Skip to main content

PARIS : Asterès analyse la stabilité de l’inflation…

Print Friendly, PDF & Email

Partager :

PARIS : Asterès analyse la stabilité de l’inflation en mai

Dans l’Alerte Eco du jour, Asterès analyse la stabilité de l’inflation en mai.

L’inflation se stabilise en mai

L’inflation, à 2,2 % en mai, est stable par rapport à avril. Sa composition varie cependant, avec une hausse de l’inflation énergétique et une baisse dans les services, ce qui est de bon augure pour les mois à venir. La tendance des prix de production (sortie d’usine) laisse penser que la tendance désinflationniste engagée depuis plus d’un an est durable.
 Si le niveau de l’inflation n’a pas bougé par rapport à avril, sa composition a cependant sensiblement évolué sur l’énergie et les services.
 Entre mai 2023 et mai 2024 le prix des biens manufacturés a stagné, une évolution comparable au mois précédent (baisse de -0,1% en avril). L’inflation sur le tabac (8,7 % en mai et 9,0 % en avril) et sur l’alimentaire (1,3 % en mai et 1,2 % en avril) sont également stables par rapport au mois précédent.
 L’inflation énergétique a augmenté à 5,8 % en mai, soit deux points de plus qu’en avril. Cette hausse peut sembler paradoxale puisque les carburants ont plutôt baissé ces dernières semaines, mais elle résulte principalement d’un effet de base : entre avril et mai 2023 la baisse de l’inflation énergétique avait été plus forte qu’entre avril et mai 2024, ce qui conduit à une hausse de l’inflation calculée en glissement annuel. A l’inverse, l’inflation a baissé sur les services, à 2,7 % en mai, contre 3,0 % en avril. Cette évolution est encourageante, puisqu’elle indique que la répercussion des hausses de salaires dans les prix des services tend plutôt à se dissiper, limitant le risque de « boucle prix-salaires ».
 La tendance désinflationniste globale semble bien engagée, comme l’indiquent les évolutions concernant les prix de production, qui donnent une idée des tendances en amont de la chaîne de production.
 L’inflation alimentaire, après avoir atteint 15 % au printemps 2023, est retombée à un peu plus de 1 % au printemps 2024. Cette tendance était attendue du fait de la baisse des prix de production agricoles (sortie de ferme) et elle devrait se poursuivre dans les mois à venir.
 Les prix de production industriels (prix sortie d’usine) poursuivent leur baisse. Depuis la mi-2023 les prix en sortie d’usine sont en baisse, une tendance qui s’est confirmée en avril 2024 (le chiffre est publié avec un mois de décalage sur l’inflation) avec une baisse en glissement annuel de -5,4 %.

Sylvain BERSINGER, chef économiste.