujet mais plutôt positiveUn des sujets du sondage révèle que 52,3% des participants sont en faveur de l’instauration de jours de congé menstruel spécifiques. Les femmes, avec 54% de soutien, sont légèrement plus enclines à appuyer cette idée que les hommes, dont 50,2% y sont favorables. Cette donnée souligne une acceptation croissante de la nécessité de ces congés dans le milieu professionnel.

Un aspect notable de l’enquête est la motivation derrière ce soutien. Une grande majorité des répondants, soit 73,2%, considèrent que ces congés spécifiques amélioreraient la considération et le bien-être des employés au travail, une opinion partagée par une proportion significative d’hommes (64,4%) et de femmes (80%).Perceptions et préoccupations des français.e.sSurprenant, l’enquête révèle que les hommes sont plus nombreux à penser que ces congés contribueraient à renforcer l’empowerment au travail, avec 25,8% d’entre eux partageant cette opinion, contre seulement 13% des femmes. Cette divergence soulève des questions intéressantes sur la perception des congés menstruels dans le cadre professionnel.Cependant, le sondage met également en lumière des inquiétudes. Un groupe non négligeable d’opposants (14,3%) exprime des préoccupations concernant des abus potentiels de cette mesure, une crainte plus forte chez les femmes (68,2%) que chez les hommes (51,6%). De plus, une proportion significative d’hommes (56,3%) craint que l’introduction de ces congés ne conduise à une discrimination sur le lieu de travail, une préoccupation moins partagée par les femmes (34,1%).« Ce résultat spécifique de notre sondage chez INTIMINA met en lumière une diversité d’opinions en France concernant les congés menstruels au travail. Ce constat soulève des interrogations clés : comment percevoir et intégrer ces congés de manière à répondre aux besoins de tous les employés ? Face à ces questions, INTIMINA s’engage à jouer un rôle actif dans la promotion d’une meilleure compréhension et d’une approche inclusive de la santé menstruelle. Nous voyons ces discussions comme une opportunité d’approfondir le dialogue et de trouver des solutions collaboratives qui bénéficient à tout le monde. » déclare Amandine Ranson, responsable marketing de la marque INTIMINA en France.Plus d’informations sur la marque INTIMINA : www.intimina.com