Skip to main content

PARIS : Amazones, le « dictionnaire de la femme de cheval »

Print Friendly, PDF & Email

Partager :

PARIS : Amazones, le « dictionnaire de la femme de cheval »

R&B Presse a contribué à hauteur de 12% à la rédaction des 500 entrées de ce véritable « dictionnaire de la femme de cheval ».

Soixante-deux notices essentiellement consacrées, pour notre part, aux grandes cavalières sportives de l’après-guerre et à quelques grandes écuyères contemporaines. Une liste qui commence chronologiquement avec la cavalière danoise de dressage, Lis Hartel, première femme de l’histoire à avoir été médaillée olympique. C’était aux Jeux olympiques de 1952 à Helsinki. L’exploit était d’autant plus remarquable que Lis Hartel avait été victime de poliomyélite à la suite d’un accouchement. Courageusement, elle s’était remise à cheval pour décrocher deux médailles d’argent en 1952 et 1956. Nos notices racontent essentiellement toutes les médaillées d’or olympiques de dressage, toutes les médaillées de saut d’obstacles et de concours complet, les rares gagnantes du mythique Grand Prix d’Aix-la-Chapelle – elles ne sont que cinq –, les « petites anglaises » victorieuses du concours complet de Badminton, les joueuses de polo pionnières qui devaient se déguiser en hommes pour pouvoir pratiquer ce sport alors très « macho », etc. Où l’on découvre que derrière chacune de ces héroïques « Amazones » sportives, il y a une histoire passionnante.

AMAZONES

Femmes de cheval chez tous les peuples de la Terre, depuis les temps les plus anciens jusqu’à nos jours.

Sous la direction de Jean-Louis Gouraud

Préface de Michelle Perrot

Parution en librairie le 3 avril 2024

Guerrières, chevalières, chasseresses ou souveraines, elles ont dû surmonter les conventions de leur époque, qui réservaient aux hommes la pratique de l’équitation. De l’Antiquité à nos jours, de Penthésilée à Jeanne d’Arc, de l’impératrice de Russie à la reine d’Angleterre, ces audacieuses “femmes de cheval” ont dû faire preuve non seulement d’intrépidité, mais aussi d’indépendance d’esprit pour pouvoir s’adonner à leur passion.

Avec l’aide d’une centaine de contributrices et contributeurs (historiens, écrivains, journalistes, chercheurs), Jean-Louis Gouraud a fait le pari un peu fou de tenter d’établir un inventaire de toutes ces pionnières, qui n’ont pas hésité à bousculer les mœurs – avec le résultat que l’on connaît : aujourd’hui, 80 % des équitants sont des femmes.

L’idée de départ avait pour ambition – démesurée – de couvrir toutes les époques, toutes les civilisations et toutes les disciplines. Et donc de ne pas s’en tenir aux seules cavalières, mais de mentionner aussi celles qui, sans avoir nécessairement réalisé des exploits équestres, ont eu avec le cheval une relation forte, voire essentielle.

Ainsi trouve-t-on ici, parmi les cinq cents femmes de cheval répertoriées, à la fois des écuyères de cirque ou de haute-école, des championnes de dressage ou de saut d’obstacles, mais aussi des éleveuses, des cascadeuses, des driveuses, des entraîneures, des vétérinaires, des éthologues, des thérapeutes, des chercheuses, des artistes, des photographes, des poétesses d’hier ou d’aujourd’hui comme Christine de Pizan ou Laurence Bougault, des écrivaines comme George Sand ou Françoise Sagan, des comédiennes comme Sarah Bernhardt ou Marina Hands, des cantatrices comme La Malibran ou Caroline Casadesus. Ainsi que quelques grandes voyageuses, comme Isabelle Eberhardt ou Anne Mariage ; quelques aventurières, comme Calamity Jane et même quelques saintes, comme Jeanne de Chantal.

Sur le plan géographique, on trouvera dans cet ouvrage monumental la même diversité, ce qui garantit au lecteur, amateur ou spécialiste, de nombreuses surprises.

Ecrivain, voyageur, cavalier, éditeur, Jean-Louis Gouraud est un défenseur bien connu de la cause chevaline. Auteur de quelques aventures vécues avec des chevaux et d’une œuvre abondante, il a été récompensé par de nombreux prix littéraires.

Il dirige la collection Arts équestres éditée par Actes Sud. Le récit de son voyage à cheval de Paris à Moscou, Le Pérégrin émerveillé (Babel) a reçu le Prix Renaudot Poche 2013, Petite géographie amoureuse du cheval (Belin) le Prix Nicolas Bouvier 2017. Il a été nommé Ambassadeur des Jeux Équestres Mondiaux FEI AlltechTM 2014 en Normandie.

Format : 18,50 x 24 cm / 736 pages / 36,90 €