Skip to main content

PARIS : Exposition Double Paradisio par Matteo Cibic au M…

Print Friendly, PDF & Email

Partager :

PARIS : Exposition Double Paradisio par Matteo Cibic au Musée Mandet de Riom

Entre rêves, envies et désirs, laissez-vous surprendre par l’univers ludique de Matteo Cibic.

L’artiste nous invite dans son jardin des merveilles, un univers paradisiaque facetté et surprenant, inspiré des jardins d’agrément du XVIIIe siècle. Dès la cour d’honneur du Musée Mandet, nous sommes accueillis par une statue gonflable monumentale qui semble nous prévenir… cette expérience risque ne pas être de tout repos. Intrépides et curieux, nous nous laissons guider vers cet énigmatique buste de Pinocchio. Bienvenue dans « temple du je(u) », déclinant subtilement les nuances de nos sept péchés en autant d’espaces malicieux. De la galerie des nez à la salle aux idées, en passant par l’impénétrable théâtre de l’envie, puisant dans nos désirs les plus sombres, les tentations se font de plus en plus irrésistibles. Puis vient le temps de la folie dans ce jardin improbable, un Eden peuplé de sculptures-arbres et de végétaux en céramique s’épanouissant sous des cloches de verre cristallines. L’apothéose de notre joyeux voyage au Pays de l’Imaginaire prend place dans le pavillon des délices, un cabinet des curiosités faisant dialoguer des œuvres inédites réalisées à partir de matériaux recyclés avec les somptueuses collections du musée, comme un rêve dont on ne voudrait jamais se réveiller.

Pour aller plus loin….
Au musée Régional d’Auvergne, Matteo Cibic se fait conteur. Notre Alice au Pays des Merveilles de transforme ici en charmant Petit Chaperon Rouge. Décors sur mesure, œuvres au design audacieux, guidés par la version auvergnate de Henri Pourrat, nous pénétrons dans un livre de conte monumental en guise de préambule. Vous laisserez-vous tenter par cette alléchante galette ? Ou préférerez-vous aller flâner dans ce bois hanté par l’ombre du loup ? A moins que l’appel de Mère-Grand ne se fasse trop insistant ?

Plus d’informations

SOURCE : Arts in the City.