Skip to main content

PARIS : Colloque Musée du quai Branly-Jacques CHIRAC. « R…

Print Friendly, PDF & Email

Partager :

PARIS : Colloque Musée du quai Branly-Jacques CHIRAC. « Restes humains et interventions artistiques dans les musées »

Explorant les frontières de l’éthique et de l’héritage culturel, cette journée d’étude plonge dans le délicat domaine des restes humains dans les musées européens.

Face aux défis de la restitution et aux questionnements juridiques, explorons comment les artistes naviguent dans cet espace d’attente, donnant voix et forme à ces témoignages silencieux de l’histoire.

Depuis une vingtaine d’années, la présence de restes humains dans les musées européens d’anthropologie et d’histoire naturelle est devenue une question très sensible. Les restitutions officielles de ces restes humains à leur pays d’origine tels (« la Vénus hottentote », les têtes de chefs maoris, la tête du chef Kanak Hantaï, les têtes de soldats algériens…) sont justifiées par les lois bioéthiques condamnant l’usage de restes humains comme des objets. Mais la grande quantité de restes humains dans les réserves des musées européens, issues de collectes massives pendant la période coloniale de construction de ces musées, pose un défi aux conservateurs en charge de ces collections.

Les législations en vigueur n’autorisent les restitutions de restes humains, comme de tout autre objet patrimonial, que dans le cadre de négociations d’État à État et à condition que ces restes soient enterrés par leurs communautés d’origine. Mais la complexité de ces procédures laisse un grand nombre de restes humains en attente d’une possible restitution. Dans cette période d’attente, où ils ne peuvent être ni rendus ni exposés, les artistes se sont emparés de ces restes humains pour interroger leurs pouvoirs subversifs à l’intérieur des réserves muséales. Ils en ont révélé, par des œuvres qui intègrent ces restes humains, la matérialité et l’historicité. Ils peuvent ainsi formuler des questions auxquels les juristes ne peuvent donner que des réponses imparfaites sur le statut de ces objets patrimoniaux.

Journée d’étude organisée par Frédéric Keck (CNRS) en collaboration avec le département de la Recherche et de l’Enseignement (musée du quai  Branly – Jacques Chirac)

9h30 : Introduction et ouverture du colloque, Benoît de l’Estoile (directeur de la recherche et de l’enseignement – musée du quai Branly – Jacques Chirac) & Frédéric Keck (CNRS)

9h45 : Moulage des restes, traçage des corps dans les musées d’anatomie britanniques, Elizabeth Hallam (Département d’anthropologie, Université d’Oxford) (en ligne, en anglais)
Discutante : Nelia Dias (Institut des sciences sociales, Université de Lisbonne)

11h : Qui est ID 8470 ? Une controverse au Forum Humboldt
Tal Adler
 (CARMAH, Université Humboldt à Berlin) (en anglais)
Discutante : Christine Barthe (musée du quai Branly – Jacques Chirac)

12h : Les bandes dessinées dans les carnets de l’historien 
Ricardo Roque
 (Institut des sciences sociales, Université de Lisbonne) (en anglais)
Discutante : Anne Lafont (EHESS)

14h30 : Les restes humains et moulages aborigènes australiens en France : le cas Benanyora
Arnaud Morvan
 (Université de Melbourne) et Claire Brizon (Palais de Rumine)
Discutante : Stéphanie Leclerc-Caffarel (musée du quai Branly – Jacques Chirac)

15h30 : Des morceaux de chair arrachés aux os de l’ennemi. À propos d’une transaction impossible.
Mathieu Kleyebe Abonnenc (Université Paris 8)                         Discutante : Lucia Picconi (CNRS)

16h30 : Le squelette de Soliman al-Halabi au musée de l’Homme, et son devenir suite au « Printemps arabe »
Abounaddara
 (collectif de cinéastes syriens) Discutante : Carine Peltier (musée du quai Branly – Jacques Chirac)

17h45-18h15 : Discussion finale

INFORMATIONS PRATIQUES 

Musée du quai Branly – Jacques Chirac

En français et en anglais sans traduction
simultanée.
Accès libre dans la limite des places
disponibles
Informations et réservation: www.quaibranly.fr

Accès : 37 quai Branly ; 218 rue de l’Université, Paris 7e