Skip to main content

PARIS : Art Paris 2024 – Raphaël ZARKA répertorie l…

Print Friendly, PDF & Email
Floriane Dumont
9 Mar 2024

Partager :

PARIS : Art Paris 2024 – Raphaël ZARKA répertorie les occurrences dans l’histoire humaine

Les secteurs Promesses pour les jeunes galeries et Solo Show défrichent les nouveaux talents et revisitent les figures historiques.

Foire régionale et cosmopolite, orientée vers la découverte, Art Paris 2024 affiche une forme olympique pour sa 26ème édition qui se tient du 4 au 7 avril au Grand Palais Éphémère : 136 galeries d’art moderne et contemporain de 25 pays triées sur le volet, une sélection toujours plus exigeante et un renforcement de la présence internationale. Deux thématiques distinguent également cette édition  : Fragiles utopies. Un regard sur la scène française et Art & Craft, portées respectivement par les commissaires d’exposition invités Éric de Chassey et Nicolas Trembley.  En 2024, Art Paris s’engage davantage dans le soutien à la scène française en lançant avec BNP Paribas Banque Privée, partenaire premium officiel de la foire, le Prix BNP Paribas Banque Privée. Un regard sur la scène française d’une dotation de 30 000 euros.

FRAGILES UTOPIES

Un regard sur la scène française

RAPHAËL ZARKA, GALERIE MITTERRAND

Depuis une vingtaine d’années, Raphaël Zarka recherche et répertorie les occurrences dans l’histoire humaine des polyèdres complexes et en fait des œuvres qui relèvent aussi bien de la sculpture que du dessin, de la peinture, de la photographie ou de l’installation. Il est en particulier fasciné par les solides de Platon, où l’astronome romain Johannes Kepler voyait au début du XVIIe siècle les éléments fondamentaux du cosmos, et par leur déclinaison en des objets de nature diverse, notamment des cadrans solaires aux formes à la fois logiques (car fonctionnelles) et exubérantes. Il fait en quelque sorte l’archéologie d’un futur possible et jamais advenu, à laquelle il donne une nouvelle existence. Sa découverte d’un extraordinaire instrument astronomique provenant du château écossais de Woodhouselee l’a conduit à en proposer différentes versions, dont une sculpture en bronze posée sur un socle en calcaire, réinterprétation de l’objet d’origine qui devient une sculpture, une abstraction contemporaine dont la source historique est indiquée par le titre et qui suggère des utilisations inattendues, pré et post-scientifiques à la fois.