Skip to main content

PARIS : Hommage à Robert Badinter – « La disparitio…

Print Friendly, PDF & Email
Floriane Dumont
9 Fév 2024

Partager :

PARIS : Hommage à Robert Badinter – « La disparition d’un combattant pour un monde plus juste »

Ce matin du 9 février, le monde de la justice et, plus largement, les Français ont appris avec une immense tristesse et une profonde émotion la disparition de Robert Badinter.

Symbole de l’engagement indéfectible en faveur de la justice, il a consacré sa vie à lutter contre l’injustice, le manque de respect envers la dignité humaine et la vie. Les victimes lui doivent également beaucoup.

« Comme beaucoup de mes confrères, l’image de Robert Badinter a fortement influencé ma vocation et demeurera, sans aucun doute, une source d’inspiration. Il est devenu un modèle, voire un idéal pour beaucoup d’entre nous. Son nom est indissociable d’une justice plus équitable et plus humaine, particulièrement pour les victimes. Son influence perdurera à travers nos actions quotidiennes en faveur des victimes de la route, honorées par cette loi qui porte son nom. Robert Badinter nous quitte, mais son héritage et ses enseignements restent vivants », affirme Vincent Julé-Parade, avocat spécialisé en droit du dommage corporel.

Tout au long de sa carrière, que ce soit en tant qu’avocat, professeur de droit, Ministre de la Justice, président du Conseil constitutionnel, Sénateur ou encore écrivain, Robert Badinter a mené ses combats avec une conviction profonde. Sa disparition suscite une vague d’émotion transcendant les clivages politiques.

Il restera l’homme qui a mené à l’abolition de la peine de mort en France. En septembre 1981, après une plaidoirie marquante devant l’Assemblée nationale, il a réussi à abolir ce qu’il considérait comme la « plus grande honte de notre République ». Et son combat ne s’est pas arrêté à cette victoire ; il a continué de militer pour l’abolition universelle de la peine de mort, soulignant qu’une justice qui tue n’est pas juste. Cependant, réduire l’impact de Robert Badinter sur la justice à cette seule abolition serait insuffisant.

En tant que Ministre de la Justice, il a mené de nombreuses réformes, bravant l’impopularité pour défendre ses convictions. Il a réformé le droit pénal, le droit des affaires, ainsi que le droit civil, convaincu que l’amélioration du droit contribuait à une société meilleure. Il a également été un pionnier dans l’amélioration des conditions de détention en milieu carcéral. Son passage à la Chancellerie a été marqué par des réformes visant à rendre le système judiciaire plus équitable, tant pour les accusés que pour les victimes, notamment celles d’accidents de la route qui bénéficient encore aujourd’hui de ses efforts pour une justice rapide et efficace. La loi du 5 juillet 1985, qui porte son nom, en est un exemple éloquent, ayant amélioré le système d’indemnisation des victimes.

L’humanisme a guidé Robert Badinter tout au long de sa vie, peu importent les combats. Il a également joué un rôle clé, aux côtés de Gisèle Halimi, dans la dépénalisation de l’homosexualité, refusant de sanctionner un comportement basé sur l’orientation sexuelle.

Jusqu’à sa disparition, Robert Badinter a été une conscience intellectuelle et morale pour nous tous, apportant son éclairage sur chaque grand débat de société. Son héritage est colossal, et son exemple continue d’inspirer nos actions en faveur de la justice. L’ampleur des hommages rendus depuis l’annonce de son décès témoigne du vide immense que sa disparition laisse dans notre société.